16/09/2017

La crise des Rohingyas, esprit critique et mondialisation obligent.

Capture d’écran 2017-09-16 à 17.17.17.png

                                                                               capture d’écran Le Figaro.fr

Pour tenter de s’y retrouver un peu dans ce qui se passe en Birmanie, voici deux points de vue. Le premier, publié en anglais sur le site de Sputniknews, a été traduit ici en français.

Il en resort une analyse que l’on peut, certes partager ou pas mais qui ne manque pas d’intérêt.

L’autre regard porté sur la situation émane du journaliste français Renaud Girard qui évoque, pour sa part, une guerre de civilisation et relève, entre autre, le fait qu’il y a quarante ans, on parlait moins de l’islam que de nos jours. Son intervention est citée dans cet article paru sur le site du Figaro.

Quoi qu’il en soit et mondialisation oblige, on ne peut désormais plus considérer une situation soi-disant locale comme telle. Et cela ne date pas de la crise qui secoue en ce moment la Birmanie, cela remonte à autant d’autres pays précédemment secoués par de telles problématiques.

Dans l’article cité en référence au début de ce sujet, il est question de l’ex-Yougoslavie, on ne peut, en effet, s’empêcher d’y penser en l’occurrence.

Maintenant, voir la main du diable partout, on le sait, est vite associé à du complotisme. On peut, sans y verser, considérer tout simplement certains éléments et autres rapports de force et d’intérêts en jeu et comprendre que nombre de conflits peuvent être récupérés et instrumentalisés.

Quant aux informations livrées, elles sont le plus souvent à prendre avec recul tant elles sont susceptibles d’accompagner ou de justifier tel ou tel parti pris ou à prendre...

 

Commentaires

Les merdias officiels font leurs boulot à nous de nous faire une opinion, mais ça n'est pas facile.

Écrit par : NORBERT MAENDLY | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Tout d abord, quand un seul Musulman, Juif, Chrétien, Bouddhiste, Agnostique, Athée...etc.. est mort, le sort de ces êtres humains et innocents est un crime contre l Humanité. N est il pas plus sage d appeler les parties en conflit en Birmanie à se mettre à la table des négociations inter-religieuses et politiques car le problème ne semble pas être un « très simple » problème
«musulman »?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

La situation en Birmanie est floue et les réactions politiques et médiatiques sont très contradictoires ou FLOUES voire éventuellement suspectes.

Prenons par exemple la position des USA: L administration Trump manifeste son insertion dans le problème des Rohingya en se rehaussant comme championne d UNE cause musulmane. Alors que cette Administration à Washington et à la White House est tout brièvement celle d une bande d Islamophobes voire être LES leaders de l Axe du Bien Absolu donc Eux contre le Mal Absolu qui est l Islam selon cette bande. Etonnante cette prouesse de Trump, non ?

Par ailleurs, le monde occidental européen et les Pays Islamiques accusent et parlent, à "tort"(?) ou à "raison"(?), d un nettoyage ethnique contre l Islam en Birmanie. Mais, qu ont ils fait ces pays hyper-islamiques comme la Saoudie et le Qatar avec leurs "bons boulots" de nettoyage généralisé tout court et surtout des minorités autant en Irak qu en Syrie et au Yémen? Et qui a tué plus qu eux de leurs co-religionnaires, les sunnites et des minorités Yézidis, Alouites , Chrétiens? Quand à l Europe, n y a t il pas aujourd hui une Islamophobie grandissante au lieu d avoir une action commune contre les viviers du Terrorisme Djihadiste et contre les conséquences désastreuses de l Impérialisme (non musulmane, stade ultime du Capitalisme)? Cet impérialisme a détruit la Libye avec un demi million de morts et 1.5 millions d Irakiens assassinés dont 500 000 enfants de bas âge? C est un peu flou tout ça!

Au sujet du terme flou, Mme Martine Aubry a dit: "Ma grand mère disait «Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup.»
------------

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

J ai cité les réactions des USA, des pays arabes musulmans ainsi celles de l Europe et volontairement j ai retardé de transmettre celles de la Russie. Alors, par la voix de Mme Maria Zakharova, porte parole du Ministère russe des Affaires Etrangères a déclaré, tout en sachant que parler aujourd hui de la position de la Russie entraînerait de suite une qualification de "grand traître de sa Patrie". Néanmoins, lisons ce que cette dame a dit sagement même si ceci déplaise à quelques uns: "Moscou appelle les parties en conflit en Birmanie à se mettre à la table des négociations".

