02/04/2017

Emmanuel Macron, les saveurs d’une recette

 

Pour qui goûte la cuisine française, voici de quoi aiguiser ou couper l’appétit. 

Se laver les mains avant de manger, ne pas parler à table, autant de recommandations sans doute d’un autre âge tandis que, désormais, on met sans problème les coudes sinon les pieds sur la table à défaut de les mettre dans le plat.

En l’occurrence, sans le moindre état d’âme, celle qui fut la porte-parole du parti République Solidaire fondé par Dominique de Villepin mais qui lui préféra, par la suite, un fauteuil tendu par Nicolas Sarkozy, a désormais rejoint Emmanuel Macron. 

Avec un possible ralliement au candidat en marche de l’Ancien Premier Ministre de Jacques Chirac, Marie-Anne Montchamp retrouverait celui dont elle qualifiait de romanesque* la vision politique.

Bonne ou mauvaise, la question de son regard ne semble pas sinon plus se poser pour elle ni pour celui qui, selon le site Marianne, ne tarit pas d’éloge sur Dominique de Villepin.

La décision appartient, bien sûr, au concerné pour lequel Alain Minc, soutien affiché d’Emmanuel Macron, ne s’était pas montré franchement enthousiaste - et c’est peu dire - lors de sa candidature à l’élection présidentielle de 2012.

* cf. page 35

 

18:13 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Aiguiser ou couper l'appétit, voici bien les mots justes. D'aucuns diront ceci, certains diront cela, sur les femmes et les hommes qui se rallient à Emmanuel Macron. Il n'échappera à personne que ceux que l'on connaît, qu'on a parfois suivi, se rapprochent de la guitoune où la soupe semble bonne. Il est, en cuisine électorale comme sur le zinc, des mélanges qui, séduisants à la vue, laissent un goût amer. Et puis il y a les autres, girouettes de l'espace politique, qui surnagent dans un ventre mou, vivant de niaiseries et de flagorneries, tantôt d'un côté de l'échiquier, tantôt de l'autre. C'est ainsi qu'en d'autres temps sont survenus des révolutions, des empires, voire des restaurations ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 02/04/2017

Emmanuel Macron c est l homme de l Otan qui a pris une bonne partie du pouvoir en France depuis que Sarkosy a remis un pied de nuovo dans l Otan et l autre qui la succédé, Hollande, a mis l autre pied bien dedans.

Macron a proposé lors de son entretien avec Libération le 23/03/2017 de mener à bien les réformes nécessaires pour redevenir crédible aux yeux de Berlin qui est la 52 ème étoile du drapeau américain (la 51ème est d office réservée à la GB). Macron promet de mettre la France à la queue des pays qui suivent Berlin.

2ème acte de Macron: Les propos de M. Macron accusant la Russie de tous les maux du monde surtout sur son ingérence et influence sur les élections françaises (sans apporter aucune preuve tangible...) sont un programme de confrontation avec la Russie ce que l Otan exige et qui voue la France à un rôle arriéré en Europe et qui annihile encore plus l indépendance de la France et sa politique étrangère et économique autant pour l intérieur que pour l extérieur.

Qui de nous ne sait pas encore que l Otan a été et il est toujours le bras armé des USA!!

"Chapeau" Macron (blague à part!)...


aine autonomie de sa politique extérieure […] même au sein de l'Alliance atlantique. Ces déclarations sont une négation de cette indépendance relative de la France », a estimé le sénateur.

Écrit par : Charles 05 | 02/04/2017

Le gaullisme, c'est le refus du clivage gauche/droite, une économie ni capitaliste, ni socialiste.
Or l'idée du centre est d'associé des mesures qui favorisent les entreprises tout en plaçant l'humain en tête des priorité.

Les gaulliste voient la vision de Macron certainement comme une nouvelle vision gaullisme adapté à ce siècle, même si certaines choses doivent encore murir.
Les socialiste du centre, savent que l'amélioration de la société, du travailleur, ne peuvent être dissocier de l'économie.

Le gaullisme, c'est avant tout, une méfiance des idéologies, pour des solutions pragmatiques en dehors de toutes idéologies.

Que des gaullistes rejoignent Macron, c'est naturel. Ils sont plus proche de lui que d'un Fillon baigné dans une idéologie de droite.

Écrit par : motus | 03/04/2017

Motus,

Emmanuel Macron est surtout dans la ligne de Nicolas Sarkozy-François Hollande, sinon sa synthèse. Pour le changement, c’en est un, en effet.

Quant au gaullisme, il est servi à toutes les sauces partisanes ou non. Marine Le Pen s’en revendique, elle aussi.

Il serait donc grand temps de stopper la surenchère d'un concept qui n’a de rôle que d’attirer à soi des voix de tous bords en s’emparant d’une mémoire collective.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 03/04/2017

Les commentaires sont fermés.