30/12/2017

Féministe, voilée, en lutte

Capture d’écran 2017-12-28 à 23.24.29.png

Dans le contexte actuel où féminisme, sexisme et laïcité sont des termes récurrents à défaut d’être des valeurs bien définies, il est particulièrement intéressant de s’arrêter à cet article pour saisir la pensée de son auteure.

Féministe musulmane, elle explique en quoi le port du voile est, pour elle, non seulement une fierté et un signe d’appartenance mais surtout, une manière d’afficher un féminisme qui résiste à celui que d’aucunes ou d’aucuns veulent imposer.

En effet, selon elle, obliger la femme musulmane à retirer son voile au prétexte qu’elle serait soumise à des valeurs patriarcales est une forme d’oppression sinon et même, d’islamophobie. Aussi, développe-t-elle une argumentation pour défendre sa position et la revendiquer.

L’intérêt que présente cet article est, ente autre, de montrer combien le sentiment d’appartenance, en l’occurrence ici, religieuse est fort et prime sur tout autre, au point de lui donner les atours de féminisme au prétexte que celui-ci peut se concevoir de manière variable.

Peut-être mais dans une société dite laïque, le principe veut que tout signe religieux ostensible soit banni. Preuve en sont les multiples destructions de croix ou autres interdictions de crèches ici et là dans l’Hexagone. Cette femme en a-t-elle seulement conscience?

Quand elle argue lutter contre l’isamophobie avant tout, c’est son droit le plus strict de défendre ses valeurs. Mais c’est aussi celui des autorités et autres édiles de faire respecter un principe, qu’elle le veuille ou non.

Pour le reste, son propos permet de mesurer comment le féminisme peut se concevoir par les unes et les autres sinon être utilisé pour d’autant renforcer un combat identitaire. 

Le principe de laïcité et le féminisme sinon le sexisme ont encore de quoi faire avec pareils foyers de résistance! Certes, l’article date d’il y a trois ans mais celui-ci, paru dans l’OBS en avril 2016 n’est pas en reste non plus...

 

Commentaires

Tu as tout dit et comme d'habitude de façon excellentissime. Chapeau Hélène,

Écrit par : Thomas | 28/12/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour !

Je me permets, pour compléter et approfondir cet article, de recommander un livrede Fatiha Boudjahlat, «le grand détournement». Ce livre explore et décrypte ce thème en profondeur, il est écrit par une femme française et directement concernée: on ne peut pas le discréditer en le traitant de délire «raciste» de mâle blanc (vu la déchéance intellectuelle qui sévit dans les débats médiatiques actuellement et le niveau d'argumentation atteint parfois).

Cette auteure arrive à des conclusions encore bien plus nettes, claires et tranchées. Oui il y a des courants intellectuels de fond qui tentent de piéger ces débats en France, oui c'est un courant politico-religieux qui cherche à modifier la culture et les lois en France, oui c'est une réalité qu'il faut dénoncer.

Je pense, Madame, que vous tendez à garder de la retenue et de la mesure, certainement pour de bonnes raisons, mais permettez s'il vous plaît que je donne certaines clés de lecture à d'autres lecteurs de votre excellent blog.

Merci et bonne lecture

Écrit par : raloul | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Une féministe voilée c'est comme un vélo avec des roues carrées. Qui peut bien croire que ça peut avancer ?

Écrit par : NORBERT MAENDLY | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

C'est marrant (sic) de constater que ceux qui se pâment aujourd'hui devant les féministes (resic) voilées (en gros l'intelligentsia de gauche), n'ont eu de cesse pendant des décennies de se moquer des bigotes qu'ils considéraient comme étant soumises au pouvoir mâle de la religion chrétienne...

Écrit par : Catherine | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Après une courte visite à Londres durant ce Noël, on voit que des femmes dites voilées, joliment maquillées, bien présentables et compétentes (pardon pour ces qualificatifs un peu "sexistes") travaillent normalement?

On les VOIT à l aéroport de LCY et de LGW, aux contrôles de passeports, aux guichets du check-in et de l embarquement, aux restaurants et dans les grands magasins en ville et d une manière dite "normale" comme si "rien n y était"? Chose que nous ne voyons nullement ni en Suisse ni en France.

Comment une intégration a pu avoir lieu là-bas et non pas chez nous sauf si nous continuons à nous considérer encore comme les sources uniques de la "Lumière" et/ou des "souchiens" et des "non-souchiens"?

