01/08/2017

La Suisse, pour vous, c’est?

 

Capture d’écran 2017-08-01 à 13.27.39.png

Poser la question, c’est réagir au point de vue émis par une élue helvète qui estime que lA Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent, ce sont nos différentes lois. Notre démocratie. Notre équilibre entre public et privé.

Outre le fait que l’on retrouve, développée par elle, la devise du Pavillon suisse de l’exposition universelle de Séville en 1992, les propos que cette personnalité politique bien connue des Suisses a publiés sur son profil Facebook ont été diversement accueillis.

Cela se conçoit et elle l’écrit d’ailleurs elle-même lorsqu’elle précise que Ma Suisse à moi n’est pas la vôtre, votre Suisse n’est pas la mienne.

Et de poursuivre ainsi: Dieu que c’est beau de vivre dans un pays où on a le droit de penser de manière non uniforme. 

Il semble que la réalité lui ait donné tort et que les réactions qui ont suivi ses déclarations se soient heurtées à l’amour que nourrissent autant d’autres Helvètes pour leur pays que celui qu’elle affiche lorsqu’elle écrit que C’est cette Suisse là que j’aime. Je sais qu’elle est en danger. Je me battrai pour qu’elle continue à vivre. 

La Suisse a eu ses héroïnes et ses héros qui toutes et tous ont revendiqué l’amour du pays dans leur combat.

L’Histoire retiendra ou non celui que la conseillère nationale Ada Marra porte à la Suisse qui célèbre aujourd’hui sa Fête Nationale.

Bon 1er août à toutes et à tous mes compatriotes!

 

13:29 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

La pour moi cest le mieux droit du munde, sour tout

Écrit par : Duka tarlher | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Pauvre Adda, pourquoi est-elle en Suisse, puisque ce Pays lui déplaît ?
PERSONNE ne la regrettera lorsque les oubliettes de l'Histoire la relègueront parmi les inexistants.
Adieu Madame .Vous êtes inexistante.

Écrit par : Philippe Boehler | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Mon pays d adoption mon paradis le pays que j aime tant le pays de mes enfants j aime la suisse je suis naturalisé suisse et je suis suisse dans l âme je t aime

Écrit par : Bizzou | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

La Suisse existe, mais contrairement à d'autre pays l'Espagne, l'Irlande, etc, l'ethnie suisse n'existe pas.

Les celtes se sont installé en Suisse, et après la chute de l'empire romain, ce sont les germains qui ont envahie la Suisse et se sont mélangés avec les celtes.
Nous sommes un mélange d'ethnies de l'Europe de l'ouest.

Les cantons étaient vraiment des Etats indépendants, avec leurs monnaies, frontières, politiques étrangères, liés jusqu'au 19ème siècle par des accords, avant de fusionner en une Suisse.

La Suisse est non seulement un pays unis, mais elle est aussi la preuve que malgré les différences, l'Europe est capable elle aussi de fusionner pour mieux se défendre dans ce contexte mondiale changeant.

Soyons fier de nos ancêtres qui malgré les différences et une partie conservatrice hostile à cette fusion, ont su créer une nation solide. C'est ça la Suisse, un exemple pour l'Europe.

Écrit par : motus | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Afin que chacune et chacun ait connaissance de ce que la devise « La Suisse n’existe pas » implique, voici, en copié-collé, le texte auquel renvoie le lien que j’ai indiqué au début de ce sujet de blog:

Pourquoi «La Suisse existe – La Suisse n’existe pas»

La devise du pavillon suisse « La Suisse n’existe pas », proposée par l’artiste Ben Vautier lors de l’exposition universelle de 1992 à Séville se voulait provocatrice dans le contexte d’exercice de démonstration identitaire que sont les expositions universelles. Cette formule faisait alors référence aux quatre langues nationales, et aujourd’hui, plus de vingt après, elle n’a en rien perdu de son actualité. En effet, la Suisse continue à se caractériser par des dimensions locales et régionales relativement fortes (communes, agglomérations, régions, cantons), et une dimension nationale plutôt faible. De plus, elle se distingue par une grande diversité tant au niveau linguistique, politique, économique que culturel. En partant de ce constat renouvelé, l’Académie a souhaité se pencher sur cette thématique en organisant une série de manifestations afin de réfléchir de façon critique à des «Suisses» différentes en prenant le point de vue d’une discipline ou d’un domaine scientifique.

