25/02/2017

Genève et ses députés ou quand la Russie enflamme la haine

 

La Tribune de Genève publie en Lettre du jour de son édition de ces 25-26 février, le point de vue d'un député dit d’Ensemble à Gauche.

Ce qu’on découvre dans cette missive blesse l’image que j’ai encore de mon canton et de mon pays, au-delà du fait qu’elle est une pure insulte à un peuple et à son Président.

Je veux parler de la Fédération de Russie et de Vladimir Poutine qui, dans cette Lettre du jour, n’a pas même droit à un prénom.

Qui plus est, l’auteur de ladite Lettre du jour, définit qui sont les amoureux de la Russie et ce que représente la remise de l’Ordre de l’Amitié à Guy Mettan, son collègue député au Parlement genevois:

Un jour de deuil pour  celle de la commune paysanne, de la révolution de 1917 et de l’insoumission permanente. Une génuflexion honteuse devant le servage, la bureaucratie, les uniformes et les prisons. Aux amoureux de la Russie en lutte pour la justice sociale et la liberté des peuples, je dédie la version russe d’une chanson antifranquiste (L’Estaca), popularisée à Moscou après la répression des manifestations de 2012 contre les fraudes électorales...

Ce à quoi on a droit, ici, est une insulte à la République et au Canton de Genève, à la Confédération Helvétique et à la Fédération de Russie.

 

Commentaires

oui
merci Madame

Écrit par : Nicolas Moser | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

La bêtise russophobe est un peu la spécialité d'Ensemble à Gauche. La TdG (par cynisme?) en publié un exemple édifiant!

Écrit par : jmo | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

La bêtise Russophobe, grotesque et bouffone qui donne de la Suisse cette image détestable d'un état passé de la neutralité, de la fierté d'être libre indépendant et souverain à l'état de lèche botte de l'impérialisme, des néocons et bien prés de tomber dans le paneuropéanisme du comte Richard Coudehhove-Kalergi ce qui serait sa perte définitive...

Chipoter par pure bêtise sur le droit pour un député à accepter une décoration étrangère qui plus est une décoration qui est un signe d'amitié et d'ouverture, gageons que si on lui avait accordé la légion d'honneur ce serait passé comme une lettre à la poste et le port de son ruban n'aurait posé de problème à personne...

La Suisse et Romande de surcroît doit quand même au général Alexandre Vassilievitch Souvorov (Александр Васильевич Суворов) qui l'a débarrassée du Petit Caporal d'être autre chose qu'un département Français, suprême ingratitude...

La Suisse bien pensante a failli gagner... Comme le dit si bien Boukovsky le politiquement correct (la bienpensance)est le "Goulag" mis en place par l'occident... Et il ajoute j'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché, je nous souhaite bonne chance et on en aura besoin... ;)

Écrit par : Notaf André | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

La ruine EAG, au travers de son idéologue attitré, faisant allusion au régime stalinien, bien sûr..

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis heureuse et fière pour Guy Mettan que le Grand Conseil ait accepté que Guy puisse accepter et porter la médaille de l'amitié entre nos deux peuples.
C'est un symbole de paix, pas de guerre, un symbole de rapprochement, pas de division, un symbole de dialogue et de partage, pas d'agression et d'accaparement.

L'amitié des peuples c'est la garantie du respect et de la dignité, c'est l'échange d'égal à égal qui favorise le développement global.

Comment ces misérables leaders de pacotille de SolidaritéS cachés sous l'habit de Ensemble A Gauche ne peuvent-ils pas faire la différence?

Genève fut déclarée ville de paix du temps du magistrat Hediger.
Et le Parti du Travail qui est une composante de EAG actuelle, pourquoi n'exprime-t-il pas cette fierté? Pourquoi se terre-t-il et se tait-il?

On devrait même jumeler Le Canton de Genève avec la Ville de Moscou pour lui donner un deuxième oeil. Dans les yeux de Moscou et de Genève, se poursuivrait l'histoire et l'essor économique et culturel de nos deux pôles.
Pourquoi pas?