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

Charles05 excusez-moi, nos dirigeants imaginent que le "vivre ensemble" est possible : c'est une utopie.
Et si vous prenez la Suisse comme exemple du "vivre ensemble", je vous dirai que la cohabitation est possible seulement à cause du niveau de vie général : Il y a de l'argent.
Dès qu'il y aura une crise économique, un chômage de masse, vous verrez les ghettos des races et des cultures se former et la Suisse se diviser .
On ne peut rien contre le principe naturel de " qui se ressemble s'assemble ".
Et si comme je l'imagine dans le cas de la Birmanie, " la communauté internationale" lui appliquer des sanctions, cela durcira encore plus sa politique migratoire !
Bien à vous.

Écrit par : Richard Kohler | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Richard Kohler,

Merci pour votre remarque. Permettez moi tout d abord de répondre à votre analyse sur la Suisse.

Quand il n y aurait plus de fric en Suisse, tous les suisses et résidents
"étrangers" ou "double nationaux" vont souffrir ensemble de la même manière ni moins ni plus. Mais il serait trop facile d aller mettre la cause de la chute économique exclusivement sur le dos de ses étrangers (italiens, espagnols, portugais, ex- yougousalves, Philipinais, indiens, noirs et Arabes...etc...). La France nous a donné le mauvais exemple sur ce sujet. Les Réformes du Travail qui pilulent ces temps-ci et elles se multiplient bien avant et depuis la nuit des temps. En fin de compte, plus on fait de ces réformes, moins est la situation qui change, c à d de mal en pire donc le diagnostic est faux ou volontairement faussé. Alors, on exige aujourd hui des concessions aux travailleurs sans aucune contre partie et comment voulons nous qu ils en acceptent?!. Ils appellent ceci des Réformes mais au fait il s agit de marginaliser voire élaguer les branches sèches d un arbre dites inutiles, nous disent ils. Et de ce fait, il est très facile de faire casquer certes les Jeunes, les Ouvriers de 40 à 50 ans bien diplômés et rôdés et surtout les Immigrés. Pour ces derniers, la France était le plus grand aspirateur d Europe qui a fait venir en 1960 des "Maghrébins" via des grands rabatteurs d entreprises car elle avait bien besoin de cette main d oeuvre et aussi pour des raisons démographiques. L Allemagne vient de faire de même avec le les 1 million d Immigrants!

Ce qui est navrant ce qui ne se fait plus est qu en principe, une société saine avec une cohésion sociale digne de ce nom doit faire avec ses qualités, ses avantages voire même avec ses défauts même si ces Inutiles sont étiquetés comme fainéants!. Ces "inutiles" et d après les Réformes sont à élaguer surtout si le Pouvoir les étiquette comme paresseux, cyniques et dépressifs ou culturellement différent. Il ne faut pas noyer le poisson car celui qui veut noyer son chien (toute proportion gardée, bien entendu)l accuse d avoir de la rage ou qu il ne sait pas nager!

Certes que je suis sorti un peu du sujet de l article principal de Mme H.R.-F. bien que la question se pose si des réfugiés birmanes musulmans, par exemple, sont à être accueillis en Europe (jamais aux USA, suivez mon regard!) ou pire encore qu un massacre et une guerre civile ethnique massacre ce pays comme c était le cas en Ex-Yougouslavie, Syrie, Irak...etc...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

La situation en Birmanie est floue et les réactions politiques et médiatiques sont très contradictoires.

A ce sujet, prenons par exemple la position des USA: L administration Trump manifeste son insertion dans le problème des Rohingyas en se rehaussant comme championne d UNE cause musulmane. Elle le fait alors que cette même Administration à Washington et à la White House est tout brièvement celle d une bande d Islamophobes voire être LES leaders de l Axe du Bien Absolu (eux)contre le Mal Absolu qui est l Islam, selon cette bande.Etonnante cette proueusse de Trump, non ?

Par ailleurs, le monde occidental européen et les Pays Islamiques accusent et parlent, à « tort »( ?) ou à « raison »( ?), d un nettoyage ethnique contre l Islam en Birmanie.

