06/11/2017

Abusée, suicidée, la jeune fille et la mort

 

IMG_2725.jpg

L’expression de ce visage reste difficile à oublier.

Il s’agissait d’une adolescente qu’on avait incitée à porter plainte contre son abuseur. Ami de la famille, comme cela peut souvent arriver, l'homme avait entretenu une relation intime avec la jeune-fille. Sans le moindre avenir puisque les règles d’usage, dans les milieux respectables, veulent qu’on privilégie la famille et sa réputation avant toute autre inclination.

Combien sont-elles, qui ont idéalisé l’homme qui se présentait à elles comme, peut-être même protecteur, allez savoir ce que dicte un désir à satisfaire ...

Or livrer un homme à la justice ne va pas de soi. Car pour peu que le sentiment s’en soit mêlé, ce qui se conçoit tout à fait, celle qui aura rompu le secret s’estimera fautive. Aussi bien assiste-t-on au renversement de la peine qui visera celle qui la porte et non plus celui qui l’a infligée.

Le processus de culpabilisation est parfois si bien rôdé que pour s’y soustraire, ne s’offrent alors plus que les solutions radicales. En l’occurrence, ladite jeune fille n’a pas supporté de mettre face aux juges l’homme et sans doute avec lui, l’ensemble des valeurs qu’il incarnait.

Lorsque l'obstacle s'avère soudain insurmontable, il vainc toute forme de résistance qui lui aura été opposée et la mort seule apparaît en état d'apaiser la blessure.

La jeune fille a donc mis fin à ses jours.

 

12:56 Publié dans Air du temps, Amour, Avaries, Etre, Humanité, Justice, Pouvoirs, Pratiques | Tags : abus, amour, justice | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Un homme abusa d'une jeune fille mais sans aller jusqu'à l'acte.
Il s'agissait d'un prêtre.

L'histoire de cet homme, mère très catholique, père protestant lui-même, le fils, plus proche de sa mère que de son père

était celle d'une carrière ratée pour cause d'accident, d'une part, et d'oreillons tardifs cause d'impuissance, de l'autre.

Mais la jeune fille dans ces bras-là était bien trouvant ainsi cette tendresse ailleurs attendue en vain.

Sans le moindre sentiment de culpabilité.

Faut-il critiquer le prêtre en question parler pédophilie s'agissant d'une jeune fille de quinze ans à la première rencontre?

Il faudrait toujours connaître à fond l'histoire des uns comme des autres.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Madame Richard Favre très bon article traité avec beaucoup de psychologie
Car il est le reflet même de nombreuses gosses abusée par trop de religiosité qui n'ont jamais parlé
A force de tendre l'autre joue certaines ayant survécu à l'envie de se suicider viennent enfin après plus de 60 ans de réaliser qu'il était temps de se retourner pour stopper une fois pour toutes les humiliations dont elles ont été l'objet toute leur vie
Elles auront malgré elles joué le rôle du bouc émissaire servant de cible que ce soit de la part de la parenté et même des voisin
Elles ont ainsi retrouvé la légèreté de la vie qui devait être celle de l'enfance ,mieux vaut tard que jamais
Très bonne journée Madame

Écrit par : lovejoie | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Merci d’avoir été sensible à cet article, lovejoie.

Belle soirée et bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Madame Richard Favre j'ai oublié de vous remercie pour votre réponse à mon commentaire
Je me permets malgré tout d'ajouter ceci faut se méfier des mots amour quand on a été élevé dans la tradition religieuse la plus stricte et que la seule personne vrai ange gardien vient à mourir
Car remplacée par des proches n'ayant jamais frayé aucune église auront vitre fait de vous obliger à changer de personnalité en vous faisant comprendre que pour ce faire il suffit simplement d'imiter les autres
Le mental d'un enfant de 10 ans n'est pas préparé à ces changements sinon bonjour tous les dégâts collatéraux dont ceux dû à un viol
Il fallait aimer son prochain comme soi même que de fois avons nous entendu cette phrase qui elle aussi aura été source de nombreux tracas
J'en parle avec détachement cela s'est passé il y a si longtemps mais je continue de croiser les doigts quand on sait le nombre d'enfants qui éduqués dans des sectes doivent prouver qu'ils sont capables de résister tout ce que le monde moderne vrai miroir aux alouettes peut leurs réserver
Bonne soirée pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 16/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.