27/02/2018

Y aurait-il une femme nue qui nous aurait échappé?

Capture d’écran 2018-02-27 à 15.22.17.png

 

Dans l’interview, sollicitée par Mireille Valette, de Sabine Tiguemounine, candidate qui se présente à l’élection parlementaire de Genève on lit, en réponse à une des questions qui lui sont posées, qu'on met une femme nue pour vendre un yaourt… 

Je n’ai, pour ma part, jamais rien vu de tel.

Par contre, on trouve toujours en rayon d’une grande surface de Genève, des yaourts Nestlé dont le couvercle du pot affiche des coupoles d’églises orthodoxes grecques privées de leur croix.

Au nom de quoi, au juste?

Le fait est qu’en lieu et place de femme nue dont la politicienne Sabine Tiguemounine prétend qu’il serait fait usage pour vendre des yaourts, c’est bien plutôt d’églises décapitées de leur croix auxquelles on a affaire.

Pour le reste, si le port d'un voile contribue à faire respecter la personne, soit. 

Nombre de femmes, toutefois, têtes non recouvertes de quelconque couvre-chef n’ont pas, pour autant, droit à moins de considération.

Le port du voile par cette écologiste déjà élue conseillère municipale est son choix.

Tout autant l’a-t-il été de son électorat et le sera-t-il peut-être encore, nonobstant le fait que comme mode d’expression et de respect du principe de laïcité, il y aurait de quoi s’interroger.

Mais comme cela ne semble apparemment pas avoir posé de problème majeur à Sabine Tiguemoumine, il ne reste qu’à lui rappeler, au moins cela, qu’à toute femme nue, Nestlé a préféré une église orthodoxe sans croix pour vendre son yaourt grec.

De même, nombre d’autres grandes marques ont su se passer de femme nue pour promouvoir leurs produits et, au contraire, les adapter à certaines préférences...

Commentaires

Si finement exposé, en tous respects de nos valeurs. Bravo, belle défense (on en est là).

Écrit par : divergente | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, il y a des femmes nues qui vous ont échappé.
https://vignette.wikia.nocookie.net/desencyclopedie/images/f/f2/Publiciteyaourt.jpg/revision/latest?cb=20081209080203
http://www.amaplescourgettes.eu/la-yaourtiere-le-supermarche-et-la-liberte.html
https://naembestandji.blogspot.ch/2017/01/la-nudite-pour-un-yaourt-ou-le-voile.html,
dont voici in extrait:
"L’exemple de la femme nue pour vendre du yaourt n’est pas une invention. Il fait référence à une pub Danone. Seulement voilà, il n’a pas pu la voir en avril 2011, ni le mois précédent ni même l’année précédente. Puisqu’elle date du début des années 90, soit près de 20 ans auparavant. Cette pub n’a plus été diffusée ni imitée depuis. Et pour cause, les féministes s’étaient énormément mobilisées à l’époque et sont, depuis, toujours très vigilantes à ce type de marketing sexiste mettant en scène une femme nue pour vendre un produit. C’est grâce à cela que la société a évolué et que nous ne voyons plus ce genre de publicité. Même s’il reste encore beaucoup à faire sur le sexisme en publicité bien sûr.
Mais peu importe pour lui qu’en 2011 cette pub n’existe plus depuis plus de 15 ans. Cette référence n’est pas choisie au hasard. Elle est très prisée par les islamistes depuis longtemps déjà, qui l’usent jusqu’à la corde. Elle fait partie d’éléments de langage construits par les intégristes musulmans afin de désarmer toute opposition laïque et surtout féministe."

Écrit par : Mario Jelmini | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

J'adore les yoghourt à la grecque, mais je boycotte nestlé bien évidemment (qui sont plus chers, faut payer la publicité, c'est-à-dire que c'est le consommateur qui paie bien entendu - possible tant qu'on prend les gens pour des .... et qu'ils se comportent comme tels). Je viens de courir au réfrigérateur pour vérifier le dessin figurant sur le carton de l'autre marque: idem, pas de croix.
Conclusion pas de "femme nue", mais des églises nues. J'ai vérifié:
https://duckduckgo.com/?q=%C3%A9glise+grecque+orthodoxe&t=ffsb&iax=images&ia=images
Souvent modestes, les croix sont bien présentes. Pas d'ostentation plus que nécessaire.