Bonnes Fêtes. Bien à Vous et Merci à Mme H.R.-F. et à ce blog.
Charles 05

------------------------
Un petit cadeau: "Barbara chez Fairuz et Fairuz chez Barbara"

http://www.lapresse.ca/arts/musique/201611/11/01-5040375-barbara-chez-fairouz-fairouz-chez-barbara.php

Écrit par : Charles 05 | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci à vous, Charles 05 et tout de bon pour cette fin d’année 2017 et pour la prochaine à venir!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Bien le Merci à Vous, Mme H.R.-F.,

Voici la traduction de `Donnes-moi la flûte et chantes` au cas où vous l avez aimé, chanté par Fairuz et interprété ci dessus par Dorsaf Hamdani.

-------------------------
De Jobran Khalil Jobran, Musique par la Famille Rahbani/chanté par la
Diva Fairuz. 6 min 33 sec de bonheur, promis :)

https://www.youtube.com/watch?v=uEXkWCtymeY

Donnes-moi la flûte et chantes
Car le chant est le secret de l’existence
Et le sanglot de la flûte survivra
Quand aura péri, l’existence

As-tu comme moi fait de la forêt ta demeure et déserté les palais
Suivi les rivières et escaladé les rochers
T’es-tu purifié de parfum et imprégné de lumière
As-tu bu le nectar de l’aube dans des coupes sans corps

Donne-moi la flûte et chante
Car le chant est le secret de l’existence
Et le sanglot de la flûte survivra
Quand aura péri, l’existence

T’es-tu comme moi posé le soir dans les bras de la vigne,
Caressé par des grappes en or,
T’es-tu la nuit couché sur l’herbe et couvert du ciel,
Oubliant le passé et ignorant le futur

Donne-moi la flûte et chante
Car le chant est l’essence des coeurs
Et le sanglot de la flûte survivra
Quand auront disparu, nos péchés

Donne-moi la flûte et chante
Et oublie mal et remède
Car les hommes sont des lignes, mais écrites avec de l’eau.

-------------------------

Écrit par : Charles 05 | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup, Charles 05!

Et si jamais, je rectifie la coquille qui s’est glissée dans votre commentaire, il s’agit donc bien de Khalil Gibran et non de Khalil Jobran comme écrit malencontreusement...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 29/12/2017

Répondre à ce commentaire

Malgré quelques maladresses stylistiques, l’ouvrage de Fatiha Boudjahlat, déjà cité par un autre commentateur, est tout à fait recommandable et pertinent pour le débat entamé ici. A l’instar d’autres auteures de culture arabo-musulmane ou iranienne directement concernées (Chahdortt Djavann, Lydia Guirous, Zineb El Rhazoui), Fatiha Boudjahlat nous met en garde contre les nouveaux dangers qui menacent nos sociétés, et tout particulièrement la France. Certains milieux sont prompts à détourner nos valeurs fondamentales (telles que le féminisme ou la liberté d’expression) afin d’en faire des armes de guerre au service de puissants intérêts politico-religieux. Pour ce faire ils n’hésitent pas à exploiter toutes les lacunes juridiques ainsi que les tergiversations des juges ou des politiques, afin de constituer progressivement un corpus jurisprudentiel toujours plus favorable à leurs revendications.

Écrit par : Francis26 | 30/12/2017

Répondre à ce commentaire

Pour faire suite à votre commentaire, Francis26, je recommande l'ouvrage "Les droits de l'homme contre le peuple" de Jean-Louis Harouel.

http://www.francisrichard.net/2016/07/les-droits-de-l-homme-contre-le-peuple-de-jean-louis-harouel.html

Non seulement le "système islamique" utilise nos droits pour nous soumettre à leurs infâmes lois coraniques, mais ils sont aidés par des juges qui vont plus loin que l'application du droit, ils vont jusqu'à le réinterpréter à leur sauce.

