23/12/2017

Harcèlements sexuels, morts d’enfants, communication et communication

Capture d’écran 2017-12-23 à 13.47.54.png

Eh bien, on peut dire que Wikipedia est plus rapide que son ombre pour la jeter sur une carrière brillante.

Après avoir dressé le parcours d’un homme d’exception, l’encyclopédie en ligne ne manque pas de le clore par une rubrique à l’intitulé sans ambages: Scandale sexuel.

Salir, dézinguer telle ou telle personnalité publique et poursuivre sans gêne une guerre après l’autre pour apporter la démocratie à autant de pays brimés, beau programme pour qui défend autant de droits humains bafoués.

Il va de soi que les agissements dont rendent compte les femmes qui ont eu à les subir ne relèvent d’aucun agrément et encore moins du plaisir. Mais de là à en faire un scandale sexuel , il y a un pas qu’on n’hésite plus à franchir tant la parole qui se libère est encouragée et saluée!

Pendant ce temps-là, on apprend comment l’Etat français a communiqué aux parents la mort de leurs enfants tandis que le bus scolaire qui les transportait a été coupé en deux par un train et que les responsabilités des uns et des autres n’ont toujours pas été établies et encore moins confirmées.

Qui est la brute de qui?

Commentaires

On apprend dans votre blog et celui de Pascal Décaillet que notre société souffre d'un mal terrifiant : le besoin de morale. Comme je vous comprends ! Quelle horreur que cette notion de morale ! Seul compte la loi, qui est issue d'un rapport de forces clair et net. Allez-y joyeusement les Yannick Buttet, les Strauss-kahn et autres demi-violeurs à la petite semaine, le champ est libre. Coincez-les dans les ascenseurs, les recoins du palais, les chiottes, c'est encore mieux. Soulevez leur jupe sans autre forme de procès, "grab them by the pussy", fourrez-votre langue chargée de remugles de vieux saucisson et de fendant bon marché dans leurs bouches, elles n'ont rien à y redire ! La loi ne l'autorise peut-être pas, mais vous savez qu'elles n'auront jamais le courage d'affronter la meute de vos défenseurs !

Écrit par : Géo | 23/12/2017

Répondre à ce commentaire

Géo,

Qu’entendez-vous par « la meute de vos défenseurs » ?

Et si jamais, je ne justifie pas les actes de harcèlement, j’évoque l’insistance avec laquelle ces agissements sont médiatisés par l’appel lancé récemment à « balancer son porc ».

Tout est bon, désormais pour remonter dans autant de temps passés et « libérer » sa « parole ».

Et comme je le mentionne aussi, pendant ce temps-là, on communique à des parents en deuil et pris d’une incommensurable souffrance, la mort de leur enfant de manière telle qu’ils en ressentent un immense et véritable réconfort!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 23/12/2017

Répondre à ce commentaire

Et voici, puisque l’on aime à remonter dans le passé:

https://www.youtube.com/watch?v=daP2N1JPv3s

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 23/12/2017

Répondre à ce commentaire

Madame,
On ne lit que des appels à la modération, à la présomption d'innocence, au respect de la Loi. Il est évident qu'un bouchon a sauté et que la parole des unes a libéré la parole des autres. Le respect, la modération, la dénonciation aux autorités, cela donne la situation suivante : il y a une vingtaine d'années, Charles Dutoit avait déjà eu un comportement limite avec une jeune journaliste canadienne. C'était sorti dans la presse. Quelques années après, l'Orchestre de Montréal avait mis fin à son contrat, suite "à de très sérieuses plaintes de nombreux musiciens qui ont enduré sans mot dire des années d'exactions psychologiques et verbales". Et depuis, rien. Tout va très bien...

En tant qu'homme, je sais que je n'ai jamais eu ce genre de comportement envers les femmes et que je ne suis de loin pas le seul dans ce cas. Il est normal et il est bien qu'à un certain moment ces comportements soient fortement dénoncés.
Je n'ai pas la moindre sympathie pour ces gens, et je pense qu'ils donnent du blé à moudre aux extrémistes féministes, que je n'aime pas et qui veulent faire croire que TOUS les hommes sont des violeurs en puissance. Il est donc temps de remettre les pendules à l'heure.
De plus, à propos de Yannick Buttet : il n'est pas un simple citoyen, il est un élu du peuple, issu d'un parti important dans son canton. S'il était resté tranquillement à son poste à Berne, l'addition à payer par son parti aurait été sanglante sur le plan suisse (pas en Valais, malheureusement).

Écrit par : Géo | 23/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci de votre commentaire substantiel, Géo.

Quand vous écrivez «Je n'ai pas la moindre sympathie pour ces gens, et je pense qu'ils donnent du blé à moudre aux extrémistes féministes, que je n'aime pas et qui veulent faire croire que TOUS les hommes sont des violeurs en puissance. Il est donc temps de remettre les pendules à l’heure. »

A quoi songez-vous exactement, je veux dire, à quelles « pendules » qu’il serait « temps de remettre à l’heure » ?

Merci de cet échange.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 23/12/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Madame Richard Favre je m'abstiendrai de tout commentaire sinon c'est mon intestin qui devra prendre un laxatif supplémentaire pour éliminer le sexe qui est resté coincé psychologiquement dans l'anus et ce depuis 1954
Très belles fêtes de fin d'année pour vous Madame

Écrit par : lovejoie | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci, lovejoie et très Joyeux Noël à vous et aux vôtres!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.