Écrit par : Daniel | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

La gauche de la gauche et j'y inclus les Verts, ont toujours été actif pour la laïcité et parfois même, ont montré une hostilité contre les églises.

Les Verts ont certainement voulu s'affirmer pour une mixité sociale en utilisant un symbole.
Ce qui pousse à la question sur l'envie de porter le voile. Si elle est une adepte de Ramadan, on peut se poser la question sur le copinage entre Vert et le fascisme. Si c'est juste une affaire personnelle, c'est son droit. Si, elle le fait en tant que revendication, elle a tout faux.


La comparaison sur le "traitement" des femmes indique qu'elle n'est vraiment pas du tout à l'aise pour défendre le voile.

Quant aux Verts, ils se sont juste tiré une balle dans le pied si ils ont voulu en faire un symbole.
La majorité de la population perçoit le voile comme une agression. Les réactions seront une hostilité encore plus grande contre certaines immigrations. Et comme le peuple suisse a une grande influence sur l'Etat, les barrières qu'une gauche de la gauche souhaitent enlevées seront au contraire augmentées.

Bref, il est temps que les Verts s'expriment sur la laïcité.
En attendant, il n'y a donc pas de raison qu'un orateur politique ne puisse pas brandir la Bible.

Écrit par : motus | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

Toute la gauche, femmes comprissent, se tait sur les violes et les agressions sexuelles des migrants partout en Europe!

Écrit par : dominique degoumois | 27/02/2018

Pour paraphraser quelque peu un de mes amis, qui a passé une grande partie de sa vie à travailler sur des projets d'agriculture moderne en Amérique du Sud, la plupart de nos Verts sont aussi compétents en écologie que Nicholas Hulot, c'est-à-dire pas du tout.

Écrit par : Mère-Grand | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je trouve que la décapitation des Croix des Eglises grecques orthodoxes ou catholiques hellènes est pire que la publicité via le dessin d une femme nue.

Néanmoins, la décapitation de ces églises n est rien à côté de la "décapitation" du peuple grecque au nom de "sauver son Economie"! Pour la "sauver", savez vous qu en 2012, Goldman Sachs a prêté à la Grèce 600 milliards d euros avec un taux d intérêt à 10% (=somme à rembourser est doublée en 10 ans!). Alors que c est la Banque Centrale Européenne (BCE) qui avait avancé ce Fric à Goldman Sachs avec cette fois-ci un taux d intérêt à 1 ou 2% car ladite BCE n a pas le droit de prêter directement à un pays membre de l UE comme la Grèce, nous dit-on!! A vos calculettes...

Bien à Vous.
Charles 05
------------------------
Goldman Sachs, grand gagnant de la crise de la dette grecque
https://www.20minutes.fr/.../895103-20120309-goldman-sachs-grand-gagnant-crise-d...

9 mars 2012 - Au cœur de l'engrenage: un accord de «swap» conclu avec la banque d'affaires Goldman Sachs en juin 2001. En pratique, l'opération consistait à échanger la dette contractée par la Grèce en dollars et en yens, contre un prêt en euros auprès de Goldman Sachs. Un échange réalisé en utilisant un taux de ...
Goldman Sachs a camouflé la dette de la Grèce, puis parié sur sa ...
www.wikistrike.com/article-goldman-sachs-a-camoufle-la-dette-de-la-grece-puis-parie...

Si l'on en croit le New York Times et l'hebdomadaire allemand Spiegel, ce sont les banques de Wall Street, comme Goldman Sachs, qui ont permis à la Grèce de ... Un peu comme on propose un second emprunt à quelqu'un qui ne peut plus renflouer sa carte de crédit. La Grèce a refusé. Depuis 2004, ces opérations ne ...

Écrit par : Charles 05 | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

Les croix enlevées, c'est de la communication Nestlé pour vendre largement. S'ils avaient laissé les croix alors les consommateurs avec d'autres croyances n'utiliseraient peut être plus ce produit.

La marque Nestlé s'engage dans un programme pour lutter contre les stéréotypes dans la publicité.
https://www.francetvinfo.fr/economie/des-marques-s-engagent-contre-les-cliches-dans-les-publicite_2564109.html

Écrit par : Steve Roeck | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

Steve Roeck,

Que la « marque Nestlé s’engage dans un programme pour lutter contre les stéréotypes dans la publicité » , est une chose, qu’elle supprime des croix aux églises orthodoxes grecques pour ne pas froisser des sensibilités, une autre. Je pense que vous l’aurez vous-même réalisé puisque vous nous expliquez ce qu’on avait sans doute compris...