N'oublions quand même pas ces propos de Youssouf Al-Qaradâwî qu'un étudiant en première année de géopolitique prendrait au sérieux, ce qui est loin d'être le cas de la part de nos politiciens:

"Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons" Y. Al-Qaradâwî 2002

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/08/une-guerre-civile-menace-la-fr.html

Cette conquête commence par l'imposition de la vue du voile dans nos sociétés dites libres.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 30/12/2017

@G. Vuilliomenet,

Certainement que vous avez raison en ce que vous dites sur les slogans du Prédicateur Youssef Al Qaradawi quant à sa citation de ""Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons" Y. Al-Qaradâwî 2002"

Ce que Qaradawi dit sur l Europe (et les USA) est dangereux et mérite le qualificatif d abjection et des paroles de l âge de la pierre et qui n obtiendraient aucun résultat. Néanmoins, ce même Qaradawi les appliquées mais avec le sang de 300 à 400 milles syriens à ce jour et ceux du Yémen aujourd hui aussi. Personne en Europe et aux USA n a contesté Al Qayda/Al Nosra qui fait du bon boulot en Syrie (termes à Fabius selon la politique du quinquennat de Hollande). Même l entourage de M. Caseneuve, ancien ministre de l Intérieur français, cet entourage disait que le "Djihad n est pas un délit en soi". CQFD.

La compassion et la révolte semblent être très sélectives entre ce que Qaradawi et ses Frères Musulmans Hanif disent et font "là bas" et ce qu on les laisse dire et faire en Europe (et pas aux USA. Dans les deux cas, ils le font avec le soutien inconditionnel (ou pour rester gentil, la non-objection) de la France/Suisse/GB...etc.. A bon entendeur!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/12/2017

Répondre à ce commentaire

Les féministes qui défendent l'islam n'ont rien à envier aux danseuses du Moulin rouge en matière de grand écart. Sauf le fait que les secondes le font pour nous divertir et pas pour nous convertir.

Écrit par : NORBERT MAENDLY | 30/12/2017

Répondre à ce commentaire

@Norbert Maendly,
Vous êtes le spécialiste de la monotonie.
Mme de Staël disait:"La monotonie, dans la retraite, tranquillise l'âme; la monotonie, dans le grand monde, fatigue l'esprit"

Écrit par : Charles 05 | 30/12/2017

Répondre à ce commentaire

Re@Norbert Maendly,
Etayez votre écrit concernant la liaison entre féministes et défendre, ou pas, l Islam? C est quoi vos salades?

La connaissance, c'est savoir qu'une tomate est un fruit. La sagesse c'est ne pas la mettre dans une salade de fruits.(Knowledge is knowing a tomato is a fruit, wisdom is not trying to put it in a fruitsalad).

Écrit par : Charles 05 | 30/12/2017

Répondre à ce commentaire

A propos du sentiment d'appartenance tellement problématique concernant les enfants nés non désirés l'appel de l'Extra-Terrestre du film E.T. est significatif: "Maison!" Maison!" avec le sentiment d'abandon qui l'accompagne E.T. pensant des siens avoir été oublié ce qui apporte le sentiment du schizo d'être "étrange étranger en terre étrangère" parce qu'en cas de grossesse subie sans appel comme sans désir d'avoir un enfant à partir de la fin des huit premières semaines le fœtus sans pouvoir ni verbaliser ni raisonner a ressenti et a été "marqué à vie" si la femme enceinte a ressenti la présence de son fœtus comme un corps étranger en son propre corps (DR Arthur Janov EMPREINTE après de nombreuses années de pratique de la psychanalyse puis fondateur de l'Institut de Thérapie Primale après de nouvelles années de pratique avec guérisons signifiantes comme démontrables.
La mémoire intellectuelle à laquelle faisait appel Freud en ses cures par la parole ne permettant pas assez, selon Janov, de retrouver non pas le souvenir d'un traumatisme ("abréaction") mais le ressenti que vivait la personne, l'enfant comme déjà le foetus au moment même et sur le moment de sa souffrance et pourquoi.
Travail et pratique désormais par la "mémoire du corps" elle-même.

Ce qui nous appelle à repenser, à revoir nos sentiments

mais le voile, d'être "voilée" de la femme musulmane, sans oublier les différents niveaux de culture, dénonce l'"obscurantisme" avec le risque de superstition qui l'accompagnait, l'accompagne et l'accompagnera toujours.

Femmes musulmanes: ôter son voile et désormais travailler à son émancipation ne devrait pas être ressenti comme un droit mais un devoir.

Je ne parle pas "féminisme" parce que tous nous avons à nous émanciper.

Comme l'enseignait Krisnamurti nous avons à nous délivrer de cette sorte de cocon faussement promesse de sécurité qu'est le connu, l'habitude, l'automatisme.

Pas moins les hommes que les femmes.

Bonnes fêtes sur de mystiques comme mythologiques "Champs-Elysées"... cheveux au vent!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.