07/02/2018

Abuser des termes de la langue pour infléchir sinon égarer la pensée

Capture d’écran 2018-02-07 à 12.06.08.png

Vous avez sans doute souvent entendu parler de réchauffement climatique. Or, à consulter divers sites qui en traitent, on constate une allègre confusion entre réchauffement et changement climatiques.

Si le réchauffement en tant que tel est un changement, tout changement, par contre, ne se résume pas à un réchauffement

Cette nuance est loin d’être anodine.

Ce n’est tout de même pas tout à fait pareil d’évoquer un réchauffement ou un changement! A mélanger ainsi les termes, c’est la confusion qu’on induit dans les esprits.

Et cette indifférenciation sémantique renvoie à d’autres dérives du genre dans l’usage de la langue.

Aussi bien, a-t-on déjà relevé ici que le racisme ne vise aucun rejet d’aucune religion tandis que l’on voudrait voir un raciste en toute personne qui n’adhérerait pas, en l’occurrence, aux valeurs de l’islam.

Racisme et réchauffement renvoient à des réalités autres que celles qui constituent une religion dans le premier cas, un changement dans le second.

A tordre l’usage d’une langue, c’est la pensée qu’on égare.

 

Commentaires

Merci pour cette salutaire mise en garde dans notre temps de confusion dans tous les domaines.

Écrit par : Michel Mottet | 07/02/2018

Religionisme?

Écrit par : weibel | 07/02/2018

Si le climat se réchauffe, il change bien...

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/02/2018

Rémi,

A de demander si vous avez vraiment saisi le sens du sujet!?

Si «  se réchauffer » équivaut bien à « changer » d’état, l’inverse est faux. «  Changer » d’état n’équivaut pas à « se réchauffer ».

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2018

Par ailleurs l'Islam est lié à la tradition arabe, c'est l'évidence même. C'est la façon dont les Arabes ont culturellement évolué. Si on s'en prend à l'orthodoxie russe, on s'en prend bien à la culture russe, c'est à dire à la forme psychique du peuple russe.

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/02/2018

Rémi,

Voici qui a sans doute dû vous échapper et qui vous aidera à affiner les conclusions hâtives de votre raisonnement:

http://www.lallab.org/6-faits-sur-lislam-en-asie-du-sud-est-qui-bousculent-les-prejuges/

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2018

Changer n'équivaut pas à se réchauffer, mais personne ne pense à un éventuel refroidissement.

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/02/2018

Rémi,

Entre réchauffement et refroidissement, il y a une toute une variété de changements...Raison de mon propos

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2018

Bien sûr que l'Islam s'est répandu au-delà de la sphère arabe. Mais la langue sacrée de l'Islam reste l'arabe. Ce n'est pas parce que des Camerounais écrivent en français que haïr la langue française ne revient pas à rejeter le peuple qui a créé le français.

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/02/2018

Rémi,

Le français tel qu’on le parle n’a pas été « créé » par un « peuple ». Comme toute langue, il résulte de mélanges, d’assimilations d’idiomes divers et de modifications progressives.

Pour le reste, vos raisonnements sont tels que je vous laisse aux singulières conclusions auxquelles il vous amènent tant il y aurait à dire qui nous éloignerait bien trop du sujet que j’ai proposé.

Cela dit et encore une fois, l’islam n’est pas une race, l’islam est une religion.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2018

Le religionisme, et aussi le languisme?

Écrit par : weibel | 07/02/2018

Excellent article On est nombreux à avoir remarqué le bonheur avec lequel la météo cherchait à tordre le coup aux nombreuses divagations de certains scientifiques
Le climat se réchauffe mais en appartement pour compenser les baisses de températures extérieures survenant é chaque fois qu'il est question du réchauffement climatique dans les médias
Bonne soirée Madame Richard Favre

Écrit par : lovejoie | 07/02/2018

Lovejoie,

Merci à vous et désolée du retard avec lequel est publié votre commentaire, victime d’un bug informatique... et non climatique :-)

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/02/2018

On comprenait, il n'y a pas si longtemps, par l'annonce d'un Etat résolu à faire des économies qu'il promettait de gérer mieux ses dépenses, ses "achats" pas indispensables non... de réduire ses prestations sociales aux moins bien lotis.

Telles les voix mythologiques des sirènes les pouvoirs guidés par sémanticiens et psychologues douteux ne cessent de jouer sur les mots ou les arguments pour égarer leurs désormais "sujets" (sic) par retour à un passé annoncé par certaine presse carrément féodal.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/02/2018

Mme H.R.-F., votre article est fin et bien construit, comme d habitude, dirais-je.

J ajoute si vous me le permettez qu il n'y a pas si longtemps, c'étaient les mauvaises actions qui demandaient à être justifiées, aujourd'hui ce sont les bonnes. Donc, dire aujourd hui que nous sommes anti-racistes, anti-fa, contre les anti-islam serait à justifier voire même que bientôt nous serions étiquetés comme de sales diffuseurs de fake news.

Savez vous qui a dit ceci : » Mon père est décédé quand j avais 10 ans. Je me rappelle qu il disait «Quand on commence à céder sur le sens des mots, on cédera sur tout après ». (A.Camus)

De même, Jean Jaurès qui a dit : »Quand l Homme ne veut plus ou ne peut plus changer les choses et changer le monde, il change le sens des mots »

Quand des gens se félicitent mutuellement d être anti-islam, j aimerais bien qu ils nous disent comment feraient ils pour éliminer 1.6 milliards de Musulmans sur la planète-terre(statistiques 2010) et ils seront 2.8 milliards en 2050 soit le 1/3 de la population de la planète-terre? Par quelle recette-miracle, ces Anti-Islam arriverait à les "liquider", nom de nom?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 07/02/2018

Puis-je vous faire respectueusement remarquer que "ne pas adhérer" à une religion ou à une idéologie n'est pas "sémantiquement" équivalent à la combattre.

Si vous remarquez à juste titre que tout changement n'implique pas forcément un réchauffement, il se trouve que le changement climatique actuel se traduit notamment et principalement par un réchauffement. J'ose penser que vous n'avez pas introduit la différence "sémantique" entre changement et réchauffement pour nier ce dernier.

Écrit par : Daniel | 07/02/2018

Daniel,

Avez-vous vu, en ouvrant le premier lien que j’ai indiqué, à quel point « changement », « réchauffement » et aussi « dérèglement » climatiques sont indifféremment utilisés pour parler du climat?

Mon sujet vise ces mélanges sémantiques tout comme celui que j’ai aussi évoqué et qui consiste à faire d’une religion une race.

Et je le répète, utiliser un terme pour un autre tandis qu’ils ne sont en rien synonymes, ne sait que créer la confusion et égarer.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2018

Bien vu Hélène ! C'est extrêmement bien senti. J'ai pour ma part toujours parlé de dérèglement climatique plutôt que de changement climatique. En effet, si réchauffement en tant que tel il y a, comment expliquer l'actuelle vague de froid qui sévit actuellement en France avec neige, verglas et températures glaciales ? Franchement je ne vois pas. Donc oui, il y a bien un dérèglement climatique plus qu'un réchauffement climatique (même s'il y en a un en parallèle).

Écrit par : Thomas | 08/02/2018

Les commentaires sont fermés.