Mais, qu ont ils fait ces pays arabes hyper-islamiques comme la Saoudie et le Qatar avec leurs "bons boulots" de nettoyage généralisé tout court et surtout des minorités autant en Irak qu en Syrie qu au Yémen? Plus que ces derniers, qui a tué plus qu eux de leurs co-religionnaires, les sunnites et certes des minorités Yézidis, Alouites, Chrétiens, Cherkès, Druzes, Kurdes…etc…? Quand à l Europe qui dit vouloir défendre la cause musulmane dite Birmane, n a t elle pas aujourd hui une Islamophobie grandissante (tout musulman est soit un terroriste actuel soit un potentiel et futur terroriste)??

Quant à L Europe, elle ne veut pas avoir une action commune contre les viviers du Terrorisme Djihadiste et contre les conséquences désastreuses de l Impérialisme (spécifions cette fois que cet impérialisme n est pas musulmane et disons qu il est la finalité indéniable du Capitalisme). Cet Impérialisme a été pratiqué contre la Libye avec un demi million de morts et 1.5 millions d Irakiens assassinés dont 500 000 enfants de bas âge et de même en Syrie?

C est un peu flou tout ça, non?! Au sujet du terme flou, Mme Martine Aubry a dit: "Ma grand mère disait «Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup.»
------------

Bien à Vous.
Charles 05

NB: 2ème envoi, un peu corrigé car je ne suis pas sûr que le 1er a été envoyé. Si c est le cas contraire, navré.

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Combien y a il eu de morts en Indonésie et en Malaisie pendant les 2 ans de l'islamisation? Des centaines de milliers!

Écrit par : dominique degoumois | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

@dominique degoumois,
Dans quel monde vivez vous pour écrire des contre-vérités pareilles. Nous sommes au 21 ème siècle, je vous le signale.

Écrit par : Charles 05 | 17/09/2017

Et si je vous disais qu'en Birmanie il y a du gaz et du pétrole aussi, pétrole qui pour le moment ne profite pas (assez?) aux multis yankees, mais aux compagnies chinoises, vous comprenez mieux où se trouve le problème? Le reste c'est de la broderie de merdias comme d'hab...
http://www.voltairenet.org/article197771.html

Écrit par : Gabor Fonyodi | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Compagnies pétrolières étrangères exploiteurs en Birmanie, & leur acheteur principal la PTT (Thaïlande): le français TOTAL, profiteur de longue date des ressources gazières birmanes, dans un premier temps dans le golf Adaman, actuel gros bénéficiaire du "Projet gazier Yadana" (gazoduc sur sol birman, décrié pour son impact écologique).
http://www.info-birmanie.org/total-en-birmanie/
British Petroleum (ou sa filiale) exploitant principal depuis les colonies britanniques, s'est retiré

A relever que les consommateurs-profiteurs en nos contrées ont facilement ignoré ces quelques détails: que des stés françaises (pour le local) aient, sous les juntes successives, exploité en toute impunité toutes forêts vierges jusqu'à leur extinction, au prix du travail dans d'ignobles conditions, d'enfants & femmes âgées etc employés y compris dans la construction des accès carrossables menant aux sites d'exploitation.

Ces clients contentés par stés françaises en mains de familles propriétaires de grandes surfaces (aux Chants & autre prince enchanteur), si fiers d'acheter leurs parquets, bateaux, sdb, et salons de jardin en teck, se fichent de savoir que les bas coûts dont ces petits malins se targuent de profiter, participaient de conditions de travail esclavagistes, ont contribué à déforestation, érosions et dégradations environnementales.

http://geopolis.francetvinfo.fr/birmanie-labattage-du-bois-une-industrie-fantome-qui-rapporte-35571

Ces consommateurs sont les mêmes à s'abreuver de médias qui s'insurgent dans une ignorance crasse contre Aung Saan Suu Kuy -

Pour exemple: un éditorialiste TdG affirme avec le plus grand sérieux, que les musulmans sont en Birmanie depuis le 8e siècle.

Soit. Faut croire que ces musulmans de première mouture avaient du prévoir leurs réservations, dès la proclamation de l'existence de leur prophète consacré, chez Easy-jet.

Mais comment soutenir, comme le fait le site Omma & quelques médias, la validité d'une grande présence de musulmans "rohingyas" dès le 8e siècle en Birmanie?

Soit. Faut croire que ces musulmans illettrés bien que marchands fort occupés sur la route de la soie, ont, pour en faire la distribution avant l'ordre de l'école obligatoire de Charlemagne, passé commande de milliers de Coran sur Amazone.

