03/07/2018

Merci, Monsieur!

 

Un journaliste vient de m’offrir sur un plateau d’argent ce qui manquait à ma réflexion sinon aux conclusions à devoir malheureusement tirer de certaines postures médiatiques.

Ce journaliste, comme divers(es) de ses consoeurs et confrères, je l’ai porté en estime. Nous avons eu, en son temps, des échanges par messagerie privée qui m’ont laissé le sentiment de partage d’opinions possible, entre autre, sur la Russie.

Force m’a été de constater que non. Et tout cela est parfaitement regrettable. Pourquoi? Tout simplement parce que le monde n’a pas besoin de conflits d’opinion irréductibles. Ou alors, peut-être que si, pour autant de celles et de ceux qui visent à y occuper une place dominante.

Que les un(e)s et les autres émettent tel ou tel avis sur un sujet, rien que de très normal. Mais que, lorsqu’on cherche le débat, on se le voie refusé au nom de prétextes aussi fallacieux que mensongers, là, c’est une toute autre problématique qui se dessine.

Comme je l’ai souvent indiqué ici, lorsque j’ai réagi à tel ou tel documentaire ou reportage relatifs à ce qui se serait passé ici ou là, j’en ai informé les personnes concernées. Aussi, ai-je rencontré, parfois, l’opportunité d’échanges constructifs avec autant de protagonistes d’avis différent sinon opposé au mien.

Dans le cas d’école auquel m’a, au contraire, soumise ce journaliste, j’ai dû me rendre à l’évidence selon laquelle, faute d’arguments à opposer à une prise de position, on juge et on condamne celle ou celui qui la soutient. 

S’agissant de la Russie et de ce que j’en ai écrit ou dit, j’ai eu droit à à peu près toute la panoplie du style, agent du Kremlin, propagandiste et autre troll financé pour répandre la bonne parole. Tout cela m’a plutôt amusée et je m’en suis souvent expliquée ici-même et dans le cadre d’interviews comme celle-ci, par exemple.

Jamais, par contre, n’avais-je eu droit à cette remarque selon laquelle je serais liée de sorte à être interdite de parler de la Russie telle qu’elle serait. Que je serais, dès lors, réduite à la vendre tel le paradis sur Terre.

Que cela soit désormais bien clair si besoin était de le redire, personne ne me finance, personne ne me tient par tel ou tel droit que j’aurais à respecter, personne ne me dicte la parole d’Evangile que j’aurais à diffuser ici et ailleurs.

Le fait de l'avoir à maintes reprises énoncé et encore maintenant, ne m’empêchera sans doute pas d’avoir à le rappeler encore et encore.

Car l’astreinte à respecter par nombre de celles et de ceux qui, à l’inverse de moi, ne sont pas libres de leur parole m’y obligera tandis que leur impuissance à porter la contradiction les contraint à l’attaque et à la condamnation à l'aveugle.

Car il va de soi que ces âmes vertueuses ignorent tout de ce que j’ai vécu et vis chaque fois que je me trouve en Russie. Pas davantage non plus ne savent-elles avec qui je parle, où je me rends en dehors des lieux où je suis invitée à présenter mes livres et ce que j’apprends d’autant de celles et de ceux que je côtoie.

Et ce sont ces êtres de tous bords et de tous milieux que je remercie du fond du coeur de ce qu’ils m’offrent de connaissance intime de leur pays, la Russie.

 

Commentaires

Dans la mesure où 80% des journalistes mainstream font partie d'associations ou de groupes américano-X qui leur ont offert des stages , des séjours financés , des subventions, des avantages financiers , des places bien rémunérées , il ne faut pas s'étonner qu'ils s'imaginent que tout le monde est à leur image .... .

Écrit par : Pierre de ANDOLENKO | 03/07/2018

Répondre à ce commentaire

"faute d’arguments à opposer à une prise de position, on juge et on condamne celle ou celui qui la soutient."
C'est classique. Il ne faut attendre aucune objectivité de la part de propagandistes payé par qui nous savons comme nous l'a révélé Udo Ulfkotte.
Et effectivement quand on attaque la personne, c'est qu'il n'y a plus d'arguments.

"Dans la mesure où 80% des journalistes mainstream"
Vous êtes bien optimistes, plutôt 98 à 99%.

