13/01/2017

Larmes de déconstruction massive

Capture d’écran 2017-01-13 à 11.59.26.png

capture d’écran de: https://fr.sputniknews.com/international/2017011110295285...

Barack Obama a eu beau verser une larme, très médiatisée, celles de tant de victimes en Ukraine et ailleurs ont sans doute eu moins d’impact sur nos journalistes si prompts à relever l’émotion ici ou là.

Pourquoi l’Ukraine? 

La question, pour tant de personnes qui ont appris à penser selon les bulletins d’information rendus chaque jour ou presque tout le temps qu’a duré une guerre qui se prolonge dans la quasi indifférence de nos médias, la question, donc, se pose pour qui a retenu la leçon selon laquelle la Russie avait envahi ce pays.

Toutes celles et ceux, en Occident, qui pensent encore être informés ont appris comment les Ukrainiens souffraient de l’oppression russe, comment le Maïdan n’était que la revendication de plus de liberté et de moins de corruption!

Le résultat se connaît! Il en a largement été question ici dans les centaines de sujets consacrés à ce qui s’est passé dans le Donbass et en Ukraine, en général.

Au point que même l’administration américaine a reconnu sa responsabilité dans le plus parfait cynisme sauf à considérer un mea culpa de bon ton:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/04/la-responsabil...

Pour le reste, on retiendra aussi la manière bien peu élégante du président américain de quitter la Maison Blanche.

Mobiliser à ce point l’attention contre la Russie pour en faire un feuilleton médiatique de troisième zone ne grandit pas ce Nobel de la Paix.

 

Commentaires

Avec votre raisonnement, vous comprenez pourquoi certains pays frontières avec la Russie se sont empressés de rejoindre l'OTAN.
Il suffit d'avoir une minorité russe pour en être une cible potentielle, qu'importe que ces russes soient issus de la colonisation sous l'ère soviétique.

Si tous les pays en Europe se comportait comme la Russie, ce serait le chaos. Que penser des minorité hongroise, roumaine etc..

Les frontières ont évolué le long des siècles, Poutine doit respecter les frontières actuelles et les pays doivent respecter les minorités en mettant en place un fédéralisme.

Quant à la Crimée, elle fut un temps grec, puis turque et sous l'ère soviétique les russe ont remplacé la population locale qui elle a été déplacée.

Rien ne justifie l'invasion de la Crimée. Les russes y habitant ne peuvent prétendre pour la plupart, que c'est la terre de leurs lointains ancêtres.

La Russie se comporte comme un maître qui prend les pays frontières comme ses vassaux. Cela doit s'arrêter.

Ceci dit, il convient que l'Europe et la Russie entretiennent de meilleurs rapports. L'avenir se construit maintenant. J'espère que Poutine comprendra que pour rivaliser avec d'autres régions dans un monde globalisé, il ne pourra le faire sans l'Europe et inversement.

Écrit par : motus | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

« motus »,

« Avec votre raisonnement... » , je comprends comment l’information a oeuvré, merci de ce bel exemple!

Pour le reste, voici, au cas où vous ne vous seriez jamais rendu en Crimée...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/27/он-не-сможет-il-ne-pourra-pas-258268.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

"Dieu a créé le monde en sept jours. Obama a deux jours de plus pour le détruire." Très belle phrase de Mme Zhakarova, mais prophétie inquiétante en même temps. Personnellement, je ne suis toujours pas convaincu que Donald Trump va être président des Etats-Unis...

motus: "Il suffit d'avoir une minorité russe pour en être une cible potentielle, qu'importe que ces russes soient issus de la colonisation sous l'ère soviétique."

Vous n'avez vraiment rien compris à la situation. Si la Russie a repris la Crimée, c'est parce que c'est l'un de ses intérêts géostratégiques majeurs. Lorsque la grande Catherine y a installé la flotte de la Mer Noire en 1783, c'était pour disposer d'un port militaire libre de glace toute l'année. Sébastopol, ville qu'elle a fondée, a aussi été le principal but stratégique de la guerre de Crimée en 1854. Et durant les première et seconde guerres mondiales, la ville a également été la cible d'attaques allemandes.

Et si l'OTAN voulait l'Ukraine, c'était avant tout pour s'installer à Sébastopol et faire reculer les Russes dans leurs frontières tronquées de la Crimée. Et ça c'était tout simplement inacceptable. Ce qui s'est passé était donc prévisible. Jamais les Russes n'abandonneront la Crimée sans combattre.

En revanche, les Russes n'ont pas envahi le Donbass, pourtant à majorité russe. Alors pourquoi voudriez-vous qu'ils envahissent des régions sans intérêt majeur sur le plan stratégique et dotée de minorités russes seulement ?

Au passage, la grande majorité russophone de Crimée n'a pas été installée durant l'ère soviétique mais est bien plus ancienne...

Écrit par : Kad | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

Sur la Crimée et son Histoire en autant de commentaires et de controverse:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/03/12/crimee-memoires-et-passions.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

"Trump ne sera jamais président".
C'est ce que les Démocrates veulent bien et ils feront tout pour cela.

