01/02/2017

La justice du fiel et du venin

Capture d’écran 2017-02-01 à 22.24.19.png

                                                                                                      capture d’écran: RTS

Il fallait entendre Franz-Olivier Giesbert, ce 1er février dans le cadre du 19:30 de la RTS. Interrogé par Darius Rochebin sur l’affaire Fillon, le journaliste français a été très clair:

http://www.rts.ch/info/monde/8355245-dans-l-affaire-fillo...

Il n’est d’ailleurs pas le seul à dire que le dégât est avant tout et surtout d’ordre moral, pour François Fillon alors qu’il n’y aurait rien d’illégal à ce qui lui a été reproché. Certes, la justice le dira.

En attendant, la nature humaine se révèle dans toute son ampleur.

Déjà par le fait de révéler une information juste quand il faut alors que la pratique à laquelle se serait livré le candidat à la présidentielle du parti Les Républicains ne date de loin pas d’hier et devait sans doute être connue.

Ensuite par la nécessité que ladite information soit reprise en boucle pour atteindre le plus grand nombre de citoyennes et de citoyens.

Enfin et justement, par la déferlante de réactions à une affaire montée en épingle dans le seul but d’abattre un homme. 

Car la justice que pensent exercer celles et ceux qui n’expriment que jalousie, aigreur et haine ne construit strictement rien mais leur permet de déverser fiel et venin.

 

Commentaires

C'est tout à fait ça. Marie

Écrit par : Marie | 01/02/2017

Répondre à ce commentaire

Je trouve votre défense de Fillon assez pathétique. N'est-ce pas ce même Fillon qui se réclame d'une haute tenue morale, et qui veut sabrer dans les dépenses sociales?
http://www.tdg.ch/monde/europe/jamais-lassistante-mari/story/30068717
Oui, la justice dira s'il y a lieu de poursuivre. Comme pour DSK, mieux vaut tard que jamais. Je regrette bien sûr cette affaire, mais pas le fait qu'elle soit dévoilée. Tirer sur le messager est toujours la tactique pour éviter d'évoquer l'affaire elle-même. C'est assez misérable. C'est connu que certains Français sont des profiteurs. Tant que cette "morale"-là tiendra le haut du pavé, il y aura toujours quelque chose qui ne tournera pas rond dans ce charmant pays.

Écrit par : Charles | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Charles,

Apprendre à lire un sujet -et non un commentaire comme vous aimez à dire, confondant avec insistance l’un et l’autre- apprendre à lire un sujet, donc, exige une certaine attention qui, à l’évidence, vous fait défaut.

Je vous laisse donc à votre carence et à la suffisance de votre posture qui n’a, elle, rien de « pathétique » sinon son endurance à se manifester au gré de vos commentaires.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Vous avez parfaitement raison.

Tous ceux qui souhaitent la mort politique de François Fillon seraient bien inspirés d'ouvrir leur dictionnaire et de relire la définition du mot "éthique".

"Les hommes sont tellement bêtes" a dit Helvétius "qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit."

Écrit par : Michel Sommer | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Belle citation d’Helvétius, Michel Sommer, merci.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Mme H.R.-F,
Vous avez raison d après votre article chapeau.
Toutefois, permettez moi de dire que ce qui se passe actuellement en hauts lieux de la France et sur ce sujet reflète l état d un "boxon voire d un bordel"

--Tout d abord, Fillon, Candidat-Présidentiel depuis bientôt 2 ans aurait dû déminer le Terrain en prévision d éventuelle élection chose qui a été confirmée récemment lors de la primaire de la droite et contre toute prévision sondagière et toute attente médiatique ce qui vexe la crédibilité des mé(r) dais alors que maintenant ces médias sont devenus des "Dieux" de la Vérité et l enquête honnête...

Pour "rire":Fillon, a t il pensé qu il va à l élection comme il va à la pêche ou à la messe dans sa petite chapelle privée et ne savait il pas que le premier qui sort du bois, il recevra une balle?

-Il est évident que le Timing de ce scandale est louche voire abjecte mais reste que la révèler dans ces conditions louches ne disculpe pas l acteur de sa présumée-faute.

-Allons pour nous, entendre un jour la vérité sur le combien et le comment Sarkosy a été financé par Khaddafi ou éventuellement la campagne de M. Hollande via le soutien d Exxon Mobile et in fine le coût des réunions actuelles de Macron et qui les paie? Peu de chance de savoir plus aujourd hui !!! De même pour les 114 cas de députés-sénateurs (114 moins un, celui de Fillion) qui sont dans la même situation d un présumé coupable comme Fillion mais non, tant qu ils ne se représentent pas à des fonctions suprêmes et très hautes et le cirque-boxon continuera à tourner!!

Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Fillon a librement choisi d'être candidat, il a tout aussi librement choisi les thèmes fort de sa campagne, il a librement choisi d'attaquer ses rivaux sur le plan de la morale politique et de l'éthique. C'est son droit le plus fondamental. Mais quand les faits montrent à l'évidence une contradiction - ou incompatibilité - avec son discours, il est légitime que les journalistes, les chroniqueurs, les citoyens - surtout ceux qui ont voté pour son programme - se posent des questions sur la cohérence entre les faits et le discours de campagne. C'est cette incohérence qui va (indépendamment des issues judiciaires) obliger le candidat à se retirer de la course sinon il pourrait provoquer non seulement sa défaite personnelle mais celle de son clan. Finalement personne ne l'a obligé à payer son épouse à un niveau de rémunération inimaginable pour un quidam. Mais je suis persuadé qu'il a - tout simplement et de bonne foi, parce que c'était l'usage toléré à l'époque - considéré que c'était un droit, un dû.

Écrit par : uranus2011 | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas ce qui reste de crédibilité chez Fillon aujourd'hui, que cela plaise ou non. Que pensez-vous de cet interview de Penelope Fillon sur une chaîne britannique, insistant sur le fait qu'elle n'a jamais travaillé pour son mari ?

Écrit par : Géo | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord avec Géo,
Il semblerait que nous nous trouvions devant un cas caractérisé d'emploi fictif, ce qui est bien autre chose que de rémunérer un membre de sa famille en dépassant le taux toléré.
Si l'on songe que dans son programme il comptait faire sauter plus de 500'000 fonctionnaires pour dégraisser les frais de l'état cela passe encore plus difficilement pour le peuple.
Il est politiquement mort.
On peut certes regretter l'américanisation de la politique française avec l'apparition de ces "boules puantes" en guise de chausse-trappe. Mais là il devient indéfendable.

Écrit par : aoki | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

"Apprendre à lire un sujet -et non un commentaire comme vous aimez à dire, confondant avec insistance l’un et l’autre- apprendre à lire un sujet, donc, exige une certaine attention qui, à l’évidence, vous fait défaut."
Si vous le dites. Mais peut-être devriez vous consulter le dictionnaire sur ce qu'est un "commentaire". Je vous aide:
http://www.cnrtl.fr/definition/commentaire
Et en particulier:
"Jugement, interprétation (nés d'une réaction individuelle face à un événement)"
Ah, vous allez me dire maintenant qu'en parlant de fiel et de venin, vous ne jugez pas. Cela vous appartient et je crains que cela n'appartienne qu'à vous.
Mais c'est votre choix. Comme le jugement sur la jalousie, l'aigreur et la haine que vous prêtez à certaines personnes. Voyez-vous le Canard Enchaîné a été épuisé dès mercredi matin. Nierez-vous le désir d'information des citoyens? Pour une fois que la presse fait son travail!
En outre quand vous écrivez "alors qu’il n’y aurait rien d’illégal à ce qui lui a été reproché. Certes, la justice le dira."
Avez-vous remarqué que "le" reprend "il n'y aurait rien d'illégal". Et donc "la justice dira qu'il n'y aurait rien d'illégal". Curieuse manière de s'exprimer... en présupposant, même au conditionnel, ce que dira la justice. Ce même mot que vous utilisez à une autre occasion pour parler d'une "justice" qui n'en est pas une: bref vous voulez interdire aux journalistes de faire leur travail. Quant à "abattre" Fillon, il a fait le nécessaire tout seul. Il serait plus juste de parler de suicide politique, uniquement politique bien entendu. Heureusement les valeurs morales ne sont pas mortes. Ce que confirment uranus, Géo et aoki ci-dessus. Vous pouvez jouer sur le mots, mais personne n'est dupe.
Et à propos de sujet, j'adore cette définition:
http://www.cnrtl.fr/definition/sujet
Et celle-ci:
http://www.cnrtl.fr/definition/carence
En particulier, surtout en particulier.

Écrit par : Charles | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Charles,

Vous aimez avoir le dernier mot, mieux, avoir raison, cela s’est vu à de nombreuses reprises déjà, Je vous laisse très volontiers ce besoin sinon ce plaisir ou cette volonté, à choix.

Cela dit, je maintiens mon propos, ne vous en déplaise et n’en déplaise à vos savantes remarques et autres références.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.