Écrit par : Daniel | 03/07/2018

Répondre à ce commentaire

Comme troll du Kremlin, je me réjouis avec les Syriens libérés des terroristes financés et armés par des Etats terroristes: USA, France, RU, Arabie, Qatar, etc.
https://fr.sputniknews.com/international/201807031037053088-syrie-russie-armee-liesse/

https://drnshop.com/product/foreign-agent-russian-3/

Madame Richard-Favre,

Est-il indiscret de demander qui est ce "Monsieur"?

Écrit par : Daniel | 03/07/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

En réponse à votre question, si j’avais estimé judicieux d’indiquer l’identité de ce Monsieur, je m’y serais employée.

Cela dit, je me demandais si la question me serait posée et si oui, qui la poserait, j’ai les réponses:-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 03/07/2018

Répondre à ce commentaire

Merci Madame,

Le problème, c'est que désormais dans la presse main stream, mais aussi à la RTS etc., c'est comme ça pour un très grand nombre de sujet "tabous" dont la Russie, mais aussi toute critique de l'Union Européenne, les "réfugiés", les dealers, l'isl am, la théorie du genre etc.

Bref, si on ose dévier d'un iota par rapport à l'opinion promue par le Ministère de la Pensée Unique, on se voit traité de tous les noms en -phobe et en -iste, car pour ces gens qui n'ont pas de vrais arguments c'est un moyen d'empêcher toute discussion en nous mettant automatiquent dans le camps du mal, alors qu'eux sont dans le "camp du bien" autoproclamé et ont donc bien entendu raison.

Il est donc devenu impossible de discuter et d'argumenter ou de se faire entendre, car ce nouveau facsime, qui ne dit pas son nom, fait taire tous ceux qui osent s'y opposer. Et cela peut aller beaucoup plus loin: on peut être mis au ban de la société, perdre son emploi (c'est bel et bien vrai!), être traité comme un lépreux (voir ce que dit Macron) etc. Et ce sont ces mêmes personnes qui se disent anti-facistes qui sont en fait les vrais facistes.

Dans le meilleur des cas on sera traité de complotiste, même si on peut démontrer qu'on a raison avec des arguments en béton.

Malheureusment, la très grande majorité des gens ne se rend compte de rien et c'est d'ailleurs pour ça qu'on a accepté la redevance TSR, qui peut ainsi continuer à distiller sa propagande mondialiste et laver les cerveaux à longueur de journée.

Certains journalistes et intellectuels, comme par exemple, Pierre Jovanovic et Pierre Hillard, ne sont plus JAMAIS invités à la télé ou la radio et ont d'ailleurs vu leur page Wikipédia être effacée après plus de 10 ans, ce qui est bien la preuve que ce qu'ils disent est vrai et que ça dérange une certaine classe dirigeante.

Et regardez la propagande continuelle anti-Putin, anti-Trump, anti-UDC, pro-migrants, bref pro-mondialiste de la Tribune de Genève, du Matin, du Temps, de 24h, ou de feu l'Hebdo: c'est tellement flagrant que ca fait peur!

Comme par exemple quand la TdG invite N. Baverez, en nous le présentant comme un éditorialiste, mais en se gardant bien de nous dire qu'il est membre du comité directeur du groupe Bilderberg et de l'Institut Montaigne:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Baverez

De même qui sait que Micheline Calmy-Rey fait partie du comité directeur de l'international Crisis Group, financé en grande partie par le mondialiste G. Soros si ouvertement anti-Russe:

https://fr.wikipedia.org/wiki/International_Crisis_Group

Et qui sait que le président de ce groupe, à savoir JM Géhenno, affirme dans son livre intitulé "La fin de la démocratie" que la démocratie c'est révolu et que l'on entre désormais dans l'ère de l'Empire? (vérifiez si vous ne me croyez pas!)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Gu%C3%A9henno

Tout vrai démocrate devrait être horrifié par de tels propos!

Et après ça, Mme Calmy-Rey ose encore se présenter commme une démocrate alors qu'elle fait partie du comité directeur d'un groupe qui milite pour la fin de la deemocratie (mais de manière déguisée bien sûr), pour un ordre mondiale unique, un nouvel empire comme le dit si bien le preesidnet de ce groupe! Sachant cela on comprendra beaucoup mieux les prises de position e Mme Calmy-Rey.