Parce que, si jamais, pour les images illustrant la Grèce, toutes sortes d’autres possibilités peuvent très bien être envisagées plutôt que des églises privées de leurs croix...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

@Mme H.R.-F.,
Chapeau bas pour votre analyse :"(...)Parce que, si jamais, pour les images illustrant la Grèce, toutes sortes d’autres possibilités peuvent très bien être envisagées plutôt que des églises privées de leurs croix..."

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

"pour les images illustrant la Grèce, toutes sortes d’autres possibilités peuvent très bien être envisagées plutôt que des églises privées de leurs croix..."
Ben oui, par exemple un drapeau grec:
https://proxy.duckduckgo.com/iu/?u=http%3A%2F%2Fwww.duanrevig.com%2FCrete%2FPlakias%2520Hora%2520Skafion%2FDrapeau%2520grecque.JPG&f=1
Ah zut, ça va pas non plus...
Et pour la Suisse?
https://www.art-et-couteaux.com/boutique/images_produits/artetcouteauxvictorinoxswissxavt.jpg
Ah zut, ça va toujours pas. Tsss, les Suisses... ici aucun respect pour les musulmans...
Il ne reste plus qu'à adopter ce drapeau-ci:
https://media.24matins.fr/2015/01/etat-islamique-daesh-isis2.jpg

Bon, je sors.

Écrit par : Daniel | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Fin de votre 5e paragraphe: on n'écrit pas "on a à faire" mais "on a affaire". Et dire que vous vous présentez comme "écrivain"...

Écrit par : Mario Jelmini | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci de m’avoir signalé cette coquille, Mario Jelmini.

Et oui, quelle arrogance de ma part!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/03/2018

A propos d'écrivains Jean Cocteau attachait plus d'importance à la pensée qu'au style et à propos d'arrogance, Madame Richard-Favre, s'il fallait en l'occurrence dénoncer quelqu'un ce ce n'est pas votre nom qui sortirait!

Bonne soirée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Myriam Belakovsky,

Ce qui différencie les intervenants de ce blog est leur manière de me signaler une coquille. On m’écrit, on commente, tel Mario Jelmini...

Pour le reste, en voici qui n’ont sans doute pas eu l’oeil aussi exercé que celui de notre zélé critique:-)

https://www.institutfrancais.ru/fr/saint-petersbourg-nord-ouest-russie/helene-richard-favre

https://drupal.lecourrier.ch/perles_minimalistes

Bonne soirée à vous, Madame!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Et modeste avec ça...

Écrit par : Mario Jelmini | 01/03/2018

Je ne vous ai pas signalé une coquille mais j'ai relevé une faute de français.
Pour votre gouverne on appelle coquille, en typographie, une "faute résultant de la substitution d'une lettre à une autre" («http://www.cnrtl.fr/definition/coquille/substantif»). Or, écrire "on a à faire" au lieu de "on a affaire" n'a rien à voir avec une coquille: c'est une faute de français, un point c'est tout. Renseignez-vous avant d'écrire, Madame l'écrivain.

Écrit par : Mario Jelmini | 01/03/2018

Depuis quand les commentateurs attendus courtois sont-ils invités à dénoncer coquilles ou fautes d'orthographe des auteurs, ou des autres commentateurs, sur leurs blogs?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Désespérant...

Écrit par : Pierre Jenni | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini ne comprend pas que la formulation est secondaire et que c’est l’information qui est importante. Lorsqu’un écrivain publie ses écrits, ceux-ci contiennent presque toujours des fautes, et les correcteurs sont là pour ça. Nobody is perfect .

Écrit par : Richard Kohler | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Richard-Favre,
Puisque nous en sommes à discuter de la langue française, puis-je vous suggérer respectueusement de remplancer l'adjectif "conséquent" (que vous avez utilisé par deux fois récemment) par ce trésor de la langue française: "important" qui dit mieux et plus clairement ce qu'il veut dire.
Je sais que je ne suis pas le seul à ne pas digérer ce "parisianisme".
http://www.academie-francaise.fr/consequent

Autre point: môssieu Jelmini prétend qu'une femme nue est utilisée pour la publicité de pots de yoghourt. Pourrais-je faire remarquer que la nudité est suggérée, mais nullement montrée? Pas de seins, pas de fesses, pas de sexe.

