06/01/2017

Russie, droits de regards

Capture d’écran 2017-01-06 à 19.19.58.png

C’est assez amusant -ou pathétique?- de constater comment et de plus en plus souvent, sitôt qu’il est question de la Russie dans une interview, un débat ou un forum quelconque, celle ou celui qui tente un point de vue autre que celui qui doit faire foi, est de facto considéré comme ami de Poutine.

Cette formulation, d’une exceptionnelle ingéniosité, dénote à quel point toute pensée est formatée, pis, comment toute réflexion est verrouillée.

Dans ce sens, on a beau jeu de se poser en juge et arbitre de ce qui se passe dans un pays quand on le présente selon un prisme sélectionné.

Comment, dans nos démocraties qui disent privilégier la liberté d’expression et le droit à la différence, un tel état de fait est-il possible sinon par l’imposition de standards en dehors desquels tout autre discours ne peut être tenu sans être disqualifié?

Quand la défense d’intérêts bien précis crée la rhétorique adaptée à ses besoins, ce n’est plus dans une démocratie que l’on évolue, c’est dans son simulacre. 

 

19:38 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Excellente réflexion!
D'autant plus que bien des médias se rangent très souvent du côté de la pensée unique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/01/2017

@Marie-France de Meuron,
Content de vous lire ici!
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/01/2017

Vous utilisez les mêmes armes en qualifiant de "pensée unique" lorsque cela ne vous plaît pas.
Les rhétoriques ne sont pas les mêmes de chaque côté, mais les raisons sont les mêmes. Le manque d'argument pour convaincre pousse à la rhétorique pour discréditer l'autre opinion.

En fin de compte ce sont les rhétoriques qui discréditent leur auteur, c'est un aveux de faiblesse.

Écrit par : motus | 07/01/2017

Le diagnostic exprimé est d’une parfaite justesse : c’est le totalitarisme de la pensée unique, la négation de la liberté, non seulement d’expression, mais de la pensée en elle-même.

Écrit par : Michel Mottet | 07/01/2017

Mme H.R.-F. a bien écrit ""C’est assez amusant -ou pathétique?- de constater comment et de plus en plus souvent, sitôt qu’il est question de la Russie dans une interview, un débat ou un forum quelconque, celle ou celui qui tente un point de vue autre que celui qui doit faire foi, est de facto considéré comme ami de Poutine.""

"Ami de Poutine!" Ne pourrait on plus dénoncer la Propagande de l Otan, entre autres Anti-Russie, qui pointe du doigt accusateur 24/24 et 7/7 la Russie comme l Ennemi number One de la "Démocratie" via son Président Poutine nommé l ennemi-diable juré? Même de faire porter à Poutine la "responsabilité sub-totale" d avoir favorisé l Election de Trump et quel idiot du village croirait à cette plaisanterie? Ne pourrait on pas dénoncer l Otan sans adhérer totalement à la politique Poutine et sans être catalogué comme "Ami" de Poutine? C est très subliminal et vicieux d étiqueter les gens selon un système binaire. Quelle misère quand les anciens démons se réveillent de nouveau comme celui de l Axe du Bien Absolu (nous) contre l axe du Mal Absolu (eux, là bas).

Écrit par : Charles 05 | 07/01/2017

Absolument Madame.
Ah la propagande et l'esprit indifférencié, "formaté" !

S Rojdestvome Kristovime !
Une même fête un autre calendrier.
Sont-ils nombreux ceux qui savent pourquoi et qui trouvent ceci important digne d'être connu?

Écrit par : Nicolas Moser | 07/01/2017

Merci à vous tous de vos commentaires, merci à « motus » de démontrer son sens aigu de la lecture.

A propos de ce qu’a écrit Nicolas Moser, «  S Rojdestvom Kristovim » (sans le e :-)) il s’agit de la transcription, dans notre alphabet, de С Рождеством Христовым, formule consacrée par les Orthodoxes pour se souhaiter la fête de la nativité du Christ qui est célébrée, pour certains, le 25 décembre, pour d’autres, le 7 janvier:

http://icalendrier.fr/religion/fetes-orthodoxes/nativite-christ

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/01/2017

Les commentaires sont fermés.