Écrit par : divergente | 18/09/2017

Répondre à ce commentaire

"Esprit critique et mondialisation"
Face aux déferlements médiatiques du jour, Permettez si vous le voulez bien, cet ajout

L'Edito TdG du 19.09.2017 publie cette info « les Rohingyas (représentent la plus grande communauté apatride au monde). Depuis que la nationalité birmane leur a été retirée en 1982, ils sont soumis à de nombreuses restrictions (ils ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation et ils n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics).»

Fausse info: la nationalité birmane n'a jamais été retirée aux rohingyas, car ils ne l'ont jamais acquise. Ni en 1982, ni sous l'acte sur la citoyenneté de l'Union de 1948.

Doit-on laisser passer une telle mis-information de source arabo-islamiste chez nous, en 2017 ?

Une fausse info à multiples volets de déviances, car cette information fait croire
- que les rohingyas auraient eu droit à la nationalité birmane sous la junte de Ne Win selon l'acte de l'Union sur la citoyenneté birmane de 1948*

- que ce droit leur fut retiré par la nouvelle loi sur la citoyenneté birmane de 1982**

et car cette info est tirée du révisionnisme arabo-islamiste pro-rohingyas dans un document de 2014 signé d'un parfait inconnu, "Mahbubul Haque", pseudo reprenant, en 2014, le nom du politicien pakistanais Mahbub ul Haq, mort en 1992.
http://sjpg.pactu.edu.np/content/1982-citizenship-law-burma-and-arbitrary-deprivation-rohingyas%E2%80%99-nationality.

* L'Union Act de 1948 reconnaissait bien évidemment l'accès à la citoyenneté bimane aux Arakanais. Ce qui prouvait, selon l'interprétation du pseudo Mahbubul Haque, que depuis 1948, les apatrides originaires du Chittagong se trouvant sur sol Arakan (en 2014 "rohingyas") étaient des citoyens birmans reconnus par le pouvoir.

** Contrairement à l'édito de ce jour de la TdG sur ce sujet, les "rohingyas" n'ont pas été privé de citoyenneté birmane par la révision de la loi birmane de 1982 sur la nationalité

Qui reconnaît les 7 principaux groupes ethniques de Birmanie en tant que citoyens birmans, dans son art 3. :
"Nationals such as the Kachin, Kayah, Karen, Chin, Burman, Mon, Rakhine or Shan and ethnic groups as have settled in any of the territories included within the State as their permanent home from a period anterior to 1185 B.E., 1823 A.D. are Burma citizens"

Et précise les conditions de naturalisation, dans son article 42. :
"Persons who have entered and resided in the State anterior to 4th January, 1948, and their offsprings born Within the State may, if they have not yet applied under the union Citizenship Act, 1948, apply for naturalized citizenship to the Central Body, furnishing conclusive evidence." etc.

Cette loi de 1982 pose des conditions d'accès et de naturalisation que bien des pays ne respectent pas, mais n'exclut pas les "rohingyas" et n'inclue les apatrides - Quel système le ferait?
http://www.refworld.org/docid/3ae6b4f71b.html

NB. Jusqu'à 1982, c'est l'ensemble des birmans qui avaient des difficultés à accéder à leurs papiers. Pour voyages à l'étranger, l'obtention d'un passeport se faisait dans le cadre de 3 conditions (business or diplomatic purposes, or marriage with foreigner), après s'être acquitté de divers frais (remboursement des études universitaires, paiement d'une caution et d'un forfait fiscal en US$, et autres backshishes).

Quant aux accusations de non accès aux écoles, soins etc prouvant la victimisation des rohingyas et leur "mise à l'écart" éhontée (le buzz médiatique fourni par les rohingyas devant être alimenté, cela ne va pas tarder à revenir sur le tapis), ce sont là d'autres preuves d'une méconnaissance crasse de la Birmanie et des birmans, des journalistes eux-mêmes.

Si les touristes de "l'exotisme" n'étaient pas que de simples consommateurs, ils sauraient à quel point les birmans - moines, parents et enfants - s'impliquent et prennent en mains leurs structures sociales et éducatives en collectif, s'achètent des groupes électrogènes, construisent leurs écoles, paient les salaires d'instituteurs (autre sujet).

en vous remerciant, je vous prie de m'excuser de monopoliser votre sujet - me tient à coeur de me faire l'écho de quelques vérités, d'un pays d'une belle culture si ancienne, et de birmans dont la gentillesse est si rare en ce monde.

Écrit par : divergente | 19/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.