Écrit par : Daniel | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je vous demande bien pardon, sieur Daniel: la femme en photo sur l'emballage est complètement nue - elle ne porte aucun habit. La nudité n'est donc pas suggérée, elle est bel et bien montrée! À l'exception du pubis, subtilement voilé par un gobelet de yoghourt. Ce qui donne à penser que la consommation du yoghourt en question est aussi jouissive que peut l'être une activité sexuelle.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/03/2018

Daniel,

Merci de votre remarque.

Si vous avez relevé «  par deux fois récemment » -je vous cite- l’usage que j’ai fait de « conséquent », est-ce parce qu’il vous gênait ou qu’il vous est apparu inconvenant?

Merci, le cas échéant, de me signaler où ce fut le cas.

Cela dit, croyez bien que vu la sensibilité des sujets traités ici, je n’utilise pas les mots au hasard donc merci de votre remarque et de vos arguments pour la défendre et la justifier, tel ce lien que vous avez indiqué en référence à votre commentaire.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

"Depuis quand les commentateurs attendus courtois sont-ils invités à dénoncer coquilles ou fautes d'orthographe des auteurs"
Je plaide coupable. Je pense qu'on peut le faire de manière courtoise, non pas pour humilier en quoi que ce soit l'auteur, mais par amour de la langue et dans l'intention de "rendre service". Je ne le fais jamais si j'ai l'impression qu'il pourrait s'agir d'une simple faute d'inattention. Je ne le fais pas non plus si le texte montre que son auteur maîtrise mal la langue, quel qu'en soit la raison.
"puis-je vous suggérer respectueusement de remplancer l'adjectif "conséquent""
J'ai fait la même remarque sur ce blog même il y a quelques mois et je regrette cet emploi chaque fois que j'en suis témoin, soit dans le langage oral, soit dans l'écrit. Il s'agit sans aucun doute d'un appauvrissement de la langue pour ceux qui ont recours au sens premier de ce mot, utile pour tout développement logique, usage plutôt rare dans la langue courante.
Je remarque que, pour une fois, il ne s'agit pas d'un emprunt à l'anglais, comme c'est le cas de plus en plus souvent, un des derniers exemples étant l'emploi de "définitivement" pour "sans aucun doute", ce que signifie "definitely" dans cette langue.
Tout en continuant, aussi à regretter l'usage de "conséquent" par l'auteur de ce blog, je note qu'elle est linguiste de formation. Or pour un linguiste, est juste ce qui se dit à une certaine époque, dans un milieu et un contexte donnés. C'est l'académicien, le grammairien et l'enseignant qui prescrit cet qui est le "bon usage".
Si l'on jette une regard sociologique et même philosophique sur ce phénomène de l'évolution des langues, qui n'est qu'un aspect de l'évolution des savoirs en général et implique nécessairement la disparition (ou raréfaction) des savoirs anciens, on voit bien qu'en rendant caduque une partie de ce qui fait l'identité des générations précédentes, il lesl prive en même temps d'un partie de leur pouvoir.
Certains sont plus capables que d'autres, pour toutes sortes de raisons, de ramer à contre-courant pour renouveler leurs savoirs. D'autres savent simplement jouir de ce qui reste de la richesse de leurs savoirs anciens, les plus chanceux trouvent encore un public, familial ou autre, restreint ou plus large, avec qui partager leurs trésors.

Écrit par : Mère-Grand | 01/03/2018

Répondre à ce commentaire

Très beau commentaire, Mère-Grand, merci.

Cela dit, une petite coquille s’est glissée dans le dernier paragraphe: « il lesl prive en même temps » pour « il les prive en même temps ».

A prendre, vu le contexte, comme un sympathique clin d’oeil!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je constate que Mme Richard-Favre n'a toujours pas compris ce qu'était une coquille et continue à utiliser ce mot à tort et à travers.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/03/2018

"Merci, le cas échéant, de me signaler où ce fut le cas."
Avec plaisir:
"Car les effets produits par de telles mises en avant médiatiques sont loin d’être anecdotiques tant les dégâts causés à la personne, à ses proches et, en l’occurrence, aux ONG sont conséquents."
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/02/22/apres-les-porcs-les-demons.html
et
"Il faut lire le ton sur lequel l’article est présenté et intitulé. Entre condescendance et mépris, l’émotion qui s’est emparée du journaliste a dû être conséquente pour que l’événement qui s’est tenu le 2 février, soit évoqué à plusieurs reprises en date du 2 janvier."
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/02/04/entre-coquille-insistante-condescendance-et-mepris-on-se-demande-ou-est-l-i.html

