24/12/2016

Dostoïevski et la beauté

Capture d’écran 2016-12-24 à 15.30.00.png

capture d’écran de: http://un-idiot-attentif.blogspot.ch/2011/06/la-beaute-sa...

Il a souvent été énoncé, à tort, que Dostoïevski aurait écrit de la beauté qu’elle sauverait le monde.

Non, le grand écrivain russe a fait s’adresser un de ses personnages à un autre de manière interrogative. Hippolyte Terentieff, en effet, pose la question au prince Mychkine, dans le roman L’Idiot.

Est-il vrai, prince, que vous ayez dit, une fois, que la beauté sauverait le monde? Et Hippolyte Terentieff de poursuivre: Messieurs, (...) le prince prétend que la beauté sauvera le monde!

On le voit, dans le roman lui-même, la question posée passe à l’affirmation sans preuve énoncée par celui qui, d’abord, interroge.

En l’occurrence, dans L’Idiot, c’est avant tout l’énigme que représente la beauté qui est mise en avant. Le salut qu’elle serait susceptible d’offrir ou non est une des manières de l’envisager.

En cette veille de Noël, célébré au gré de traditions, de coutumes et de circonstances toutes relatives, rappeler cette beauté dont Dostoïevski a tenu à signifier la force du mystère, c’est rejeter ce qui la dénie.

 

 

15:37 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Bien sûr, on peut toujours l'espérer. Le grand Fiodor, quand il parle par l' intermédiaire de Mychkine de la beauté qui va sauver le monde, pense à la beauté de la nature, à celle de l'organisation de l'Univers observable et des chefs d’œuvres de l'art, à la bonté humaine qui sont autant de preuves de l'existence de Dieu. C'est le même sentiment qui nous étreint en contemplant un Caravage ou en écoutant un andante de Mozart (la liste n'est pas exhaustive). Ce ne sont peut-être que des faux-semblants, des paravents indispensables qui cachent la tragique réalité de notre condition et l'ignominie de l'ordre du monde (très marquée ces temps-ci). Relire Pascal sur le divertissement.
Mais il n'est pas interdit de rêver. Je vous souhaite de bonnes fêtes.

Écrit par : Gilbert NERI | 24/12/2016

Répondre à ce commentaire

La beauté du monde peut être ce qui se met en travers de l'horreur. Étant résidente à Berlin depuis plus de trente ans j'ai ressenti tout l'effroi et la sidération des habitants de cette ville qui s'était toujours relevée de destruction ou de séparation. Et la ville où tout est désormais possible, toutes les extravagances où on peut même mener une vie pantouflarde avec son petit jardin, sa belle voiture, se rappelle que tout cela peut voler en éclat en une seconde.
Puis la beauté, celle qui peut sauver le monde est apparue là où l'attendait sans doutes le moins : sur un stade de foot, le FC Union de Köpenick. Ses fans, joints par tous ceux qui le veulent pour coutume de célébrer Noël le 23 décembre à 17 heures, heures où la nuit est profonde déjà, et de célébrer Noël en chantant les en chœur les chants traditionnels de Noël, une bougie à la main. Cette tradition considérée comme la plus belle du football allemand (à juste titre et je ne suis pas une Fan de ce sport) a porté hier une beauté très simple, une immense ferveur. Nous étions plus de 20 000, telle la plus grande chorale au monde dont les chants dirigés vers le ciel dans une grande humilité car un fan de foot du stade de Köpenick à rarement la grosse tête et donne sans compter, sans calculer le meilleur de son cœur ce jour là. Et c'est très beau.

