08/02/2018

Net refroidissement climatique entre femmes et hommes, Nicolas Hulot dans la tourmente...

 

Capture d’écran 2018-02-08 à 13.08.52.png

Décidément, si le climat se dérègle, des comptes sont en train de se régler. Voici que sur la liste qui vise ces hommes qui auraient été des porcs devrait s’ajouter le nom de Nicolas Hulot.

Le climat change bel et bien. Mais ne se réchauffe décidément pas entre femmes et hommes.

Le ministre de la Transition écologique dans le collimateur de balances, rien ne semble plus retenir aucune parole d’être accueillie pour se libérer...

A la justice de faire son travail tandis que les médias s’activent dans un sens et dans l’autre. 

Mais quel climat social! Quelles conditions imposées à toutes et tous par cette parole de femmes qui se recueille et se libère!

Autant de cas de viols et d’abus sexuels sont-ils à porter en justice, autant de supposés actes commis déferlent dans nos médias.

Quand nous parlera-t-on à nouveau d’amours réussies? D’amours épanouies et heureuses?

Seraient-elles donc en voie de disparition comme autant d’espèces que compte la nature au chevet de laquelle se penchent spécialistes et autres figures emblématiques telle celle de Nicolas Hulot?

 

Commentaires

Ne généralisons pas ! Des hommes ont abusé, abusent et abuseront de leur pouvoir social, financier, sexuel. Le Pouvoir porte aux abus en tout genre, et aux contre-pouvoirs. La "libération de la parole" - la formule tourne au fétiche - charrie des excès, des insultes, des approximations. La Grande Catherine "harcelait" les soldats de sa garde, Messaline consomma des légionnaires pas nécessairement tous enthousiastes...Sans parler de celle qui accusa indûment Julian Assange de viol, dans un contexte psychique et politique trouble et troublant. La justice suédoise lève l'accusation mais le quidam reste enfermé depuis 2012 dans l'Ambassade d'Equateur car les autorités britanniques ne valident pas son passeport diplomatique, par complaisance envers l'Oncle Sam.

Le puritanisme est absurde quand il enlève la cigarette des lèvres de Malraux ou de Lucky Luke, quand il censure "L'origine du monde" de Courbet ou quand il réécrit la fin de Carmen pour éviter d'encourager le "féminicide". Espérons que le balancier finisse par trouver l'équilibre entre des excès patents.

Écrit par : Gabriel Galice | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Gabriel,

Il n’est pas question, ici, de « généraliser » !

Il s’agit de constater.

Difficile, en effet et désormais, d’échapper aux hommes qui, chaque jour ou peu s’en faut, tombent pour « harcèlement sexuel » ou autre méfait commis il y a tel ou tel nombre d’années!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Bientôt, se retirant dans un hideux royaume,
La Femme aura Gomorrhe et l'Homme aura Sodome,
Et, se jetant, de loin, un regard irrité,
Les deux sexes mourront chacun de son côté.

Alfred de Vigny (1839).

Écrit par : Pavel Katchalov | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Le mot "bourses" n'est pas innocemment polysémique. L'arme du mâle est la force physique, la femme en a d'autres, dont la ruse. A 67 ans échus, je commence (ou je finis) par être (un peu) moins crédule qu'à vingt ans. D'autant que j'eus, l'un dans l'autre, comme le dit plaisamment la langue française, d'excellentes rencontres féminines, qui m'ont grandi. Et merci de rappeler Vigny.

Le débat entre féministes et néo-féministes vaut celui entre libéraux et néo-libéraux. Une part de vrai (mais une part seulement) dans l'authenticité du rapport tarifé. Marx considère le mariage comme une prostitution officialisée. Lacan tient que "le rapport sexuel n'existe pas" (entendre, chacun vit son trip, qui n'est aucunement commun.

Ma remarque centrale portait sur le pouvoir, gendré ou non.

Écrit par : Gabriel Galice | 08/02/2018

Excellent Vigny!

