10/07/2017

Migrants et autorités, la force du coeur ou les raisons de la colère

Capture d’écran 2017-07-10 à 15.21.02.png

Dire de l’immigration qu’elle pose problème aux pays vers lesquels elle se dirige est un peu enfoncer une porte ouverte. Et pourtant, ce sujet sensible s’il en est nous concerne toutes et tous.

Quelles que soit les pratiques ou les politiques mises en place par rapport à ce phénomène dit migratoire, elles seront discutées sinon discutables voire contestées et contestables, ce qui montre qu’aucune solution idéale n’existe.

Ce sont là, certes, des lapalissades mais notre réalité quasi quotidienne, tant il ne se passe de jour sans que l’on n’apprenne combien de morts la Méditerranée a encore engloutis ou combien de campements se sont installés ou ont été évacués ici et là.

Il y a toujours des explications à ces exodes. Politiques, économiques ou autres, elles s’énoncent et se justifient pour autant que le temps soit donné de les examiner, ce qui n’est pas toujours le cas, faute de moyens ou d’attention disponibles.

Et l’on peut à l’envi invoquer charité et autre honneur à rendre à l’humanité bafouée, ces seuls appels au coeur ne peuvent être tous pris en considération par les autorités chargées d’évaluer la situation d’autant de personnes meurtries.

Les contingences socio-économiques des pays d’accueil répondent, en effet, à d’autres critères qui ne peuvent être gommés. Ce sont eux qui décident, en fin de compte, pour le meilleur ou pour le pire des un(e)s et des autres.

Mais ce qui semble bel et bien faire problème est l’afflux incessant de migrants et la force conséquente qui s’exerce de part et d’autres des candidats à l'asile et des pays qui les refoulent.

Pour info, ce site et cet autre qui renseignent sur l’origine des immigrés.

 

15:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Comme cela est parfaitement mentionné, ce problème est complexe et ressemble par certains aspects aux poupées russes où tout s'emboite. Hormis le cas des pays en guerre ouverte ou larvée qui génèrent leurs flots de malheureux dits "réfugiés, il y a un plus grand nombre de pays en paix relative qui organisent peu ou prou le départ de leurs concitoyens, ceux étant à terme en mesure de financer au titre de leur devoir de diaspora ceux restés au pays. Accessoirement cela réduit les risques d'ébullition interne source de remise en cause des autorités en place! Il y a au sommet de la représentation géographique de la migration africaine, un pays failli, la Libye où des bandits identifiés accomplissent les pires violations des droits de l'Homme avec a minima l'assentiment des autorités locales si ce n'est leur complicité active.Aussi ne puis je que recommander de revoir sérieusement nos relations et financements directs avec ces chefs d'Etat que l'on accepte en toute quiétude au sein des assemblées internationales pour leur mettre enfin la pression.

Écrit par : Gilles Janvier | 11/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.