Un projet avant tout collaboratif

Pour pouvoir réaliser un débat riche et varié et rendre compte de cette diversité helvétique, il était indispensable que ce projet soit élaboré en collaboration étroite avec les sociétés membres de l’Académie. Plus d’une dizaine de projets co-organisés par quinze institutions membres et proposant des manifestations se déroulant en fin de journée ont été soumis à l’ASSH. De mai 2015 à avril 2016, les sociétés membres nous ont ainsi emmenés à la découverte de cette Suisse aux multiples facettes en suscitant la réflexion et provoquant la discussion.

La Suisse n’existe peut-être pas, mais «les Suisses» existent

En partant de questions telles que «Comment la diversité linguistique et culturelle de la Suisse influence-t-elle la recherche en sciences de l’éducation ?», «De quelle manière se reflète l’image de la Suisse à l’étranger dans les bâtiments, le mobilier et les collections d’art que ces locaux abritent ?» ou « Existe-t-il un Etat social suisse ?», le public a été amené à envisager des objets ou des thématiques familiers sous un nouvel angle. La série de manifestations a également abordé les diverses constructions identitaires de la Suisse à travers les siècles en questionnant les mythes nationaux au tournant du 19ème siècle ou en observant comment l’helvétisme du 18ème siècle a fonctionné comme laboratoire de la nation. Finalement, les perspectives ethnologiques et linguistiques ne sont pas restées en reste lorsque les sociétés ont passé en revue certains phénomènes de mixité et de diversité mettant en avant les pratiques plurilingues ou la manière dont les migrant-e-s perçoivent «la» Suisse.

Trois nouveaux cycles pour compléter le portrait de cette Suisse aux multiples facettes

La question de la migration, d’ailleurs, a été choisie pour constituer le thème de l’une des deux nouvelles séries de manifestations. Compte tenu des nombreuses réactions positives des sociétés membres ainsi que du succès qu’a connu la première ‘saison’ de « La Suisse existe – La Suisse n’existe pas », l’ASSH a en effet décidé de lancer pour 2016 et 2017 deux autres cycles de manifestations qui se déroulent en parallèle, l’un sur le thème « Prospérité et bien-être » et l’autre consacré à la problématique « Migration et mobilité ». Les nouvelles thématiques de cette deuxième saison ont suscité un bel engouement, avec, respectivement, une douzaine et une quinzaine d’événements prévus, en Suisse romande comme en Suisse alémanique. Jusqu’au printemps 2017, le public peut ainsi, par exemple, suivre une manifestation sur la dynamique de standardisation des langues africaines à travers la diaspora en Suisse, une série de conférences sur l’architecture et le bien-être, une manifestation sur l’intégration politique des immigrés en Suisse, ou encore un événement mêlant les deux thématiques « Intégration, prospérité sociale et justice économique ». Ces manifestations viennent ainsi compléter le portrait aux multiples facettes de la Suisse esquissé par la première série d’événements. Les deux nouvelles séries s’insèrent donc également sous la formule générale « La Suisse existe – La Suisse n’existe pas ».

En mai 2017 commence un quatrième cycle de manifestations lancé par l’ASSH et consacré au thème « L’Islam en Suisse ». Actuellement, en Suisse tout comme en Europe, les débats menés sur l’Islam sont souvent polarisants et marqués par la peur. Dans ce contexte, l’ASSH voit la nécessité de proposer un débat sur l’Islam basé sur des faits. L’Islam doit en effet être présenté dans toute sa diversité, en portant un regard à la fois sur son importance en tant que religion mondiale et sur ses nombreuses expressions et ses mouvements de réforme. Le but de cette nouvelle et quatrième série est ainsi de promouvoir une discussion bien documentée et objective.

Quant à l’acronyme ASSH, il signifie Association des Sciences Humaines et Sociales dont voici le lien au site: http://www.sagw.ch/fr/sagw.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Mme Addolorata (puisque tel est son vrai prénom) Mara aurait donc été élue au Parlement d'un pays qui (selon elle) n'existe pas? Une bonne raison pour ne pas la réélire.

