19/12/2017

Une femme, un homme, obscur objet politique

Capture d’écran 2017-12-11 à 13.05.31.png

Le journal dit de référence -ou du moins l’a-t-il été autrefois- poursuit au sujet de l’affaire qui vise un désormais ex-élu suisse. Le malaise ne s’est pas dissipé à Berne, nous apprend-il.

Bien.

Mais un autre malaise est perceptible. Celui qui met la femme en position de victime. Celui qui rend l’homme possédé de désirs qu’il ne maîtrise pas ou mal. Celui qui crée des reflets déformés de la relation entre les sexes.

Il en a déjà été question, ici, de cette manière de (dé)considérer la relation entre femmes et hommes. Or il est important d’y revenir, tant ce procédé qui vise à libérer la parole de femmes est discutable.

D’abord, il est à sens unique, ensuite, il viserait à modifier l’imaginaire, enfin, il apparaît bien plutôt destiné à gommer les différences entre femmes et hommes.

Qu’on revendique le respect entre les unes et les uns! Alors, les différences seront sources de richesses mutuelles. Au lieu de quoi, on entretient une guerre larvée qui ne profite ni aux unes ni aux autres.

Là est le malaise, Monsieur le journaliste!

 

Commentaires

Je connais des femmes qui d’une taupinière réussissent à en faire une montagne comme le Catogne, la montagne conique qui surplombe Martigny. Je suis consterné par les procureurs qui ont prononcé la mort du coupable en le privant même des moyens de gagner son pain. C’est une loi de la vie sauvage : lorsqu’une bête est blessée, on ne la soigne pas mais la meute la dépèce.

Écrit par : Michel Mottet | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.