Écrit par : Mère-Grand | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Gislebert me reprenait récemment sur une chanson de Brassens, avec raison. Selon lui, 95% des femmes s'emm..dent en baisant. Ce qui les intéressent, dans le commerce sexuel, c'est ce que cela va leur rapporter, financièrement ou matériellement. Les hommes ne voient pas vraiment cela, ou du moins en étaient peu conscients. Et cela, ça risque de changer beaucoup. En fait, la seule relation honnête entre hommes et femmes, sexuellement parlant, c'est la prostitution. Le reste, c'est de l'escroquerie.

Écrit par : Géo | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

"A la justice de faire son travail tandis que les médias s’activent dans un sens et dans l’autre."

Il semble que la justice a fait le sien il y a longtemps dans cette affaire, et les médias s'activent toujours dans le sens le plus nauséabond, le plus à même de leur apporter de l'audience.
La quatrième pouvoir est dépassé par les réseaux sociaux et tente de rattraper le coup.

Comme le disait Hulot à la radio, la justice a fait son boulot, restera la rumeur, l'arme des lâches.

Pas certain que cela soit efficace à terme pour que les femmes puissent défendre cette cause qui est primordiale.

Écrit par : Dionysos | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tant que le salaire d une Femme n est pas le même qu un Homme, ces histoires de harcèlement, de violence sexuelle et de viol ne diminueraient pas!

Autant le Sexisme que le Racisme n est q un moyen de payer moins les derniers concernés...C est autant simple que ça...

Je n ai jamais entendu parler que la couleur d un utérus d une femme blanche, noire, jaune,,,,etc...est différente des autres...Seule l exploitation et le fric comptent...

Bien à Vous
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Mais où cela s'arrêtera-t-il ? Combien de temps les médias continueront-ils à relayer ces dénonciations anonymes, aussi lâches qu'écoeurantes, et qui détruisent tout sur leur passage ? Ce nouveau "féminisme" (j'aimerais mettre des pincettes plutôt que des guillemets) me fait honte pour les femmes.

Écrit par : Mathilde Lavenex | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Les dénonciations anonymes, aussi lâches qu'écoeurantes ne sont pas le seul fait des médias,
Certains commentateurs/trices dissimulés par leurs pseudos portant ainsi sorte de "burka" pratique sévissant sur les blogs ne font pas mal non plus.

Pour le reste il semble bien qu'il y ait comme une fracture entre pas mal de femmes et d'hommes: est-à-force d'avoir fait tout et n'importe quoi en ce domaine (sans jugement moral) tout en mettant de côté l'émotion voire le respect l'amour psychophysique et affectif étant compris également comme soin à la personne?

Pour le yoga, par exemple, le centre nerveux et de conscience concerné par la sexualité est également celui de l'élément eau ainsi que de l'émotion en rapport avec notre cerveau limbique... A l'école, autrefois, en commençant un cours de gymnastique rythmique en musique les élèves, toutes des filles en cette école, mais on peut imaginer des garçons également, défilaient deux par deux du fond de la salle de gym jusqu'à tout devant puis en cet endroit se séparaient les filles de gauche remontant la salle à gauche et les filles de droite à droite après quoi tout au fond toutes se retrouvaient et redéfilaient par couples.

Peut-être faudrait-il observer un temps de trêve avant de repartir en reprenant sans doute un brin de romantisme dans les bagages?

Les accusations présentes de viols et harcèlement visant avant tout les hommes politiques ont un côté relativement peu convaincant parce que non apparemment tout innocent comme désintéressé.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ces new-femelles sont ridicules et ne se rendent même pas compte qu'elles se tirent une balle dans le pied à chaque coup bas.

Le plus désagréable est que le plus grand nombre des femmes, les vraies; celles qui assument ce qu'elles sont et ce qu'elles font, sont associées contre leur volonté à ces minables new-féministes qui envahissent l'espace médiatique avec leurs complices que sont les journaleux de bas-étage.

Voilà pourquoi nous ne voulons plus payer la redevance. C'est pas pour cela que doit servir l'argent collectif, pas à un petit clan minoritaire qui veut imposer sa morale, ses dérives, par un bourrage de crâne quotidien, à l'immense majorité.....encore saine d'esprit.

Écrit par : Corélande | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Votre commentaire, Corélande, mériterait de paraître dans la presse officielle.

Pour nous, féministes des années septante, quelle honte et confusion que les démarches présentes des "femelles" du new-féminisme.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.