12/08/2018

Le péril rouge passé, la menace reste...

Capture d’écran 2018-08-12 à 17.04.01.png

Voici un article suivi de commentaires qui soulèvent quelques réflexions. Il y est question de russophobie envisagée dune manière qui fait réagir certains internautes.

En réalité, c’est le terme employé par l’auteur de l’article pour qualifier ladite russophobie qui lui vaut quelques piqures de rappel.

Car celles et ceux qui ont connu les Russes comme ennemis, peinent à considérer que leur haine à leur égard ne soit que pavlovienne comme cherche à le faire entendre Joachim Imad dans le point de vue qu’il propose.

Et en effet, à écouter parler nombre de personnes qui ont eu affaire à la Russie soviétique, force est de constater que leur ressentiment à son égard -et c’est peu dire- est loin d’être éteint.

Mais l’auteur de l’article ne vise pas forcément ni à tout prix à faire aimer la Russie. 

Non, il veut entre autre démontrer la malhonnêteté et le danger qu’il y a dans le deux poids-deux mesures d’informations qui se concentrent sur un pays aux dépends d’autres dont il y aurait beaucoup à dire sinon à redire.

Et dans ce sens, il va de soi qu’il se heurte à forte partie.

Car rien ne semble pouvoir enrayer la volonté manifeste de rendre la Russie responsable de tous les maux possibles et imaginables. Combien de fois cela n’a-t-il été relevé ici!

Ce qui ne revient pas à idéaliser un pays, son Président et encore moins à en être le relai. Mais juste à déplorer la quantité de moyens mis en oeuvre pour désinformer dans le seul but de discréditer.

Et si ce mode d’action sur l’opinion publique a je ne sais combien de fois pu être imputé à l’ex-URSS, comme cela a été énoncé ici, nos démocraties occidentales ne sont plus très loin de la rejoindre dans la méthode.

  

Commentaires

Merci, Chère Madame Richrd-Favre à défendre la cause perdue. Je ne vois aucun espoir comment remédier à l'Occident sa haine déjà millénaire, succinctement exposée par votre compatriote Guy Mettan dans son livre (2015).
Un blog récent ne fait que confirmer cette vérité triste et de mauvais augure.
https://youtu.be/ubdCSAxwkp0

Écrit par : Pavel Katchalov | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

J avoue que je n ai pas trop aimé cet article de M. Joachim Imad et publié dans le Figarovox. Mais qui suis-je pour compter sinon il se peut que je sois un mal comprenant (dit vulgairement c..) .

Tout d abord, pour expliquer la Russophobie, l auteur met en avant le Réflexe de Pavlov dit le Conditionnement. Puis, il nous parle de la Paranoïa des leaders occidentaux Anti-Russe et Anti-Poutine puisque ce dernier est autoritaire mais pas dictateur (Merci, nous le savons!). In fine, il mélange un peu l ex-union soviétique avec la Russie actuelle depuis 1991.

Entre le Réflexe "humain" de Pavlov selon des uns et la Paranoïa des autres, nous sommes dans la psycho-physiologie et la psychologie/psychiatrie, chose étoffée et "crédible" mais pour les simplets. C est comme si on analyserait le comportement odieux de Trump sur la base d un de ses psychiatres qui pourrait dire que Trump est immature car il manque d affection maternelle, par exemple, ou qu il est carrément un ado attardé. Il faudrait dire que Trump est un escroc, c est tout. Trump faisait l escroc depuis belle lurette avec les banques qui lui prêtaient de l argent pour son entreprise de bâtiment mais il ne remboursait, en les arnaquant, que le 75% à tout casser.

Il serait plus clair de dire que la Russophobie est le résultat du fait que

--Poutine a fait lutter la Russie pour défendre et réussir à avoir ses les intérêts LéGITIMES de ce grand pays.

--Grâce à Poutine, le Monde Multi-polaire est entrain de s établir qu on le veuille ou non et même si cela déplaise amèrement aux Monopolistes.

--Les sanctions et les restrictions à caractère économique contre la Russie ont fait beaucoup de mal à la Russie, certes, mais malgré ces restrictions se sont avérées non fructives.

In fine, la Russie s est bien défendue pour ses intérêts légitimes et pour un monde multipolaire qui est en marche d où la Russophobie. Et quand on expliquera (comme par exemple ce que fait notre Précieuse Hôte, Mme Hélène Richard-Favre) qui expose objectivement parlant ces points aux citoyens, on les conditionne (comme le Réflexe de Pavlov) mais à être intelligent et à faire fonctionner bien au delà du réflexe de Pavlov tout en fonctionnant quelques neurones de plus et là ils comprendront le pourquoi les occidentaux veulent faire la guerre contre la Russie, même une 3ème mondiale s il faudrait, la faire juste pour le Fric à voler entre autres de la Russie !

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

Trump a rencontré Poutine, ce que je trouve extrêmement positif, maintenant, c'est à Poutine de se tenir calme, qu'il arrête avec la Géorgie, l'Ukraine et éventuellement d'autres espaces limitrophe de la Russie, que ce passe t-il, n'a t-il pas assez de place ?

Par contre, si il pouvait faire un détour en Europe, si il pouvait chasser tous ces crétins qui jouent aux apprentis sorciers et aux experts en tous !

C'est quoi cette histoire de "péril rouge" qui menace l'Europe, c'est de la connerie, Le pire danger qui menace l'Europe, c'est l'Europe bordel !

(et je parle sérieux, ne m'en voulez pas)

Écrit par : William | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

William,

Défendez les idées qui vous tiennent à coeur mais apprenez si possible à lire correctement un intitulé de blog avant de vous emporter, ça vous évitera de questionner comme vous vous y employez à la fin de votre commentaire.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.