Elle fait de même partie de l'Open Society du même G. Soros et sert ainsi les intérêts du grand capital. Pas mal pour une "socialiste"!

https://www.dreuz.info/2017/02/27/la-toile-daraignee-soros/

Mais qui vous le dira? Ne comptez pas sur la Tribune ou la RTS!

Voilà le triste monde dans lequel on vit: "le meilleur des mondes" ou "1984"!

Voici la dernière intervention du Prof. P. Hillard où il explique entre autres la situtaiton avec la Russie (mais pour ceux qui ne le connaisent pas du tout, il faudrait peut-etre écouter d'autres de ses conférences d'abord):

https://www.youtube.com/watch?v=oGsPApFGmok

Écrit par : Arthur V. | 04/07/2018

Répondre à ce commentaire

Question d Étymologie à Mme H.R.-F. qui est la mieux placée, entre autres, linguistiquement parlant.

Il me semble que la réponse de Mme H.R.-F. est pleine du bon sens quant à l affaire de l identité de ce Monsieur dit "troll du Kremlin".

Où cela pose de problème est que par définition, un Troll est un terme réservé à quelqu un qui n attaque violemment que la PERSONNE (il l insulte et il lui cherche ou il lui invente des pires des poux...) et il ne contredit pas mais il occulte carrément son idée et/ou son projet.

Puisqu un troll est payé par un Etat X ou par leurs services étatiques, ce troll fait cela d une manière à couper court à toute critique constructive commune et publique pouvant remettre en cause, à tort ou à raison, cette idée et/ou ce projet.

In fine, ce n est pas pour rien qu on essaie de remédier à l influence d un troll (=qui seulement insulte vulgairement une personne ayant eu une idée qui déplaît à ce même troll) en pratiquant le "" Don t feed the troll, l esprit malfaisant de la forêt...""

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/07/2018

Répondre à ce commentaire

Charles 05,

Ce n’est que maintenant que j’ai découvert votre commentaire. Ce retard est dû à un bug qui agit de manière aléatoire...

Cela dit, non, ce Monsieur n’est pas « dit troll du Kremlin » comme vous l’écrivez!

J’ai évoqué le terme de « troll » comme figurant parmi la panoplie de ceux auxquels j’ai et et j’ai droit tandis que je m’exprime sur la Russie :-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/07/2018

Petit extrait de l article-chapeau de Mme H.R.-F..""(...)Que les un(e)s et les autres émettent tel ou tel avis sur un sujet, rien que de très normal. Mais que, lorsqu’on cherche le débat, on se le voie refusé au nom de prétextes aussi fallacieux que mensongers, là, c’est une toute autre problématique qui se dessine.(...)""
-------------------------

Et pourquoi nous interdit on de débattre voire pire de nous laisser débattre mais le volant de la voiture n est plus entre les mains du peuple?

Je vous mets sept citations (une par chaque jour de la semaine!)un peu inattendues voire hallucinantes:

1--M.A. Rothschild : “Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois.”

2--George H.W. Bush, 1992: “Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncherait.”

3--Henry Ford: « Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin. »

4--David Rockefeller, en février 1999 à Newsweek : « Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire.

5--John Adams : “Il y a deux manières de conquérir et d’asservir une nation, l’une est par les armes, l’autre par la dette.”

6--»Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941 (Réputé 2ème fortune d’Angleterre à cette époque)   :

« Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits. »

7--Salvador Allende, à l’Assemblée générale de l’ONU en Septembre 1972 : «

Nous faisons face à un conflit frontal entre des entreprises transnationales et les Etats. Ceux-ci sont court-circuités dans leurs décisions fondamentales — politiques, économiques et militaires — par des organisations globales qui ne dépendent d’aucun Etat et dont les acti­vités ne sont contrôlées par aucun parlement ni aucune institution représentative de l’intérêt collectif. » 

-------------------------
Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/07/2018

Répondre à ce commentaire

Merci à vous tous de vos contributions.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/07/2018

Répondre à ce commentaire

Et comme Arthur V a évoqué, plus haut notre ancienne Conseillère Fédérale à laquelle j’ai eu l’audace de tenir tête tandis qu’elle voulait à tout prix me faire passer pour la juge qu’en aucun cas je n’étais, certaine que l’on pouvait dialoguer, voici qui cadre bien dans le sujet et confirme les méthodes qui consistent à porter une accusation erronée sur l’interlocuteur pour sortir du débat proposé:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/09/17/quand-madame-calmy-rey-se-sent-accusee.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.