04/01/2018

Réseaux sociaux

Capture d’écran 2018-01-04 à 22.26.24.png

Dans le cadre d’une discussion relative aux réseaux sociaux, une amie qui se reconnaîtra, émettait une remarque que je souhaite partager ici avec vous.

Selon elle, plutôt que de favoriser l’échange de points de vue, ces plateformes apparaissaient plutôt susceptibles de creuser un fossé entre personnes d’opinions diverses.

Le fait de se retrouver entre « ami(e)s » du même avis, conforterait-il sinon renforcerait-il l’assurance d’être dans le vrai?

A y regarder d’un peu près, la question vaut d’être posée.

Il suffit, en effet, de tenter juste la nuance au sein d’un groupe de personnes dont les propos se rejoignent pour louer ou incriminer telle situation ou telle personnalité, pour constater que l’on perturbe vite le sentiment d’être tous du même avis.

Dès lors, le risque est bien réel que se rassemblent des opinions qui rejettent toute controverse et se confortent à coup de « j’aime » et autres signes d’approbation.

Exclure l’intrus qui pense autrement, voici en effet, ce qu’un réseau social est susceptible d’encourager.  

Tout reste, cela va de soi, une question d’usage. Et si certains privilégient l’entre-soi, d’autres savent profiter des multiples ouvertures proposées par autant de plateformes d’échanges.

 

22:59 Publié dans Air du temps, Pratiques, société | Tags : facebook, groupes d’opinion, like | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

A quoi bon échanger avec
Charles 05, Gabor F., HRF, Hommelibre, Leclercq, Ramadan, Mireille Valette, Patoucha, Corto,
Gowrié, JJ, Géo, Vincent...?

Écrit par : question | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

Question,

Au cas où vous auriez un problème de lecture et en dépit de l’image qui illustre le sujet et de son intitulé pourtant tous deux assez explicites, il s’agit, ici, de réseau sociaux et non de blogs hébergés par la «  Tribune de Genève » et d’une partie sélective de ses intervenant(e)s.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/01/2018

Exclure l’intrus qui pense autrement, voici en effet, ce qu’un réseau social est susceptible d’encourager: cela ne vaut pas pour les pays anglo-saxons, particulièrement l'UK et les US. L'on tolère et accepte plus facilement celui qui manifeste une opinion différente du mainstream. Donald J. Trump et ses fake news bien entendu exceptées.

Écrit par : JP. Bucher | 09/01/2018

« Exclure l’intrus qui pense autrement » : quelle justesse de diagnostic ! Votre amie et vous-même exprimez la triste réalité. Encore heureux quand ce n’est pas exprimé avec haine et surtout avec mépris.

Écrit par : Michel Mottet | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Madame Richard Favre Excellent point de vue partagé par de nombreux anciens Scouts
Tous ayant compris très vite le danger du groupe reflété par l'article
D'ailleurs Baden Powell lui même avertissait chacun d'entre nous
-En groupe tu seras protégé mais face au danger tu seras tout seul
Ne dit on pas que la solidarité du groupe ne peut se mesurer que si un danger extrême s'abat sur un des membres et là bizarrement plus personne ne répondra présent
Excepté les Francs Maçons qui eux restés dans l'ombre sauront comment réagir
Ils sont nombreux à la suite de cet avertissement à avoir de suite quitté le groupe ayant compris que leur personnalité elle même était en danger
Bonne journée Madame Richard Favre

Écrit par : lovejoie | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

@Question,
A quoi bon répondre à votre question?

Écrit par : Charles 05 | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

Cet avis vaut un autre!

Les réseaux sociaux ont contribué à foutre la m.... On n'est plus ni Amis ni Amants dans la vraie vie, on ne l'est que sur Facebook qui n oubliera jamais l histoire et le passé des faceboookiens. Ne vaut il pas l appeler
un fessebook?

Umberto Eco avait dit:"Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bistrot du coin après un verre de vin. Ils ne causaient aucun tort à la collectivité car on les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles".

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

Je reviens avec plaisir sur la plate-forme de la TDG pour lire mes blogs préférés. Non! je ne me lasserai jamais de les lire. Les blogueurs sont toujours là, j'imagine qu'ils sont en bonne santé, mais les sujets sont inépuisables. Je suis à l'affût de chacune de leur édition.

Tout d'abord, Hélène, laissez-moi vous faire mes meilleurs vœux pour cette année 2018. Qu'elle vous soit particulière de succès dans toutes vos entreprises!

Merci Hélène pour ce billet qui va permettre une réflexion de fond. Comme pour le Bitcoin. Nous découvrons et consommons le virtuel sans y avoir été éduqués préalablent.

Je suis absolument contre les réseaux sociaux et n'y possède aucun compte.

Tout d'abord parce qu'ils détournent les gens des vraies rencontres physiques, des moments de plaisirs et le plaisir de fixer le rendez-vous suivant pour leur faire déguster mes meilleures pâtisseries.

