18/08/2018

Où vont les femmes?

Capture d’écran 2018-08-18 à 10.44.01.png

                                                               capture d’écran EnsembleàGauche

Cinq femmes se font violemment tabasser dans la rue au petit matin et voici que désormais des élues de droite et de gauche «se déchirent sur les violences faites aux femmes » comme l'indique la Tribune de Genève.

C’est dire si le sujet est récupéré au plan politique! Et pas que par les femmes, comme je l’ai mentionné ici, tant c’était à prévoir!

A chaque drame, à chaque événement tragique qui survient ici ou là, le même scénario se répète parce qu’on préfère tout de suite accuser, juger et faire valoir les intérêts que l’on défend.

Pour le reste et comme cela a été énoncé ici, une femme vit quelque expérience pénible avec deux hommes et voilà qu’elle en conclut que leur comportement déviant a un nom, le sexisme.

Qu’il existe des obsédés sexuels est une réalité. Elle n’est pas, pour autant, à imputer à quelque sexisme que ce soit.

A la déviance, à l’agressivité, à la violence, tout être humain est exposé. A force de traquer l’homme, à force de poser la femme en victime, on crée des statuts qui enferment les un(e)s et les autres.

Revendiquer des droits, viser l’égalité salariale entre hommes et femmes et l’accès à tous les métiers, à toutes les professions ou autres fonctions est un combat socio-politique mené de longue date.

Le fait est que certaines activités sur les chantiers, à la voirie, pour ne citer que celles-ci, ne semblent pas compter au nombre de celles qui seraient convoitées par les femmes. Pourquoi?

La question est ouverte.

 

Commentaires

Chère Madame,

Vous comprendrez mieux qui se cache derrière ce pseudo-féminisme exacerbé et tout ce dont vous avez discuté dernièrement si vous écoutez les deux courtes vidéos suivantes. Vous ne le regretterez pas croyez-moi:

https://vimeo.com/278473658

et

https://www.youtube.com/watch?v=B_IrkSTIzDQ

ainsi que cet article qui résume tout:

https://www.nice-provence.info/blog/2018/07/28/4-cercles-concentriques-oligarchie-mondialiste-michel-geoffroy/

Écrit par : N. Marin | 18/08/2018

Répondre à ce commentaire

Aïe ! Je peux imaginer que vous avez pris un sacré risque à écrire ce que je lis ci-dessus. J'entends déjà, ici et là, des féministes, vous accuser d'être traîtresse à la cause.

Vous posez pourtant les bonnes questions, celles que les tenant(e)s du sexisme ont rayé de leurs analyses (En réalité il n'y a pas d'analyses, mais que des accusations)

A l'heure où le respect des hommes envers les femmes est une juste revendication, il paraît souhaitable que l'inversion des termes (le respect des femmes envers les hommes) soit également une juste revendication.

Quant à savoir pourquoi il n'y a pas de femmes sur les chantiers, je me permets d'affirmer que la raison en est que les hommes sont encore un peu plus égaux que les femmes.

Écrit par : Michel Sommer | 18/08/2018

Répondre à ce commentaire

des femmes sur les chantiers... il semble pourtant qu'en URSS et dans les pays socialistes... ce sont les femmes que l'on retrouvait sur les chantiers et non des moindres... le boulot le plus dur leur incombait... aux messieurs, la bouteille et les réunions syndicales...

Écrit par : xénia | 18/08/2018

Il y a évidemment une nette différence entre la biologie féminine et la biologie masculine. De ce fait, il est inapproprié de parler d'égalité. En revanche, les deux étant des entités humaines, il y a équivalence dans les valeurs.

Un signe patent de la non égalité sont les règles. Même si des femmes prennent des hormones pour les supprimer, cela ne leur enlève pas la réalité innée.
Dans notre monde occidental, il n'est pas coutume de chercher ce que signifie les règles. La plupart de mes patientes disaient : pour avoir des enfants. Or, en médecine chinoise qui se base sur le yin et le yang, les règles sont un surplus de yang à évacuer ( signature dans la couleur, la chaleur et la nature sanguine). Ainsi, certaines professions qui nécessitent beaucoup de puissance physique ne sont pas appropriées aux femmes.
On en voit aussi un exemple pour les facteurs : alors que certains devaient pédaler beaucoup pour distribuer le courrier, la profession est devenue disponible aux femmes qui ont moins de travail physique à fournir dans la mesure où elles ont à disposition de bons vélos-moteurs!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.