11/12/2016

Turquie, Egypte, la mort encore

332871.jpg

Trois attentats ensanglantent à nouveau Turquie et Egypte. 

Deux d’entre eux ont frappé Istanbul et ont été revendiqués par un groupe kurde tandis qu'au Caire, on ignore toujours qui est à l’origine de celui qui a frappé la communauté chrétienne copte orthodoxe.

Au-delà des déclarations officielles qui les condamnent selon le protocole et la rhétorique d’usage, à chacune et à chacun de trouver comment se situer par rapport à autant de carnages.

Entre révolte, résignation sinon indifférence, on a tout vu et entendu.

Les nous ne céderons pas ou autres déclarations péremptoires visant à ignorer ces attaques macabres sont autant de postures prises qui ne changent, quoi qu’il en soit pas grand chose.

Que reste-t-il, dans ce cas, sinon douleur et pensée à tant de proches et de familles endeuillées?

C’est peu.

Mais trouver la réponse adaptée au mépris de la vie humaine affiché par autant de sinistres puissances reste un défi d’ordre majeur.

 

 

Commentaires

On pourrait rêver d'une déclaration proposée aux représentants des toutes les religions, du moins de celles qui sont directement impliquées dans des conflits, aux termes de laquelle elles se reconnaîtraient une vérité et une validité égales.
Enoncer cette proposition, un grand pas dans l'apaisement de certains conflits actuels, revient évidemment à en démontrer la vanité.

Écrit par : Mère-Grand | 11/12/2016

Répondre à ce commentaire

Cela fait déjà depuis plus de vingt ans que l'Europe et spécialement la Suisse, prennent en charge des populations kurdes, en leur offrant l'asile politique. Il faut savoir qu'une grande partie ces gens ont fui la Turquie parce que poursuivis par la justice de leur pays, suspectés d'avoir participé à des attentats, faisant partie ou étant sympathisants de l'organisation indépendantiste communiste PKK. Nombreux sont ceux qui ont du sang sur leurs mains. Cela ressemble beaucoup au mouvement indépendantiste basque, mais en beaucoup plus sanglant.
L'attentat d'hier à Istanbul est une réponse à l'action que mêne la Turquie en Syrie, visant à détruire cette organisation qui se réfugie dans ce pays.
Quant à l'attentat du Caire, qui a fait de nombreux morts dans une église Copte, il n'est pas besoin de savoir QUI a perpétré ce massacre : dans une population de 100 millions d'habitants où les chrétiens ne représentent que 15 pour cent, je vous laisse imaginer les raisons de cet attentat.
Le mot Copte vient du mot Αἰγύπτιος (Aiguptios) de l'ancien grec qui veut dire égyptien : ce sont donc les premiers habitants qui ont habité ce pays à la suite de ceux de l'ancienne Egypte.
Islam religion de paix ?

Écrit par : Richard Kohler | 12/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.