17/12/2017

La plus grande course du monde en eau froide

IMG_0862.jpg

Genève a sa célèbre Course de l’Escalade mais aussi sa Coupe de Noël. Aussi connue mais moins fréquentée que la première, la seconde n’en est de loin pas à sa première édition.

Créée en 1934, elle serait, selon le site de la Ville de Genève, la plus grande course du monde en eau froide

N’importe qui ne peut tout de même pas y participer. Des conditions de santé sont, bien entendu, exigées.

Accompagnés de sauveteurs qui veillent, les nageuses et les nageurs accomplissent 120 mètres en nage libre et dans une eau dont la température se situe entre 5° et 8°.

Moment bienfaisant s’il en est, il est à saluer.

En ce dimanche 17 décembre au matin, le public était là pour encourager et applaudir ses vaillant(e)s participant(e)s.

Cela dit, Genève n’est pas la seule à connaître ce genre de plaisir glacé. En témoigne cet article de Swissinfo.

 

14:05 Publié dans Genève, Humanité, Pratiques | Tags : coupe de noël, nage en eau froide | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Brrr, ai beaucoup d'admiration pour ces nageurs... Lorsque j'étais encore professionnellement actif, j'en voyais certains (-aines) s'entraîner tous les jours aux bains des Pâquis. Paraît que c'est une question d'habitude m'avait expliqué l'un d'entre eux, un vieux briscard blanchi sous le harnais, une longue habitude comme la vie maritale en somme... On se fait à tout.

Écrit par : Gislebert | 17/12/2017

Les bains dans l’eau glacée semblent insensés et nous étonnent.
En fait, les pays nordiques le pratiquent depuis longtemps, mais ils ont aussi inventé le sauna, suivi d’un plongeon dans l’eau glacée.
Ce principe de changement brutal de température surprend. Est-il bienfaiteur ou non ?
Avec une surveillance médicale stricte, du moins pour les débutants et avec une autorisation délivrée par un médecin cardiologue ou spécialiste en la matière, cet exercice est bénéfique. D’ailleurs les sports d’équipe (football et autres) utilisent cette méthode après une compétition, de manière systématique, avec un bienfait évident sur l’appareil moteur.
Maintenant il faut rester précis :
Ce qui précède est conforme à ce que les médecins prescrivent
en cas de traumatisme aigu et en est la suite logique.
Bien différent et à ne pas confondre, les douleurs ostéoarticulaires chroniques sur rhumatisme. Là le chaud est prescrit. Mais il faut bien reconnaître, qu’outre certaines certitudes confirmées par des études scientifiques incontournables et des habitudes populaires, tout reste encore à définir. Ce qui nécessite, encore une fois, un préavis médical, pour les initiants.

Écrit par : Tryphon | 17/12/2017

Les commentaires sont fermés.