"Si vous avez relevé « par deux fois récemment » -je vous cite- l’usage que j’ai fait de « conséquent », est-ce parce qu’il vous gênait ou qu’il vous est apparu inconvenant?"
Je suis sur la même position que Mère-Grand. Le terme me paraît tout simplement impropre et illogique. J'y vois comme indiqué plus haut un parisianisme. Je pense que certaines innovations dans la langue ne sont pas un effet de mode, mais un effet de soumission à une certaine élite: l'innovation sert à montrer qu'on appartient à cette élite et à se distinguer du "troupeau". On observe le même comportement chez certains singes: il faut que l'innovation passe par un mâle ou une femelle alpha pour que le nouveau comportement soit accepté.
Enfin rien ne vaut la consultation des antonymes. Si "conséquent" voulair dire important, alors les antonymes de "conséquent" voudraient dire "non important". Voyons:
http://www.antonyme.org/antonyme/cons%C3%A9quent
Exemple: une somme d'argent "conséquente" devient: une somme d'argent absurde.
Absurde, n'est-ce pas?

Écrit par : Daniel | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

« on n'écrit pas "on a à faire" mais "on a affaire". Et dire que vous vous présentez comme "écrivain"...»

Pas d'accord avec Mario Jelmini...

Si les deux homophones "avoir affaire" et "avoir à faire" proposent deux sens distincts: "être confronté à" et "quelque chose à réaliser". Il y a aussi une l'expression "faire avec" qui a pour sens: "composer avec la situation, se débrouiller malgré tout...

Donc, le "on a à faire" peut parfaitement être employé dans une expression du genre: "on a à faire (avec) une bande de cons..."

Écrit par : petard | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

@Hélène Richard-Favre
;-)

Écrit par : Mère-Grand | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mère-Grand,


Tout en partageant votre point de vue... si vous relisez les lignes de Mario Jelmini en portant votre attention non pas tant sur ce qu'il a écrit mais sur l'intention qui l'animait (par exemple, "Madame l'écrivain")

de même que d'autres critiquant récemment quelqu'un comme Jean-Noël Cuénod n'ont pas eu la simple franchise de s'adresser directement à lui, sur son blog, mais... en en choisissant un autre

or, nous avons eu la possibilité de constater à quoi, de cette manière, on arrive: dégrader, salir, calomnier... diffamer à plusieurs au fond... pour s'amuser, se distraire ou passer le temps avec la bienveillante complicité de certains auteurs de blogs... sans que les personnes concernées puissent empêcher de telles publications ou diffusions.

En ce qui me concerne, sans chercher à venir maintenant ici ou là chercher à faire des crasses, écrit juste en passant.

Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

@ Myriam Belakovsky
Vous avez écrit: «(...) si vous relisez les lignes de Mario Jelmini en portant votre attention non pas tant sur ce qu'il a écrit mais sur l'intention qui l'animait (par exemple, "Madame l'écrivain")».
Je vous saurais gré de bien vouloir m'éclairer sur les intentions qui - selon-vous - m'animaient.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/03/2018

@Myriam Belakovsky
Nous sommes d'accord et je me sens toujours mal à l'aise d'intervenir pour signaler une erreur. C'est pourquoi j'essaie au moins de le faire dans les formes que j'ai mentionnées. Sans m'en vanter, en étant conscient, non seulement que la vie m'a donné plus d'occasion de m'instruire dans ce domaine, mais aussi que j'étais loin d'être parfait dans ce domaine ... non plus.

Écrit par : Mère-Grand | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

@ Petard mouillé.
La meilleure preuve que Mme Richard-Favre voulait bien dire “on a affaire“ et non pas non pas "on a à faire", c'est qu'elle a corrigé son erreur (voir fin du 5e paragraphe).

Écrit par : Mario Jelmini | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mère-Grand,

Merci pour vos nouvelles aimables lignes.

Comme vous l'écrivez tout est dans l'intention et une information pure est toujours bienvenue et en aucun cas vexante ou blessante.

Dans ma vie, il y a une chose étonnante dont je ne parle pas mais suite à cet événement je priai:

Si vous existez, pour de bon, accordez-moi un signe...

