09/03/2017

Le prix de l'or

 

Imaginer son voisin, son fils, son beau-fils tuer, démembrer et brûler partie de son ex belle-famille pour quelque or subtilisé aux siens, certains désabusés sinon cyniques, y parviennent.

Pour nombre d’autres, il demeure impensable d’en arriver à commettre pareil forfait.

Pourtant, la nature humaine ne manque jamais de rappeler ses insondables dimensions. Et ce n’est pas de s’en détourner pour les condamner de facto qui les fera disparaître.

Sinon, cela se saurait, depuis le temps que les plus jamais ça ou autres réactions de consternation suivent les crimes dont l’être humain est capable.

En l’occurrence et pour ce qui concerne le quadruple meurtre commis en France tout récemment, on mesure comment circonstances et comportements ont permis le basculement vers l’insoutenable.

Il appartiendra, bien sûr, à la justice de démêler cette affaire. 

Pendant ce temps, la France en campagne multiplie les sondages entre autres révélations et programmes de présidentiables.

  

14:51 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La cupidité et la convoitise sont devenus des moteurs majeurs de nos sociétés, que dis-je de notre civilisation... Comme chacun peut le constater elles mènent aux pires dérives que ce soit en politique ou ailleurs...
Le meurtre et l'assassinat sont devenus monnaie courante, la vie humaine n'a plus que la valeur des organes aptes à être greffés... La vie n'a plus la dimension sacrée qu'elle est censée avoir et on on joue avec celle des citoyens de façon honteuse... Ne nous étonnons pas de ce qui se passe sous nos yeux, le prix à payer pour une vie de prise c'est en moyenne 10-15 ans de la vie de l'assassin (s'il est bien sage) et certains ont l'air de trouver le prix avantageux... :(

Écrit par : Notaf André | 09/03/2017

Cette histoire est dramatique, mais d'un autre coté, j'ai beaucoup apprécié de lire ceci:
http://positivr.fr/baisse-homicides-france-statistiques-jacques-lecomte/

Écrit par : Pillonel | 14/03/2017

A remettre en mémoire que selon le Président Sarkozy n'est un homme que celui qui porte une montre Rolex à son poignet.

Or, seul le sentiment est moteur et essence même de l'être.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/03/2017

Cette affaire m'a saisie d'effroi. Il n'y a pas de mots pour décrire le choc qu'elle a provoqué. Un cauchemar raconté simplement sans commentaires superflus... C'est cru. C'est percutant!

Je me suis dit que de tels actes ne peuvent pas être motivés par la seule histoire d''héritage et de pièces d'or. Il y a eu un contexte que nous ne connaissons pas. Sans doute un vieux contentieux très lourd. Un feu devait couver depuis longtemps chez le meurtrier.

Peut-être apprendrons nous un jour ce pourquoi du basculement. En tout cas, s'il y a eu basculement c'est que l'individu était déjà très très malade psychiquement. L'héritage a été la goutte qui faisait déborder le vase. Un déclic sans bouton d'arrêt.
Pour récupérer des biens, on ne s'y prend pas de cette manière et en général, on veut affliger les protagonistes en leur faisant la démonstration qu'il y a bien eu injustice... On voudrait qu'ils capitulent sous ses yeux! On voudrait boucler sur un épilogue. Une victoire aurait été thérapeutique.

Le phénomène dépasse la fiction. Que se passait-il dans la tête du meurtrier pendant ces nombreuses heures à exécuter la morbide besogne ? Cela devait être long et il devait avoir quitté entièrement son enveloppe, quitté le temporel. Le futur ne devait plus compter. Le meurtrier n'était plus une personne. Il n'était plus là! Le meurtrier était il un être déjà mort qui continua de tuer?

Comment juger un zombie?
On a l'impression que même la justice en est démunie et désarçonnée.

Écrit par : Beatrix | 09/03/2017

Les commentaires sont fermés.