18/08/2018

Refus de naturalisation suisse, l’intitulé du journal Le Temps résume-t-il un peu vite?

Capture d’écran 2018-08-18 à 21.20.05.png

                                                                                             capture d’écran Le Temps

La décision fera date et ses effets se répercutent déjà au-delà des frontières helvétiques.

La municipalité de Lausanne a refusé la nationalité suisse à un couple qui la sollicitait. Les raisons invoquées sont celles de l’égalité entre hommes et femmes. On lit néanmoins, en conclusion de cet article qui cite les propos d’un élu, que la Constitution est au-dessus de la bigoterie.

Inutile de dire que les réactions ne se sont pas fait attendre et qu’au nom du « vivre ensemble », ce refus a été vivement contesté par une élue socialiste.

A se demander ce que veulent celles et ceux qui réclament des lois pour lutter contre le sexisme et qui, au nom du « vivre ensemble » s’insurgent lorsque le respect de l’autre est bafoué.

La Suisse a des usages que tout candidat à la naturalisation est appelé à respecter.

Imaginez-vous un ou une candidat(e) à la nationalité d’un quelconque pays du Maghreb -puisque ce couple est dit originaire du Maghreb- refuser de se soumettre aux usages en vigueur là-bas? 

Au fait, voici pour autant de femmes si soucieuses d’égalité, elles découvriront comment les femmes tunisiennes se mobilisent pour avoir les mêmes droits que les hommes en matière d’héritage.

On est loin du droit en vigueur dans nos contrées...

 

Commentaires

A noter que le refus a été donné par la majorité de 9 élus comprenant un de droite, sinon un popiste, socialistes et verts.
La gauche a donc refusé de donner la nationalité.
Plus précisément une partie de la gauche, parce que probablement, la gauche de la gauche et l'extrême gauche sont probablement favorables à toutes naturalisations.

La gauche gauche a toujours été favorable à l'inégalité homme/femme chez les étrangers au nom de la tradition. Je dis favorable, parce que ne pas vouloir s'opposer à une tradition ou lutter contre, c'est l'encourager.
A l'opposé elle stigmatise tous les hommes alors que la majorité ont un comportement sain.
Pourquoi donc ? On en revient toujours à ces gens qui réfléchissent avec des dogmes au lieu de leur cerveau.

Écrit par : motus | 18/08/2018

Répondre à ce commentaire

Pour "Le Temps" la non intégration s’appelle bigoterie, pas étonnant que les gens ne lisent plus les journaux.

Écrit par : norbert maendly | 19/08/2018

Répondre à ce commentaire

En tous les cas, à lire l’article que je cite en fin de sujet qui rend compte du combat mené par les femmes tunisiennes pour avoir le droit d’hériter comme leurs frères, si inégalité criante entre hommes et femmes il n’y a pas là, dans ce droit qui s’applique dans les pays du Maghreb, entre autre... Ces femmes sont courageuses

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 19/08/2018

Répondre à ce commentaire

Bravo la municipalité de Lausanne d avoir refusé d accorder la nationalité suisse à un couple qui refusait de serrer la main aux municipaux de sexe différent.

J espère que ce refus soit définitif jusqu à la fin de la vie de ce couple.

Au fait, je suggérerai (et qui suis-je, moi, je ..?) à cette municipalité de faire introduire dans la constitution helvétique presto illico et lors de telle demande de faire 3 bisous sur la joue entre candidat(e)s à la nationalité et les élu(e)s municipaux même entre deux sexes différents et d annuler le serrement de la louche entre les 2 parties. Il n y aurai plus de problème. Car refuser de serrer la main ou ultérieurement les 3 bisous à la suisse montre que le gars et la nana ont un IQ égal ou inférieur à 30 à tout casser.

Bien à Vous + 3 bisous helvétiques virtuels à celui qui ne les refuse pas:)

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 19/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.