17/03/2017

Elysée, la quête

 

La France de gauche se déchire, la France de droite lutte avec un candidat mis à mal. Une parole donnée ici, un propos tenu là et voici que l’on compose.

De ce que la France a connu jusque là comme combat pour des idées dites de gauche ou de droite, n’apparaissent que luttes intestines au sein des partis s’ils en sont encore.

Pendant ce temps-là, le candidat en marche rassemble. 

Arnaud Montebourg lance un appel à Jean-Luc Mélenchon tout en fustigeant le comportement de Manuel Valls et de Bertrand Delanoë.

Chacune et chacun se démène, la lutte pour le pouvoir est âpre, rien de nouveau à cela. La question qui demeure, toutefois, est celle de savoir comment se comportera l’électorat pris dans autant de cuisine interne.

Car c’est lui qui est sans cesse sollicité pour prendre position, réagir, se situer. Tout reste possible tant la France a de ressources humaines et créatives.

Et heureusement car ce qui lui est imposé ne tient d’aucun cirque quelconque mais d’un très mauvais tour de passe-passe.

Gageons sur le bon sens et sur le coeur dont la France est pourvue pour que la présidentielle à venir ne soit pas l’ombre d’elle-même.

 

12:17 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Vous z’inquiétez pas, chère Madame, la France s’en remettra, elle en a vu d’autres comme disait le Général. En attestent les écrits d’un de vos illustres prédécesseurs, Maistre François, qui dans son blog rapporte les propos de taverne des Coquillards à La Pomme de Pin… Et là le pays sortait d'une guerre de cent ans...:))

Écrit par : gislebert | 17/03/2017

Où auriez-vous lu une inquiétude dans mon propos, gislebert?

«  Tout reste possible tant la France a de ressources humaines et créatives. », ai-je écrit.

Ce qui amène à la conclusion que vous avez sans doute dû lire aussi et qui invite davantage à l’optimisme qu’à tout autre considération.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/03/2017

Seul regret, du côté socialistes, que j'ai à formuler, est que ce n'est pas Arnaud Montebourg avec son charisme et son sens de formule qui a gagné les primaires du PS.

https://www.youtube.com/watch?v=1q6RWSTAaH8

Écrit par : Vladimir Trofimov | 18/03/2017

Sens de la formule et charisme ? Grandiloquence de prétoire surtout, qu’il a essayé de gommer lors de la campagne des primaires et mal lui en a pris, puisque devenu méconnaissable. Pour l'efficacité, le bel Arnaud a montré ses limites au redressement productif… Quant à son charisme, vous voulez parler de son pouvoir de séduction, dont il sait jouer il est vrai. Pas de bol, Vladimir, avec son œil de velours, il a jeté son dévolu sur sa collègue de galère Aurélie… :))

Écrit par : gislebert | 18/03/2017

A vous, gislebert et à d’autres, je vous remercie, lorsque vous vous adressez à un(e) intervenant(e) de ce blog, de mentionner l'identité sous laquelle elle ou il se présente.

En l’occurrence, ici, « Vladimir » a un nom de famille, merci de le citer lui aussi sauf si, bien sûr, vous le connaissiez personnellement, auquel cas, cette remarque ne vous concernera pas.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 18/03/2017

Merci Hélène Richard-Favre de votre remarque qui est tout à fait pertinente d'autant plus qu'on ne se connaît pas avec gislebert.

@ gislebert,

" Quant à son [ d'Arnaud Montebourg] charisme, vous voulez parler de son pouvoir de séduction, dont il sait jouer il est vrai", écrivez-vous.

Je ne vois pas trop de différence entre le charisme et le "pouvoir de séduction".

Les Français habitent toujours leur Ve République, et la personnalité du candidat compte beaucoup pour eux.

Écrit par : Vladimir Trofimov | 19/03/2017

Les commentaires sont fermés.