SolidaritéS (EAG) vit dans un autre siècle, dans un autre monde, ne respire pas notre air, figée dans la guerre froide, dans les révolutions de couleur, vit dans la confusion des époques et dans le déni des faits. C'est normal, Solidarités s'est construit sur de la démagogie et de combines (parfois basses) et de récupérations qu'ont permis les poches politiques vides d'une certaine époque, en marge de la société. Elle a tenté de rassembler tout ce qu'il y avait d'associations quitte à en créer artificiellement, tout ce qu'il y a et avait d'idiots utiles pour ce commencement du nouveau sociétal. Elle a voulu en faire une force de revendication, une minorité puissante, capable de faire plier autorités et institutions. Du moins comme objectif à défaut de succès. SolidaritéS (EAG) veut être le faiseur de roi incontournable à l'intérieur de EAG mais aussi à l'extérieur, dans la cour des grands - les grands partis peuvent en témoigner par les discrètes concessions qu'ils ont du consentir.

On pourrait dire que les chefs de Solidarités font jouer à EAG le rôle du maître chanteur en politique.

Eh oui! "Regime Change" a aussi pris racines en Suisse et surtout en Romandie, en infiltrant les révolutions d'émancipation pour finir dans les révolutions (de couleur) afin de se conformer aux idéologies impérialistes et belliqueuses des USA (on n'a jamais vu de critiques de SolidaritéS contre Obama ou contre de la Déesse Guerrière Hi(...) Clinton).
EAG ou plutôt SolidaritéS Comme cinquième colonne dans notre système politique, on ne peut être plus pénétrant et corrosif.


On n'est pas surpris du comportement contradictoire des chefs de Solidarités allias EAG qui sont assis entre deux chaises et qui veulent manger dans les deux assiettes à la fois, celle de la "Démocratie capitaliste impérialiste et monopolistique et celle dudit parti socialiste du coin (pas moins libéro-compatible et impérialiste). Là où SolidaritéS prétend être son indispensable alternative pour ses laissés pour compte. Dans une vraie démocratie, ils n'ont pas leur place. Il ne sont même pas moins autoritaires que les dictateurs qu'ils condamnent.

Lorsqu'il y avait le coup d'état à Kiev, qui a entendu EAG le condamner? et quand les fachos avaient brûlé des militants anti-fascistes bloqués dans le siège des syndicats à Odessa, a-t-on eu droit à quelque indignation ou condoléance venant de sa part?
On attend toujours qu'AEG condamne les guerres de l'OTAN...
Faites un petit tour d'horizon et vous aurez démasqué EAG: Pro UE et pro OTAN.

On se souviendra aussi que Solidarités appelle plus volontiers à manifester sa sympathie aux latifundiaires des états latino-américains qu'aux peuples qui luttent contre la main mise des USA sur leurs pays qui commencent à devenir autonomes et indépendants. Pourquoi EAG, par le biais de son canard-évangile "SolidaritéS-Info, ne parle jamais positivement du Venezuela? Comme pour la Russie, elle préfère personnaliser le politique et stigmatiser le président Maduro ou le président Poutine.

Donc, pour moi, la ville et le canton doivent être fiers que l'un de leurs élus reçoive une telle distinction. Genève a toujours œuvré pour la paix, le canton doit continuer!

La Russie l'a montré, depuis la deuxième guerre mondiale, elle n'a jamais menacé la Suisse, ni l'Europe, ni aucun autre pays petit ou grand, de les envahir ou de les assujettir. Par contre, nous avons renforcé le concert des sanctions contre elle par stupide psittacisme.

Si nous avons perdu notre indépendance, il faut tourner notre regard et chercher plus à l'Ouest et dans l'OTAN.
Merci Monsieur Burkhalter. Nous donnerons 2% de notre PIB pas pour de l'amitié mais pour les guerres de l'OTAN dont la Russie est la première cible.

Écrit par : Beatrix | 25/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.