Écrit par : Mario Jelmini | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Si l'Egypte est un don du Nil, la Suisse est un don des Suisses à eux-mêmes.

La Suisse (1955) de Louis-Albert Zbinden

Écrit par : Charles 05 | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci, Charles 05, de cette citation de Louis-Albert Zbinden!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Tous mes remerciements vont à Vous, Mme Hélène Richard-Favre,

La Suisse, nous dit-on, est réputée pour ses referendums populaires qui respectent la notion de la Démocratie définie par les Grecs depuis la nuit des temps, c-à-d Le pouvoir du Peuple, fait par le Peuple et dans l Intérêt de ce Peuple-même.

Un vieux philosophe suisse pour qui ma mémoire a malheureusement oublié de retenir le nom, a dit:"Quand un peuple vote, il a toujours raison mais s il a fauté aux yeux de quelques uns, fauter à tort ou à raison. Il faut respecter scrupuleusement les résultats de ce vote et rien ne nous empêche, après coup, d analyser, de réfléchir et de sur le pourquoi l a-t-il fait ainsi."

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/08/2017

En relation et suite aux propos tenus par Ada Marra, cet article:

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/-Je-songe-a-fermer-mon-profil-aux-commentaires--19911416

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Yes we can, nous devons la virer aux prochaines élections. Cette fille d'immigrés n'a jamais aimé la Suisse, elle en a profité un max c'est instruite sur notre dos, et depuis qu'elle est au parlement elle n'a pas cessé de dénigrer la Suisse et les Suisses. (voir son blog sur 24h. il y a longtemps).

Elle fait partie de ces immigrés qui sont venus, ont profité de tout et même si cette politicienne dit que ses parents ont participé à la croissance et au développement de l'économie suisse, je peux vous dire qu'en cette année de correction fiscale pour ceux qui ont des biens à l'étranger jamais déclarés, on se rend compte qu'il n'en n'est rien.

Ces gens ont vécu misérablement ici, mais ont su rapatrier chez eux l'argent, acquérir des biens de belles valeurs parfois, ce que les Suisses dans le même temps n'ont pas pu faire. Nous Suisses nous payions plein pot pour tout et justement pour ces immigrés permis A qui faisaient venir leurs enfants, les scolarisant alors qu'ils n'en avaient pas le droit, et nous ont payaient nos impôts.....pour ça, donc pas moyens de faire beaucoup d'économies.

On va en reparler dans quelques temps, quand les cantons et communes vont nous annoncer les entrées fiscales exceptionnelles pour 2016.
Vous verrez assez étonnant....voire dégoutant!

Non je ne suis pas hors sujet.....c'est cela qui a fondé leur mentalité; ce droit à tout se permettre.....style on peut cracher dans la soupe, on osera rien nous dire, car tout de suite ces Suisses, pourtant largement abusés, passeront pour des racistes, xénophobes et comme cela on leur boucle le bec!

Écrit par : Corélande | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Mea culpa.
Je dois rectifier le tir au sujet d'Ada Marra. Celle-ci n'a pas écrit "La Suisse n'existe pas" (comme le laisse croire la deuxième ligne du billet ci-dessus) mais "LA Suisse n'existe pas". Ce "LA", écrit en majuscules, change tout! En effet, comme l'a expliqué Mme Marra dans l'interview parue sur http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/-Je-songe-a-fermer-mon-profil-aux-commentaires--19911416 : "Si j'ai mis des majuscules au déterminant, c'est pour dire qu'il n'existe pas qu’une seule Suisse mais plusieurs Suisses". Sur ce point, on ne saurait lui donner tort.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Le problème avec ce genre de propos est qu'il est soumis à différentes interprétations. Ceux qui volontairement ou pas, prennent ça au premier degré, et puis il y toutes sortes d'interprétations liées souvent à son vécu, son côté intellectuel.

Si on veut faire passer un message, rien de plus maladroit que de proposer des citations.

Quant aux commentaires suite à ses propos, c'est une constatation que depuis quelques années, le fascisme tente de revenir.

