14/01/2018

Des porcs au voile, la femme en lutte

Capture d’écran 2018-01-14 à 22.22.34.png

Mais où veut-on en venir avec autant de tribunes et de contre-tribunes et de j’assume et de je ne sais encore quelle autre prise de position sur ce qui serait attendu de relations entre hommes et femmes?

C’est à se demander si les femmes de nos pays n’ont, pour principal souci, que de pouvoir, un jour, se promener en min jupe le soir, la nuit partout dans les rues sans être importunée?

Mais retombons sur Terre!

Et cessons d’entraîner des débats sans fin sur tout ce qui vient à l’esprit, en vrac et sans plus aucune nuance!

Evoquer Polanski, DSK et tant d’autres dans un seul article avec, à l’appui, la philosophe de référence déjà citée ici?

Pendant que tout ce beau monde disserte à n’en plus finir, on cherche le soutien qu’il apporterait à autant d’autres femmes qui, elles, se battent contre une soumission imposée.

Il en a été question, ici, tout autant que de la lutte que mène cette femme qui revendique son voile... au nom du féminisme.

Autant de combats contradictoires au nom de la femme la servent-ils?

  

22:48 Publié dans Air du temps, Etre, France, Humanité, Islam, Politique, Pouvoirs, Pratiques, société | Tags : #metoo, slimani, deneuve, eltahawy | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Il servent les egos de celles qui les mènent, malheureusement en partie au détriment de celles qui ne peuvent souffrir qu'en silence.

Écrit par : Mère-Grand | 15/01/2018

dans le cochon tout est bon, du Jambon de porc au Gabon de Port Gentil, au delà des maux des prises de " positions", une constante , des rapports de pouvoir, complexes , au bureau,dans le dernier métro avec Catherine Deneuve, dans les cabinets des thérapeutes " libres" comme l'autre homme, un théâtre, des décors , et évidemment des acteurs , d'une tragique anecdote au drôle de drame, aucune victime ne sort indemne de ces chorégraphies: danses macabres, blessures forcément secrètes dont il faut guérir ne rien" dévoiler " pour survivre

Écrit par : briand | 15/01/2018

là ou le porc est prohibé:


Douze chefs d’inculpation ont été requis contre Ahed Tamimi, une Palestinienne de 16 ans, qui a frappé des soldats israéliens en Cisjordanie occupée.

Écrit par : briand | 15/01/2018

@Briand,

Et c'est normal ! Ici aussi ils envoient les mineurs en 1ere ligne pour contourner les lois humanistes européennes. Lois que je soutiens par ailleurs, mais que des pourritures obscurantistes et totalitaires s'affairent a vider de leur substance.

Écrit par : K. Bereit | 15/01/2018

"mais que des pourritures obscurantistes et totalitaires s'affairent a vider de leur substance."
Exactment, vous avez entièrement raison. Quand on sait ce que ces "pourritures obscurantistes et totalitaires" ont fait au cousin de 15 de Ahed...
https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.833157
Autre propos de ces "pourritures obscurantistes et totalitaires":
"'We Look at Them Like Donkeys': What Israel's First Ruling Party Thought About Palestinian Citizens"
Du porc aux ânes pour rester dans la métaphore animale.
read more: https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.834355

Écrit par : Daniel | 16/01/2018

@Daniel qui met les opprimés et les oppresseurs dans le même panier. Erreur stratégique monumentale!

Nelson Mandela avait dit:"C'est toujours l'oppresseur, non l'opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l'oppresseur utilise la violence, l'opprimé n'aura pas d'autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n'était qu'une forme de légitime défense"

Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté (1996).

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 16/01/2018

Les pauvres hétéros purs et durs vont tous finir gays!

Écrit par : dominique degoumois | 16/01/2018

Les commentaires sont fermés.