Écrit par : Marie | 25/12/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, Marie, de ce témoignage saisissant.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 25/12/2016

Répondre à ce commentaire

Gilbert NERI et Marie,

Préambule

C'est très beau le couple de vos deux commentaires, l'un sur la MATHÉMATIQUE (grâce au génie de Pascal) -le votre, Gilbert NERI (quoi que vous contredisez formellement Hélène Richard-Favre en écrivant que "Le grand Fiodor, quand il parle par l' intermédiaire de Mychkine de la beauté qui va sauver le monde"-, l'autre sur le FOOTBALL & sur la MATHÉMATIQUE (la Mathématique grâce à votre "Ses fans, joints par tous ceux qui le veulent pour coutume de célébrer Noël le 23 décembre à 17 heures, heures où la nuit est profonde déjà, et de célébrer Noël en chantant les en chœur les chants traditionnels de Noël, une bougie à la main") -le votre Marie- , le couple qui, réuni avec le sujet du blog d'Hélène Richard-Favre lui même, donne un exemple d'école d’un ikebana abstrait concrétisé et/ou implémenté et/ou réalisé et/ou воплощённой и/или олицетворённой dans l'ikebana concret, ikebana faisant un triple trade-union entre les trois notions et en constituant ainsi une triade que je trouve Dieu donnée: FEMME - FOOTBALL - MATHÉMATIQUE.

Scriptorium

§1

Pourquoi FEMME fait-elle son apparition dans le membre de la triade correspondant à ce sujet de blog ?

Parce que, de façon triviale, le sujet est écrit par une femme qui est Hélène Richard-Favre et aussi et surtout parce que le sujet principal de ce sujet du blog "Voix" est la BEAUTÉ (d'ailleurs, en passant, on obtient gratis un schéma associatif "BEAUTÉ ~ FEMME ~ BEAUTÉ SAUVERAIT LE MONDE (selon certains)~ LA FEMME EST L'AVENIR DE L'HOMME"

§1.1

Dans le magnifique café artistique, café boulgakovien par excellence (*), sur un mur -mur qui est tout le contraire de son homologue facebookien, homologue qui est rarement mûr- est écrit [en russe, NDLR] "La beauté sauvera le monde si le monde ne la tue pas"; et sur un autre: "Aller aux mûres " Philippe Delerm (**).

§2

Pourquoi j'aperçois MATHÉMATIQUE dans "Ses fans, joints par tous ceux qui le veulent pour coutume de célébrer Noël le 23 décembre à 17 heures, heures où la nuit est profonde déjà, et de célébrer Noël en chantant les en chœur les chants traditionnels de Noël, une bougie à la main" appartenant à Marie ?

Parce que l'heure «  le 23 décembre à 17 heures » me fait immédiatement et irrésistiblement penser à l'heure exacte – heure à une minute près-, à savoir, le 23 décembre, 17 heure et 19 minutes, le moment quand le Président en exercice de la Fédération de Russie, dans une ambiance digne de la « détente » dite de « 1975, les accords d’Helsinki », donc quand Président russe en exercice et un messager du premier Président de l'Union Soviétique -président lui aussi en exercice- discutent et quand le nombre 19 -nombre premier tout comme ses homologues immédiatement inférieur et supérieur -à savoir, 17 et 23-le sont- est évoqué lors de cette discussion.

La question serait -mais ceci restera évidemment à jamais en conditionnel dans les écrits de Chroniqueur- du nombre des Républiques Soviétiques Socialistes (RSS) dans l'Union Soviétique restructurée, renouvelée, « refactorée » AND LAST BUT NOT LEAST « перестроенного » (du substantif russe ПЕРЕСТРОЙКА, PERESTROÎKA).

Ce nombre est 19.

Je ne sais pas si la démonstration de l'existence de Dieu faite par Pascal diffère grandement de ma démonstration du rôle crucial qui jouera prochainement le nombre premier 19 dans l'histoire moderne de la Russie.

Cordialement,

Nuits Blanches Neiges

(*)

http://www.cafedudo.com/

(**)

http://motsetmets.canalblog.com/archives/2008/12/01/11585638.html

(***)

https://francais.rt.com/international/31070-conference-annuelle-vladimir-poutine

Écrit par : Vladimir Trofimov | 26/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.