(je me posais à ce moment là une question sur la raison profonde pour laquelle nous agissons, est-elle forcément celle que nous pensons?

Alors, en réponse à ma prière la voix que j'entendais parfois (réalité, ou folie?)me demande de me lever, de m'habiller de sortir et de me laisser guider comme un objet téléguidé sans me poser de question. J'arrive finalement devant une librairie (de la rue de l'Ale, Lausanne, dans laquelle je n'étais jamais entrée. me dit d'entrer en continuant à me laisser guider puis, soudain, de m'arrêter, fermer les yeux tendre un bras et saisir le livre qui vient dans ma main, de ne rien regarder de payer, de sortir puis d'aller m'asseoir en face dans un petit bar à café.
Enfin d'ouvrir mon paquet, je sors le livre et lis PSYCHOLOGIE DE LA MOTIVATION PAUL DIEL PETITE BIBLIOTHEQUE PAYOT


ce livre répondait exactement à ma question.

Je crois qu' il faudrait être plus attentifs à nos motivations, tout en nous gaffant de ne pas faire de projections, ainsi qu'à celles de nos dirigeants.

Bien à vous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini,

Arthur Janov, créateur de la Thérapie Primale enseignait à ses étudiants à ne jamais parler à la place de leurs patients eux seuls étant en mesure de plonger à l'intérieur d'eux-mêmes à la recherche de leurs souvenirs, traumatismes ou blocages afin de ne pas prendre le risque, comme je viens de l'écrire plus haut, de faire des projections.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

@ Myriam Belakovsky
Si je vous comprends bien, vous me considérez comme un malade psychiatrique. Venant d'une experte en la matière, je considérerai cela comme un compliment.
Puis-je vous demander de préciser votre diagnostic, Docteur?

Écrit par : Mario Jelmini | 02/03/2018

Un débat dans le débat s’est installé ici, merci, malgré tout de revenir au sujet traité.

Cela dit, merci à toutes et tous de vos interventions, la suite, ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/03/02/debat-dans-le-debat-et-autres-considerations-existentielles.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

J'ai renoncé à recadrer le débat comme je le faisait au début. Parce que très peu semblent comprendre ma démarche.
Et puis c'est aussi une forme de richesse qui s'exprime dans la diversité des opinions qui dérivent au fil des commentaires.
Certes ça dérive souvent grave et devient limite diffamation et responsabilité de publication. Mais l'expérience m'a montré que plus la violence est forte au départ, plus vite elle s'estompe au fil du temps. Impossible de maintenir longtemps le lecteur en haleine dans l'outrance.
Et puis on finit par connaitre les intervenants. Pour qui je finis presque toujours à éprouver de la compassion ou de l'admiration.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/03/2018

"de même que d'autres critiquant récemment quelqu'un comme Jean-Noël Cuénod n'ont pas eu la simple franchise de s'adresser directement à lui, sur son blog, mais... en en choisissant un autre"
Mauvaise foi à l'état brut, J-N Cuénod ne publiant que ceux qui lui léchent les bottes...

Écrit par : Géo | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je confirme les propos de Géo.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

@Hélène Richard-Favre
"Un débat dans le débat s’est installé ici, merci, malgré tout de revenir au sujet traité."
Je m'en sens un peu responsable.
Il faut reconnaître, cependant, que l'exemple de la croix sur les yaourts à la grecque fait référence à un sujet tellement navrant que la plume nous tombe des mains à force de le dénoncer (pour le clavier, faudrait-il écrire qu'il se fige?).
N'avons-nous pas vu et entendu ces jours une habitante du Caire, dont l'aspect n'avait rien de diabolique, déclarer à propos d'une proposition du gouvernement de son pays d'emprisonner les athées, je cite de mémoire: "être chrétien ou juif, ça va encore, mais ceux qui ne croient pas en dieu mériteraient d'être expulsés du pays".
On peut évidemment se réjouir de constater qu'elle ne les vouait pas à la mort ou à la prison, en quoi elle se distinguait de grand nombre de musulmans des pays théocratiques, qui ne partagent pas cette faiblesse dans l'interprétation de leur texte sacré.
Face à ce genre d'attitude on peut comprendre que des marques à diffusion mondiale se soumettent en supprimant des symboles religieux de leur propre culture, ce que ne ferait aucun pays musulman, même pas pour gagner plus d'argent.
Malheureusement rien ne tient plus en Occident face aux lois du marché et une partie de sa population ne se rend pas compte qu'en vendant ainsi ses produits, nous nous vendons nos convictions et nos valeurs, c'est-à-dire nous-mêmes, nos âmes pour ceux qui sont croyants.

