19/11/2017

Macron-Hariri, coup de maître ou pas, l’ardoise attend

Capture d’écran 2017-11-19 à 00.03.26.png

On est loin du camouflet qui aurait été infligé à Emmanuel Macron comme l’estimait un article évoqué dans le précédent sujet de ce blog.

Si camouflet il y a eu, c’est bien plutôt pour les 50’000 salariés de l’entreprise dont Saad Harriri était le principal actionnaire.

Francetvinfo renseigne aussi, avec document radiophonique à l’appui, sur cette affaire qui s’élève à des millions d’impayés.

Qu’il s’agisse de salaires dus à 240 expatriés français ou de primes jamais versées aux organismes sociaux, le premier ministre libanais démissionnaire aura à rendre des comptes.

Pendant ce temps-là et à l’opposé du camouflet, c’était un coup de maître diplomatique qui était aussi évoqué ici.

Autant dire que les victimes de l’entreprise à la tête de laquelle se trouvait Saad Hariri ne doivent sans doute pas avoir la même appréciation de la situation.

On ose espérer pour elles qu’Emmanuel Macron saura mesurer l’ampleur des dégâts causés à ses compatriotes et aux organismes et institutions du pays qu’il préside.

  

00:07 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

De la com, de la com, toujours de la com et après... On flatte l'orgueil des français qui ont besoin de leur dose quotidienne de cocoricos pour tenir jusqu'à la prochaine.
On soigne le plumage du volatile qui est atteint d'un cancer qui risque bien de l'emporter.

Écrit par : NORBERT MAENDLY | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Si Hariri a été relâché par Ben Salman, c'est qu'il a dû payer ce qu'il devait. A moins que Macron n'ait payé à sa place. Où on voit aussi le danger manifeste pour un pays quand une personne politique possède deux nationalités.

Pour en savoir plus, lire René Naba:

http://www.madaniya.info/2017/11/17/arabie-saoudite-le-comportement-typique-dun-etat-voyou-saad-hariri-un-heros-malgre-lui-grace-au-hezbollah-son-ennemi-intime/

Autres articles:

http://www.madaniya.info/auteur/rene-naba/

Derrière l'Arabie il y a Israël qui est à la manoeuvre.

Écrit par : Daniel | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Coïncidence ? Ce message de Voix me parvient sur un autre intitulé « Là où est le cadavre… ». Je m’interroge sur l’identité de ce ou peut-être de ces cadavres. Lequel de ces deux qui s’embrassent ?

Écrit par : Michel Mottet | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Puisqu'il est question du Liban, voici une information qui semble être passée inaperçue et qui en dit long sur la volonté de certains Etatsuniens de saboter la politique étrangère de Trump. Il est question des manoeuvres de l'ambassadrice US au Liban:

http://www.madaniya.info/2017/04/03/syrie-la-surprenante-offre-de-donald-trump-a-bachar-al-assad/

Je retiens cet extrait:

"La présidence syrienne proposait en outre à Tulsi Gabbard de lui confier des documents irréfutables concernant l’implication directe des hommes de la sécurité américaine dans leur soutien aux terrorismes en Syrie. A la suite de cet appel, Tulsi Gabbard décida alors de reporter son départ de Syrie de 24 heures.
Retour à Damas, mercredi 17 janvier et la remise des documents officiels syriens
Ce jour là, Tulsi Gabbard rencontra à deux reprises le Président Bachar Al Assad en présence des responsables syriens des services de sécurité, munis de documents. L’émissaire américain a été saisi par le choc à la vue de ses documents que les Syriens lui ont remis, ce jour là, afin de lui permettre son enquête aux États Unis même."

Écrit par : Daniel | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

On a du oublier de prévenir le Trump que la White House, c`est seulement pour la galerie.

Écrit par : JJ | 19/11/2017

Ce Hara-qui-rit, je lui acheterais pas une bagnole d`occase...

Écrit par : protz et schniaque | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Dernière information qui expliquerait pourquoi Hariri a été autorisé à sortir d'Arabie. Macron devrait agir comme Ben Salman: retenir Hariri jusqu'à ce qu'il paie sa dette à Orange et aux expatriés français mentionnés dans un des liens du billet ci-dessus. Après tout 13 millions (ou même 20), ce sont des peanuts comparés à ce qu'il a dû lâcher pour sortir d'Arabie:

https://french.almanar.com.lb/647161

En outre cette information confirme que la France a été une première fois envoyée sur les roses:

"Toujours selon Al-AKhbar, deux médiations internationales ont été entreprises. La première, par la France, dont le président a dépêché l’ancien président Nicolas Sarkozy à Riyad afin de permettre à M. Hariri de se rendre à Paris, tout en s’engageant à respecter les exigences saoudiennes. Et la seconde par les Etats-Unis, via David Saterfield. Toutes deux se sont soldées par un échec."

Écrit par : Daniel | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Hariri détenu en Saoudie est un acte de guerre commis par Ryad contre le Liban.

Quand on sait que la Saoudie est le vivier du Terrorisme Salafiste comme celui de Daech et au même tarif que le Qatar pour les Frères Musulmans (Hanif) et Al Qyada/Al Nosra.

Avez-vous entendu la dernière nouvelle :La Saoudie et Israel s associent ensemble main dans la main pour la « bonne cause » donc contre l Iran et le Hezbollah qui défendent la cause Palestinienne et la cause syrienne.

MBS a « réussi » son 1er coup de maître de ne pas faire exploser le Liban mais bel et bien d avoir tout le Liban contre lui.
------------------------
Il y a peu de pays aussi irrémédiablement divisés que le Liban. Mais l’Arabie saoudite est en train de réussir un tour de force: réunir contre elle l’ensemble du Pays du Cèdre, rassemblé pour réclamer le retour de son premier ministre, Saad Harari, qui se trouverait toujours à Riyad, peut-être contre son gré, après qu’il y a annoncé sa démission la semaine dernière.

Dernier soutien en date, a priori plutôt inattendu pour le premier ministre sunnite: Hassan Nasrallah, le chef de la milice pro-iranienne (ndr :chiite) le Hezbollah, a exigé vendredi la «libération» de Saad Hariri qui, selon lui, est «détenu» en Arabie saoudite. Le responsable chiite, dans une allocution très attendue, en est venu à comparer cette situation à un «acte de guerre» commis par Riyad contre son pays. Le Liban aime les paradoxes: plusieurs dirigeants du Hezbollah sont accusés d’être à l’origine de l’attentat qui avait coûté la vie, en 2005, à Rafic Hariri, le père de Saad. Et c’est «la mainmise» de l’Iran et du Hezbollah sur le Liban que le premier ministre a mise en avant à l’heure de justifier sa démission.

https://www.letemps.ch/monde/2017/11/10/liban-resserre-rangs-exiger-retour-saad-hariri
-------------------------
Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 19/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.