11/12/2017

La femme, son corps et la politique selon cette féministe

Capture d’écran 2017-12-11 à 13.05.31.png

C'est politique parce que les femmes demandent justice, elles remettent en cause un rapport de force. C'est cela le politique, c'est quand un groupe d'opprimés dit : "Ça suffit » (...) la peur, en plus de la honte, a changé de camp. Ainsi s’exprime la philosophe et historienne Geneviève Fraisse dans le cadre d’une interview qu’elle accorde en relation avec l’affaire Weinstein.

Et de poursuivre, affirmative, Tout le monde est concerné.

Non, Madame, tout le monde n’est pas concerné ou du moins ne se sent pas concerné comme vous l’entendez. Et c’est tant mieux. Car tous les hommes ne sont de loin pas des prédateurs. Pas davantage les femmes ne sont-elles de blanches colombes.

La déferlante de balances sur les réseaux sociaux charrie un nombre invraisemblable de cas auxquels sont mêlés de manière indistincte, maux et mots abusifs.

Mais voici qu’en conclusion de l’interview,la philosophe et historienne précise, le formel ne fait pas le réel, les lois ne changent pas le quotidien. Elles l'aident, mais ne le changent pas. Aujourd'hui c’est la question du corps des femmes qui est au cœur des débats, qui est politique. Et c'est tout l'imaginaire collectif autour du corps des femmes qu'il faut changer. Pour cela, il va falloir être inventif.

Devrait-on bousculer autant d’images du corps de la femme qui ravissent et enchantent? L’homme sait aussi rêver et admirer sans agresser, sans violer.

A eux, ce tango...

Commentaires

Quelle merveilleuse réponse que ce tango et cette valse de rêve ! MERCI

Écrit par : Michel Mottet | 11/12/2017

Répondre à ce commentaire

Ce sont de bien belles choses qu'écrit ici Hélène Richard-Favre et tellement vraies. Car la vie n'est pas toujours si compliquée et si laide. Et lorsque les corps se confondent, il y a souvent beaucoup d'amour partagé. S'il est important de dénoncer l'insupportable, muter des individualités en généralités ne fait qu'assombrir rêves et sentiments, qui ne demandent qu'à s'associer.

Écrit par : Gérard BIENVENU | 11/12/2017

Répondre à ce commentaire

Chez moi le tango était suivi de cette valse :
https://www.youtube.com/watch?v=F_rY7fpzNC0

Écrit par : Michel Mottet | 11/12/2017

Répondre à ce commentaire

La peste soit de ces enragées militantes, sectaires et souvent aigries et de leurs diatribes... Pour un peu, avec elles, pauvres hommes, nous finirions tous comme Abélard... Ou comme les malheureux pandores du marché de Brive-la-Gaillarde pour prendre un exemple plus contemporain.

Écrit par : Gislebert | 11/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Hélène pour ce superbe tango

Écrit par : Dominique Rouvinet | 11/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.