Écrit par : Mère-Grand | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini,


Tout d'abord je n'ai rien à voir avec cotre santé mentale.

En cours de vie nous apprenons à éviter de faire des "projections" c'est-à-dire d'attribuer aux autres ce qui est ou serait nos pensées, sentiments ou actions.

Le thème présenté par Madame Hélène Richard-Favre méritant de retenir toute notre attention... si vous permettez, Mario Jelmini, revenons-y.

Bonne soirée à vous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

"Je confirme les propos de Géo."
Et moi je les infirme. Si JNC a banni corto, je lui donne 100% raison. Il n'est du reste pas le seul à l'avoir banni. Mais chez PJ c'est table ouverte.
En outre MJ n'a - à plus d'une occasion - pas attendu que son commentaire soit publié, pour le balancer ailleurs. Impatience, impatience.

Écrit par : Daniel | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini,

Ce commentaire que vous adressez en réponse à Myriam Belakovsky, je l’ai bien reçu tous comme l’ensemble de ceux que j’ai publiés de vous.

S’agisssant des autres commentaires que vous auriez envoyés et dont vous persistez à écrire que je les censure tandis qu’ils ne me sont pas parvenus, libre à vous d’aller réclamer auprès des responsables de la plateforme et des éventuels bugs qu’elle générerait. Quoi qu’il en soit, je vous ai répondu à ce propos dans mon sujet de ce jour.

Ce commentaire, donc, en réponse à celui de Myriam Belakovsky qui s’est donné la peine de vous répondre de manière claire et courtoise ne sera pas publié pour la simple et bonne raison que vous vous obstinez à déformer ce qu’elle écrit.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, Madame Hélène Richard-Favre,

A propos des commentaires de Monsieur Jelmini je vous remercie de me donner la possibilité de préciser que je n'ai jamais suivi de traitement psychiatrique mais qu'en complément de ma formation d'éducatrice j'ai suivi à fond la formation des psychanalystes soit une psychanalyse didactique.
Mais je précise que je ne suis pas psychanalyste.

Frappée par le fait que de nombreux patients, on dit en fait, analysants, une fois leur cure de psychanalyse terminée se tournent vers le yoga j'ai été initiée à cette discipline que je pratique aujourd'hui, comme Jung, autrefois, occasionnellement.

Pour la voix, dont il était question à propos de la découverte du livre de Paul Diel, il ne faut pas confondre "les voix" signes de troubles, échecs du passé, etc. avec la voix venant de notre for intérieur.

Voix guide en provenance d'une instance en nous TOUS un peu plus éclairée.
Aucun psy ne le contestera.

Monsieur Jelmini a l'habitude d'insulter, moi-même, par les passé "mouche à merde", à deux reprises, d'autres horreurs... ou Patoucha, après lui avoir conté fleurette des mois durant, traitée de paranoïaque au point qu'elle avait écrit vouloir lui faire un procès

ce qui arrive quand certains auteurs de blog se marrant stupidement tentent ensuite de se justifier sans convaincre le moins du monde les personnes victimes concernées.

Vous faites bien, Madame Richard-Favre, si vous le jugez bon, de serrer la vis.

Encore merci.
Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/03/2018

Répondre à ce commentaire

Bien vu, Mère-Grand.

Écrit par : Richard Kohler | 03/03/2018

Répondre à ce commentaire

On apprend qu'en France, à l'école publique, les élèves n'en finissent plus de dire, à propos de leurs exigences, désirs ou mille volontés que c'est leur "droit"!

et que les enfants ne rendent désormais à l'école non plus pour apprendre mais pour consommer du savoir.

De même que les patients des médecins sont devenus leurs clients.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/03/2018

Répondre à ce commentaire

Mme H.R.-F., vous dites "Je suis blessée" et vous avez certainement raison mais ne donnons pas "gain de raison" à celui ou celle qui nous blesse, moi, simple comme je suis, je n aurais pas montré que je suis blessé, je passerais outre.

"Si autrui rit de vous, vous pouvez avoir pitié de lui et si autrui vous blesse, vous pouvez oublier la blessure."

Le Sable et l'écume : Livre d'aphorismes - Khalil Gibran


Bien à Vous Mme H.R.-F.,
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/03/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.