Ce jour-là, dimanche 20 janvier, jour d'intronisation de Trump, le séisme et le chaos humains seront au rendez-vous. Un promesse secrète et qui adviendra comme un coup de foudre décroché du ciel et qui viendra frapper le sol des USA.
Cette fois, Regime Change s'opère à domicile...!

http://www.zerohedge.com/news/2017-01-13/dc-national-guard-chief-fired-days-trump-inauguration-timing-extremely-unusual

https://www.bloomberg.com/politics/articles/2017-01-03/bill-and-hillary-clinton-plan-to-attend-trump-s-inauguration

Mais Obama ne fait pas que verser des larmes, combatif, il organise sur la durée. Il redevient le Major et non le subalterne de la CIA. Lutter contre tout ce qui semble se rapprocher de la Russie devient vital pour lui, il va entamer sa propre thérapie. L'un des deux doit être vaincu et disparaître: lui, des renseignements américains ou V. Poutine Président de la Fédération de Russie.
Pour un ex-président d'un si grand pays comme les USA, c'est d'une mesquinerie et d'un non sens encore jamais connus dans l'histoire de l'humanité... Sauf dans l'antiquité romaine. Ce livre pourrait s'intituler "Grandeur et Décadence de l'Empire Américain" par Obama.

http://www.dedefensa.org/article/le-potus-qui-ne-voulait-pas-ne-plus-etre-potus

Quant à la Crimée, elle fut fort bien avisée d'organiser sans attendre, au lendemain des assassinats à Odessa par le feu, un référendum de rattachement à la Russie. Ainsi, elle avait pu éviter le massacre de sa population par le Ukro-kiéviens. La Crimée s'était absolument conformée à la Charte des Nations Unies en consultant pacifiquement le peuple qui s'était Auto-Déterminé avec ce rattachement à plus de 80% des votants. Le Kosovo ayant donné un précédent, on ne peut le refuser à la Crimée.

Des griefs contre la base russe de Simféropol, Pourquoi pas de griefs contre les dizaines de bases US en Europe occidentale et orientale ainsi que dans le Moyen-Orient?

Les USA possèdent une longue liste dse bases militaires partout dans le monde et jamais la Russie n'a menacé de les faire expulser. L'argument d'une base navale russe à Simféropol ne pèse pas lourd au regard des bases de l'OTAN qui nous menacent à nos portes car, si les USA décident une provocation depuis la frontière européenne, les pruneaux tomberont en Europe, à nos pieds et personne n'aura le temps de recenser leur Appellation d'Origine Contrôlée.

Écrit par : Beatrix | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

J'approuve bien entendu motus quand il écrit que "Poutine doit respecter les frontières actuelles". Poutine doit donc au lieu de proposer une solution fédéraliste pour le Donbass au sein de l'Ukraine reconnaître les Républiques Indépendantes de Lugansk et de Donetsk qui ont de facto ACTUELLEMENT une frontière avec l'Ukraine.

A propos, qui sont les "lointains ancêtres" des Américains?

@Beatrix
Sébastopol, pas Simféropol.
Je me méfierais de tout lien reproduisant des informations de debka, une officine connue pour sa désinformation. Le point intéressant de ce lien est la première partie de la note de bas de page: "Afin que nul ne se perde dans cet exceptionnel imbroglio, je rappelle que POTUS signifie bien President Of The United States, comme l’on dit FLOTUS (First Lady Of The United States) pour l’impressionnante et sémillante Michelle, ou encore BOTUS (Bordel Of The United States) pour les affaires courantes de la Grande République"

Quant à "motus" je laisse à chacun son interprétation.

Écrit par : dies irae | 14/01/2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi autant de bases militaires US si lointaines s'ils prônent la paix, le bonheur et la démocratie?

Un article intéressant de John Pilger qui nous rappelle un certain nombre de provocations US qui ont conduit directement à beaucoup de misère sur terre plus qu'à du bonheur. Les USA prétendent toujours apporter le bonheur au monde en exportant... leur modèle.

Tout évolue mais il faudrait que l'évolution se dirige vers la paix, la confiance et non vers le harassement et la guerre globale.


https://consortiumnews.com/2016/12/04/picking-a-war-with-china/
Pour les francophones.
http://www.les-crises.fr/choisir-une-guerre-avec-la-chine-par-john-pilger/

Écrit par : Beatrix | 16/01/2017

Répondre à ce commentaire

L Obscur Obama!!

Guibert Stephane
yesterday at 8:38 pm
Obama, c'est trois bombes par heure, soit 72 bombes par jour.

Rien qu'en 2016, l'armée américaine a largué 26'171 bombes, la majorité en Irak, en Syrie mais aussi en Afghanistan, en Libye, en Somalie, au Yémen et au Pakistan.

Sous l'ère Obama, les frappes par drones ont été multipliées par 10. En 2008 il avait fait la promesse de mettre fin aux conflits initiés par Bush. Aujourd'hui les troupes ont bien été réduites en Irak et en Afghanistan mais leur présence globale a augmenté de 130% dans le monde. (Au total : 138 pays)

https://vk.com/video258326750_456239847

Écrit par : Charles 05 | 20/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.