10/01/2018

Femmes divisées

Capture d’écran 2018-01-10 à 11.46.30.png

Et voilà, la réponse de bergères à d’autres ne s’est pas fait attendre. Des femmes répondent à d’autres.

Mais que ces actives militantes se souviennent de ce que subissent autant de femmes enfermées sous la chape de doctrines qui les plombent, pis, qui les lapident et les tuent!

Que ces femmes, si sensibles aux victimes d’hommes qui les agressent, se mobilisent contre tous ceux qui cloîtrent leurs épouses, leurs filles et toute autre de leurs proches au nom de telle ou telle credo!

Que ces revendicatrices de droits leur expriment, au moins, leur soutien d’une manière ou d’une autre! Nous aurait-il échappé, que nous ne l’ayons lu ou entendu nulle part?

Et sinon, combien d’hommes ne sont-ils pas tout simplement anéantis par la vindicte d’autant de bonnes âmes féminines qui se rebellent contre eux ou les exploitent?

Etre victime ou se poser en victime ne revient pas au même.

Le statut de victime, en droit, existe. Qu’il soit reconnu pour chaque action qui le confirme et alors, la justice aura oeuvré aussi bien sinon mieux que ces revendications qui ne profitent en rien aux relations entre hommes et femmes.

 

Commentaires

De même que tous les hommes ne sont des harceleurs toutes les les femmes ne sont réfractaires à ce qu'on leur face des avances et inversement. C'est plutôt quant à la manière de faire qu'à l'appartenance sexuelle de chacun des acteurs qu'un terrain d'entente doit être trouvé. Tant qu'il n'y a pas de contrainte il n'y a pas d'abus. Obliger à suivre un code identique pour chacun revient à annihiler toute différenciation possible de la sexualité des individus qui pourtant, comme tout le monde la sait, est une partie non dissociable de la personnalité de chacun.

Écrit par : NORBERT MAENDLY | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

On se demande bien comment elles font pour survivre à tant de sévices de toutes sortes ? Les statistiques de mortalité sont éloquentes à ce sujet. Comment faire disparaître cette inégalité ?

Écrit par : Michel Mottet | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

@NORBERT MAENDLY On ne peut que vous donner raison c'est comme pour les déchets ça tourne à la psychose obsessionnelle
Il y a beaucoup trop de fak news sur les réseaux sociaux vrais nids pour menteurs qui eux aussi draguent à coups d'inventions de leur crû

Écrit par : lovejoie | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

En France, et dans toute l'Europe il y a avait ... la bonne éducation. La séduction avait ses codes. Du passé, on a fait table rase, et aujourd'hui chacun s'en sort comme il peut. Des salopards tabassent des filles qui ne leur répondent pas, seront-ils punis comme ils le méritent ? Et ceux qui ne leur ont pas appris comment se comporter seront-ils jamais mis en accusation ?

Écrit par : Patricia Bechlitch | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

Liberté d'importuner, disent certaines. Jusqu'où va cette "liberté"?
10 coups de téléphone par jour?
Embrasser dans le cou une inconnue?
Mettre la main aux fesses?
Agripper le sein?
Frotter son sexe sur la jambe d'une femme dans un transport public?
Demander une fellation à son employée?

Ou juste du babil ou des compliments non renouvelés?

Écrit par : Daniel | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

@ Daniel,


Votre énumération ne présente pas autre chose qu'un manque de savoir-vivre par le fait de problèmes intimes (pas forcément que d'éducation) certains.

Les coups de téléphone sont du harcèlement, certes, mais en cherchant ce qu'ils indiquent on en revient aux problèmes intimes certains.

Reste un risque de confusion.
Un orchestre, par exemple, la beauté de la musique, l'ensemble, le jouer ensemble l'émotion... regards, etc., et lui, ou elle, peut avoir le sentiment d'un appel de la part de l'autre

ce qui, du point de vue d'une femme, singulièrement, peut avoir été ressenti sans pour autant entre ces deux musiciens en passer directement au charnel brut:

"Pas comme ça, pas maintenant... se rencontrer, mieux se connaître, etc.

Écrit par : MB | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

Importuner n'est pas charmer... enchanter, non plus

séduire, à bien y réfléchir, est tout-à-fait

vulgaire


contrairement à l'Eau d'une fontaine

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.