18/12/2016

BibliObs:le batracien de La Fontaine

Capture d’écran 2016-12-18 à 16.30.23.png

                                                                capture d’écran: BibliObs

Un nouvel adjectif est né, à l’Académie française de le valider tandis qu’elle vient d’admettre en son sein, l’écrivain Andreï Makine.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour découvrir une nouvelle fois la qualité de propos émis à l’égard de qui ose parler de la Russie en termes que le très bien-pensant Occident ne se satisfait pas de ne pas goûter mais qu’il se hâte de juger sinon de condamner.

Voici qu’en effet, ce natif de Russie, désormais Immortel, s’est exprimé sur divers sujets qui ont heurté quelques sensibilités hexagonales.

De fait, l’auteur de cet article a trouvé comment rendre au mieux compte du moment académique et historique qui a vu Andreï Makine  être reçu à l’Académie française.

Ce suffisant journaliste s’est fendu du néologisme de poutinien pour signifier toute la finesse de son approche sinon la subtilité de son intelligence.

A l’évidence, son génie créateur rivalise d’excellence face à la culture, à l’humanisme et à l’immense et réel talent d'Andreï Makine.

http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de...

http://www.academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-r...

Commentaires

Ça leur fait mal: "En parlant cette langue nous pensons à l’amitié de Flaubert et de Tourgueniev et non pas à Malakoff et Alma, à la visite de Balzac à Kiev et non pas à la guerre fratricide orchestrée, dans cette ville, par les stratèges criminels de l’OTAN et leurs inconscients supplétifs européens."

Écrit par : Jo | 18/12/2016

Discours et réponse aussi sublime l'un que l'autre.
Je ne connaissais pas Andreï Makine, je vais au plus vite le découvrir.
Merci

Écrit par : Jo | 18/12/2016

Je vous le recommande le plus vivement, Jo!

Merci de vos contributions.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 18/12/2016

Merci, Madame, pour vos liens. Le discours de Makine, que j'ai découvert avec son Goncourt en 199..., est vraiment de haute volée, tout de culture et d'intelligence. La manière qu'il a de parler sans en parler de celle au fauteuil de laquelle il succède est remarquable d'habileté. La réponse de D. Fernandez, davantage dans l'émotion, ne lui cède en rien.

Écrit par : Gilbert NERI | 19/12/2016

Les commentaires sont fermés.