Ensuite je les compare à des associations soit disant sans but lucratif au libellé sociétal ou culturel. Ne nous leurrons pas, ces dernières ne sont pas dépourvues d'intérêts qui sont peu avouables: le premier intérêt immatériel se trouve dans la possibilité reconnue par les instances du pouvoir, donc légale, d'exercer de l'influence sur autrui dans un certain périmètre. Qui sait? si le périmètre s'agrandit et que ces associations gagnent en notoriété qui leur permet d'imposer leurs normes et leurs affirmations comme des vérités irréfutables? n'a-t-on entendu des litanies officielles, vous exhortant de bien vous approprier un lieu, un espace public...( il ne s'agit pas d'une faute quand mes compléments de verbe sont directs: un lapsus révélateur d'un certain état d'esprit). En effet, c'est une concession sur propriété que les élites leur accordent (Voilà encore un nouveau paradigme sciento-social bien relayé parce que très vendeur en politique). On vous dit de vous approprier les préoccupations des gens du quartier... Donc de vous approprier des gens et leurs problèmes..! Ils deviennent votre propriété dans une certaine mesure.
Donc sur les réseaux sociaux, les gens procèdent de la même manière avec la même mentalité. Sauf que dans le virtuel, il n'y a que des perdants tôt ou tard, parce que le propriétaire de votre espace public, c'est le serveur des réseaux. Il vend vos données pour des études et pour fins de spéculation multiples qui rapportent des milliards de dollars. Les individus sont du matériau de négoce sur le marché mondial.

Il me semble que les réseaux sociaux comme les réseaux professionnels sont des lieux communs relativement confidentiels disons plutôt confinés. Et pourtant nombre de procès contre des auteurs de commentaires doivent nous persuader du contraire ou alors, il y a mépréhension du mécanisme qui, en fait, ne se différencie pas des communautés de gens qui se parlent en face-à-face dans des réunions (on ne peut pas demander à la communauté du réseau de s'auto-réguler, il n'y a pas un responsable désigné ou élu, il n'y a que rapports de force et n'importe quel membre peut débloquer, trop content de libérer ses impulsions dans un cadre qu'il croit protégé alors que paradoxalement il recherche de l'audience. Si possible au-delà de sa communauté. Ce leurre provient du fait qu'il n'y a pas de visage, pas de langage gestuel ou comportemental mais des rumeurs, des litotes qui tournent continuellement. Ce sont des lieux parfaits pour se faire descendre en flammes ou se faire porter aux nues sans raisons expliquées. Les enfants et adolescents sont particulièrement vulnérables aux dangereux effets de meute et du lynchage.

Par ailleurs, il faut être conscient que ces réseaux sociaux recueillent beaucoup de vos données au-delà de celles personnelles délivrées volontairement. Vous vous laissez tisser une toile d'araignée autour de vous, et la toile s'étend et se densifie de jour en jour incluant parfois vos proches et vos amis qui y sont totalement étrangers. Lorsque vous avez des révélations sur certaines personnes par des tiers, il est difficile de résister aux invites (harcèlements) à les utiliser. C'est un vrai jeu d'influences et de manipulation à l'intérieur de votre prison virtuelle et qui vous privera de la libre parole partout. Vous avez trahi votre propre intimité. Ça c'est la plus affligeante des punitions.
Le triomphe de certains peut s'avérer éphémère et amer lorsque quelqu'un aura saisi, de manière fondée ou non, la justice.
Les propos et le comportement sur les réseaux se paient au même prix que dans la vie réelle.

A ce propos, tous les gouvernements affichent une mine de protecteurs en pondant beaucoup de lois notamment contre lesdites fausses nouvelles. ("Fake news" ça fait mieux pour les gens instruits!)
concept vague pour parler de rumeurs. Mais la réalité sur les réseaux c'est carrément de la calomnie aidée par ce concept. La calomnie est pénalement punissable pour autant qu'on se donne les moyens de retracer la genèse pour identifier celui qui l'a lancée sous une quelconque forme. Si l'affaire ne rapporte pas un lingot d'or, on s'abstiendra!

Les intentions des officiels sont plus précises aujourd'hui. Les dominants veulent interdire les voix dissonantes qui les écornent eux et leurs premiers cercles, ils vont faire des exemples avec ceux qui disent des vérités qui fâchent, une critique ou une analyse qui éclaire un fait etc. Pour installer une seule version: la leur!

Il y a des questions qui s'imposent sur les limites et les méfaits des réseaux sociaux qui n'ont rien de social, et plus largement Internet et ses dérivées: Est-il un mal d'une nécessité absolue que cette intrusion? Si vous cédez à ces invites, vous devez vous attendre à être exposés et mis à la disposition de vos hôtes qui ne sont pas forcément bienveillants.Ils peuvent vous rejeter et c'est un moindre mal.
Si c'est pour cultiver "l'entre soi", celui-ci mourra de lui-même par défaut de renouvellement comme toute société sclérosée.

je vous propose, entre autres, ce billet de Régis Castelnau qui ne traite pas directement des réseaux sociaux mais de la toile (de fond) sur laquelle se sont installés beaucoup de pseudo-services et d'applications (APP), ces réseaux seront fortement mis en cause, de même que les sites alternatifs d'information, qu'on affectionne tant, risqueront d'être bannis et fermés. Ce sera très regrettable!

http://www.vududroit.com/2018/01/emmanuel-macron-president-neo-illiberal/

Écrit par : Beatrix | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

"Les réseaux sociaux sont en train de mourir" (ndr:ou pas?)
-------------------------
"Les réseaux dits "sociaux" vont s'émousser doucement pour ne garder que la partie réseaux. Pour le social on repassera.

Source, 26.09.2017

http://www.huffingtonpost.fr/cyrille-de-lasteyrie/les-reseaux-sociaux-sont-en-train-de-mourir_a_23222850/
-------------------------

Écrit par : Charles 05 | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

Baden Powell disait aussi que côte à côte fils de prince et fils du peuple s'enrichissent mutuellement.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.