Dans ce cas là, limiter la liberté de paroles à cette catégorie haineuse, pour que la majorité puisse s'exprimer sans subir de menaces, des haines, semble plus que nécessaire.

Écrit par : motus | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

@Motus, un contributeur, qui dit :"Si on veut faire passer un message, rien de plus maladroit que de proposer des citations."

C est vrai quand des citations véridiques nous clouent le bec, on est motus et bouche cousue et on les traite lamentablement d être maladroites mais la caravane passe quand même...

Écrit par : Charles 05 | 03/08/2017

Encore au sujet de cette «  devise » utilisée en 1992 et dont semble s’être inspirée la Conseillère Nationale Ada Marra, voici les explications, brèves, de l’auteur:

http://www.rts.ch/play/tv/info-en-videos/video/ben-la-suisse-nexiste-pas?id=7271546

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

« « La Suisse doit préserver son principe de neutralité,
dixit Hélène Richard-Favre » »

Extraits:

""Prise entre le principe historique de neutralité totale qui définit sa politique depuis le Congrès de Vienne (1815) et son ancrage dans la Vieille Europe, la Suisse ne semble plus savoir à quels saints se vouer. » »

Récemment interrogé sur sa vision de la stratégie ukrainienne de Poutine, Didier Burkhalter, Président de la Confédération helvétique (ndr en 2014) , s’est montré pour le moins évasif. La Suisse, perdrait-elle l’indépassable volontarisme diplomatique qui l’a toujours caractérisé ? ""
Mme Hélène Richard-Favre, écrivain suisse-française ou franco-suisse et bloggeuse de renom, a donné un éclairage détaillé à cette question.

-------------
Entretien fait par l ancienne Voix de la Russie (ndr : devenue Sputnik plus tard)et évoquant aussi un autre entretien avec la RTS un peu avant càd à la veille de la fête nationale du 1er Août 2014 et publié, entre autres, sur les 2 liens ci-dessous pour l interview lui-même:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4902

https://fr.sputniknews.com/opinion/20140813202126719/

Et voici donc le lien au sujet de blog:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/01/monsieur-le-president-ou-est-la-neutralite-de-la-suisse.html
---------------------------
Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les français ont Houria Bouteldja. Nous nous avons Ada Marra.

Les deux dames souffrent du même mal. (...)

Écrit par : Riro | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Riro,

Merci d’argumenter votre prise de position et non de poser un diagnostique d’ordre médical qui relève de compétences professionnelles précises.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Charles 05,

Par une association d'idées vous m'avez fait penser à paraphraser "La Suisse n'existe pas " en "La Russie n'existe pas".

Bien à vous

Écrit par : Vladimir Trofimov | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Le pacte de 1291 (rédigé en latin)

Écrit par : com | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

La Suisse est un accident de l'histoire, mais les 3 communautés qui la composent, cohabitent assez bien, il faut le dire, un peu grâce aux Suisse-allemands.
C'est un beau pays, malheureusement surpeuplé. Ses habitants sont gentils, mais un peu trop craintifs..
Personne n'est parfait..

Écrit par : Richard Kohler | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Il y a plusieurs Suisses, comme les couches de l'oignon. En périphérie, le grand nombre, visible et laborieux, souvent naïf et confiant. Et plus on enlève les couches, plus on pleure. Ou alors on rit jaune. Cette fameuse neutralité, comme une couche de vernis, rassure. Et si vous vous faisiez plaisir en lisant ce texte savoureux, révélateur s'il en faut de l'odeur de sainteté qui flotte sur la Suisse et qui aurait plutôt tendance à nous anesthésier les sinus ? L’INAUGURATION DU TUNNEL DU GOTHARD REVISITÉE PAR SLOBODAN DESPOT http://perlagedediams.blog4ever.com/la-passerelle-du-diable-version-2016-silence-tonna-le-maitre-des-enfers-cest-moi-qui-pose-les-questions-et-je-ne-veux-entendre-quune-seule-voix-la-ceremonie-fut-elle-en-tout-point-conforme-aux-normes-sataniques

Écrit par : Marasine | 05/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.