26/07/2018

Mais qui en veut à Emmanuel Macron?

Capture d’écran 2018-07-26 à 09.56.54.png

D’accord, l’affaire dite Benalla en est bel et bien une. Mais la manière dont elle est traitée ressemble peu à tant d’autres qui n’ont pas grandi les précédentes présidences.

Cela a déjà été formulé ici.

La question reste donc posée de savoir qui en veut à Emmanuel Macron et pourquoi. Car c’est lui qui est visé et beaucoup l’ont compris.

Quand on pense que l’un de ses prédécesseurs a pu sans problèmes entretenir la mère de sa fille aux frais de l’Etat des années durant sans que jamais rien ne filtre et que ce même prédécesseur en est allé jusqu’à mettre de nombreuses personnalités sur écoute sinon attenter aux jours de qui le menaçait trop, on est loin de l’affaire Benalla!

Alors?

La République aurait-elle changé? Les temps seraient-ils devenus, soudain, à la transparence? 

Inutile d’être un(e) inconditionnel(le) d’Emmanuel Macron pour constater que cette France qui se déchaîne contre son Président après qu’un de ses puissants soutiens médiatiques a révélé «l’affaire» a de quoi laisser songeur.

 

Commentaires

Point de vue entiérement partagé d’autant que tous les anciens présidents français vivants ont commis , pendant leur(s) mandat(s) des forfaitures qui auraient conduit à l’ »impeachment » dans une véritable démocratie!
D’oú, pour moi, la provocation de Macron « Qu’ils viennent me chercher » à l’adresse de ces parlementaires qui revendiquent l’ére d’avant mai 2017 en transformant le déplorable comportement de son protégé en affaire d’Etat.
Attendons la reprise de septembre pour réévaluer la situation politico-parisienne!!

Écrit par : Janvier | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, mais "l'un de ses prédécesseurs" a été assez malin pour ne pas faire voter une loi sur la moralisation de la politique.

Écrit par : Mère-Grand | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Mère-Grand,

En effet, ce prédécesseur a, comme vous l’écrivez, « été assez malin pour ne pas faire voter une loi sur la moralisation de la politique. »

Cela dit, le journal « Le Monde » a dû longuement réfléchir avant de se décider à rendre publique l’ information relative à la scène qui s’est déroulée le 1er mai à Paris.

Car pour rappel, elle n’a été divulguée que ce 18 juillet dernier, soit plus de deux mois après ladite scène d’agression, Place de la Contrescarpe.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 26/07/2018

Pour moi, il suffit de regarder à qui profite le crime. Les médias ont lançé l'affaire après que l'anniversaire de la rafle du Velodrome d'hiver ait été "oublié", et se sont calmés aussitôt après ça : http://www.leparisien.fr/politique/biens-voles-aux-juifs-edouard-philippe-veut-faire-mieux-dans-la-restitution-22-07-2018-7829850.php

Écrit par : Christian Bitard | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Merci à la personne qui m’a signalé une erreur d’usage que je ne commets jamais et ne manque jamais non plus de relever lorsque je la rencontre. Or voici qu'elle m’a malencontreusement échappé ici. Elle est désormais corrigée, j’ai voulu le faire savoir à ladite personne par courriel mais son adresse est invalide. Qu’elle soit assurée de ma reconnaissance pour la vigilance de son regard.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Intéressante analyse sur l affaire Benalla, sur RT d après un entretien avec M. François Asselineau

Emmanuel Macron n’est que l'employé d’un certain nombre de commanditaires [...] qui lui font comprendre qu'il est allé trop loin

-------------------------

Avec l'affaire Benalla, l'exécutif français traverse sa plus grande crise politique depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Un évènement qui a semblé évoquer à François Asselineau, président de l'Union Populaire Républicaine (UPR), l'antiquité. Il n'hésite en effet pas à comparer le chef d'Etat français et Alexandre Benalla à l'empereur Caligula et son cheval Incitatus : «Il lui avait fait une mangeoire en marbre et une écurie, c'est un peu ça [Emmanuel Macron] a un cheval qui s'appelerait Alexandre Benalla, il l'installe aux frais des contribuables [...] Il lui fait donner des quantités de passe-droits.»

Evoquant une «crise de régime», François Asselineau n'a pas mâché ses mots sur la place tenue par le président de la République dans cette affaire :

«Emmanuel Macron prétendait représenter un nouveau monde, il représente en fait un monde en perdition.»

Et il ajoute que: "Emmanuel Macron n’est que l'employé d’un certain nombre de commanditaires [...] qui lui font comprendre qu'il est allé trop loin

Le président de l'UPR a par ailleurs réagi à l'importante médiatisation de l'affaire Benalla, rappelant que «l'emballement médiatique est orchestré [par] les mêmes médias qui avaient encensé Emmanuel Macron pour qu'il soit élu président de la République».

https://francais.rt.com/entretiens/52789-macron-represente-monde-perdition-francois-asselineau-reagit-affaire-benalla

-------------------------

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28/07/2018

Répondre à ce commentaire

Qui en veut à Macron (suite à l affaire Benalla)?

Ceux sont les commanditaires qui l ont mis au pouvoir et qui donnent un avertissement à leur employé, même qui s est auto-nommé Jupiter, qu il est allé trop loin dans sa jouissance du pouvoir. Et que ces mêmes commanditaires sont toujours là, à ne pas les oublier SVP.

Par ailleurs et bien que cette affaire Benalla est devenue, pour nous, un peu beaucoup soulante, on ne parle plus de:

--L "Affaire" de financement de la campagne présidentielle de M. Macron.
--L attaque illégale de la Syrie.
--La loi sur la suppression des libertés dite "Fake News".
--La réforme constitutionnelle oubliée.
--La Piscine à Fort Bregancon.
--Un demi million d euros pour la vaisselle de l Elysée...
--Appart de 200 m2 à ce jeune Benalla de 26 ans avec un très bon salaire aux frais du contribuable...et connaissance des secrets défense...
--La France lâchée par Trump et surtout par Macron...

Liste non exhaustive...à compléter...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.