16/02/2017

Ukraine, un écrivain russe au front

Capture d’écran 2017-02-16 à 12.08.16.png

                                                              capture d’écran: Agoravox, Lettre de Donetsk

De l’aspiration au dialogue entre parties adverses à la passe d’armes, on reste encore dans l’échange, même musclé.

Mais lorsqu’on en arrive à la prise d’armes et à la commande de bataillon, c’est un pas conséquent qui est franchi.

Un célèbre écrivain russe dont je vous invite à découvrir le parcours peu banal, fait réagir une bonne  partie de l’intelligentsia de son pays et d'ailleurs tandis qu’il a décidé d’aller se battre dans le Donbass.

Comment considérer un tel acte? Pour certains, il peut relever du courage, pour d’autres, de la soumission à un pouvoir en place.

A lire l’article que consacre « Le Temps »  à cet événement, car il en est, il y a de quoi rester perplexe.

Que la lauréate du Nobel de littérature 2015 condamne l’engagement de Zakhar Prilepine en dit long sur cette femme.

En son temps, fervente laudatrice du fondateur de la Tcheka, ancêtre du KGB et de l’actuel FSB elle a tout de même réussi à renier tout ce passé pour outrager un pays.

 

Commentaires

Article dans la bonne ligne des médias de l'Otan, infecte comme tous.

Écrit par : Jo | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

Ai lu et relu les différents articles que Le Temps a consacrés à Prilepine. Ceux de 2015 m’ont paru plutôt élogieux. Le dernier en date du 15.02. 2017, qui relate le « schisme » au sein de l’intelligentsia littéraire russe, le fait de manière mesurée, en regrettant surtout que le courant entre les différents camps ne passe plus… Juste une allégation sur le rôle clivant de la politique de V. Poutine… Rien quand même de l’infection otanesque que vous décrivez…

Écrit par : gislebert | 16/02/2017

Je ne reprend que cette phrase, car ce serait trop long: Salué pour son courage par les nationalistes, l’écrivain fait face à un torrent de critique de la part des opposants au Kremlin.
Chaque mot a son importance, que signifie "torrent de critique", avec une opposition si faible est-il possible de subir un "torrent" ?, quel est le % de critiques négatives en rapport des positives ???, à vous de deviner, le "temps" se garde bien de préciser.
C'est exactement le style d'infos que l'on reçoit de tous les médias des pays de l'Otan et affiliés, la Suisse est affiliée.
J'ai pris l'habitude d'éplucher chaque mot lors des "infos" sur nos chaînes de TV, ça devient très facile, je pourrais reprendre le "perroquet" sur chaque mot qu'il utilise.
Et c'est la même chose dans tous nos pays, j'ai eu un correspondant Français vivant en Nouvelle Zélande, il comparaît les 2 infos et s'était rendu compte qu'il recevait les mêmes images et les mêmes textes dans les 2 pays pourtant si éloignés.
On peut donc parler d'"informations" Otanesque.

Écrit par : Jo | 17/02/2017

Article du "Temps" dans le bonne ligne des médias de l'Otan, infecte comme tous.

Écrit par : Jo | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

"Merci de préciser à quel article vous faites référence qui serait, selon vous, « dans la bonne ligne des médias de l’Otan »."
Clairement, à mon humble avis c'est l'article du "temps".
Déjà le titre:
"Un écrivain russe prend les armes contre l’Ukraine"
Ce serait pas plutôt pour la défense du Donbass? Ou contre le régime néo-nazi de Kiev issu d'un coup d'État?
"aux rebelles pro-russes"
indépendantistes Nouveaux Russes
"l’annexion de la Crimée"
le respect de la volonté du peuple de Crimée
"la poétesse Vera Polozkova promet d'«ouvrir une bouteille de champagne lorsqu’il se fera enfin brûler la cervelle»."
très poétique effectivement
"aider la propagande russe"
le temps bien sûr n'aide pas la propagande du mensonge... (otan, soros, etc.)
"le gouffre séparant les écrivains résistant au Kremlin et les autres."
gouffre? rigole tout au plus en considérant leur nombre
"le virage ultra-conservateur opéré par Vladimir Poutine en 2012"
conservateur != progrès... et progrès = toujours plus de guerres, de massacres, d'armes, de destructions, de pillages... et surtout, surtout destruction des valeurs qui sous-tendent la vie.
Oui, le président de la Fédération de Russie veut conserver les ressources du pays pour son peuple et non pas le livrer au pillages des multinationales sans foi ni loi (cf. analyse présentée dans le sujet précédent). Et le peuple de la Fédération de Russie le veut aussi à plus de 80%. Et il y aura toujours des vendus à l'étranger, prêts à la destruction du pays pour leur petit gloire personnelle et quelques compensations pécuniaires. Quand le pays est en guerre (pour le moment économique...), ces gens sont des traîtres. Mais bien sûr pour eux le mot patrie est une obscénité.

Écrit par : Charles | 17/02/2017

Répondre à ce commentaire

Charles,

J’ai supprimé mon commentaire à Jo auquel vous faites référence car celui où il indiquait qu’il s’agissait bien de l’article du « Temps » m’a été précisé par lui..

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/02/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, j'avais bien compris.

Écrit par : Charles | 17/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.