02/09/2018

Quand un média dit de culture trouve qui sait distinguer la victime du tortionnaire. Au hasard, un cinéaste ukrainien pour la première, le pouvoir russe pour le second

Photo061.jpg

Un cinéaste est, certes, un créateur, un être humain et mérite toute la considération à lui apporter. Mais quand il se mue en terroriste? Quand il fait fi de vies humaines?

Quand il est prêt à tuer, quelle estime a-t-il d’autrui?

Il en a été question ici-même, rappelez-vous! Une polémique fait suite, maintenant aux conditions de détention dans lesquelles le cinéaste ukrainien purge sa peine.

Alors d’accord, les arguties des uns et des autres alimentent le débat. Il n’en demeure pas moins que le point de départ est l’acte terroriste que préparait Oleg Sentsov, clairement admis par un de ses complices.

La culture adoucirait les moeurs, selon l’adage.

A l’évidence et au point que l’auteur même d’un livre, Jonathan Littell pour ne pas le nommer,  montre comment le mal qui est la question centrale de son ouvrage, peut s’accomplir sans le moindre remords par un être qui est loin d’être analphabète ou inculte.

Aussi bien, le lauréat du Prix Goncourt 2006, vole-t-il  au secours du cinéaste prêt à tuer autant de vies que possible.

A partir de là, tout est permis et surtout le jugement du pouvoir russe.

Comment ne pas solliciter autant de ses détracteurs? Du pain béni, pour nos médias qui, eux, se chargent très souvent de désigner les bons criminels pour, surtout, les blanchir et les rendre victimes des mauvais.

Cette répartition arbitraire du bien et du mal, celui-ci étant le plus souvent à chercher du côté russe, lasse. Car se prévaloir d’incarner le bien pour, de facto, juger qui ne l’accomplit pas ne relève d’aucune objectivité. 

On est dans le pur parti pris. L’admettre une fois pour toutes donnerait au moins à l’information sa juste mesure.

Commentaires

Après l'assassinat du dirigeant de la RPD, il y en a qui devraient avoir la décence de se taire.

Comme si la Russie allait demander la remise en liberté des terroristes qui ont frappé en France ou en Allemagne...

Je crains que certaines "personnes" ne comprendront jamais rien à l'âme russe. On dit "душа".

https://galimasite.com/2016/03/26/mysteries-and-miracles-of-modern-russia/

Du lien proposé:
"Oleg Sentsov risque de mourir, ceci n'est pas une fausse nouvelle"
De sa propre décision. Le droit au suicide doit être respecté. La vraie nouvelle est qu'il est ENCORE vivant. Pas comme Bobby Sands.
Il est dit que Sentsov est en grève de la faim depuis le 14 mai, soit 111 jours. Alors sa grève est bidon. Car personne en grève de la faim ne peut survivre plus de 80 jours. C'est du cinéma. Et francecul. ment.

Écrit par : Daniel | 02/09/2018

Répondre à ce commentaire

Preuve du mensonge de francecul.:
https://francais.rt.com/international/51814-qui-est-oleg-sentsov-activiste-ukrainien-accuse-terrorisme-emprisonne-russie

"Le 28 mai, à son quatorzième jour de grève de la faim, l'activiste a accepté de son plein gré une «thérapie de soutien» et a été pris en charge par le personnel médical de la prison afin de poursuivre sa protestation, selon les autorités russes. Son état a alors été jugé satisfaisant. Selon la déléguée russe aux droits de l'homme, Tatiana Moskalkova, citée par l'AFP ce 20 juin, un «contrôle quotidien de l'état de santé» d'Oleg Sentsov a été mis en place et il «n'a pas perdu de poids»."
Grève bidon pour faire pleurer dans les chaumières.

Écrit par : Daniel | 02/09/2018

Répondre à ce commentaire

Un oeuvre unique de ce cinéaste est un film amateur d'une qualité pitoyable.

Écrit par : Cassandre | 02/09/2018

Répondre à ce commentaire

Hormis les mé(r)dias occidentaux corrompus voire pro-terroristes, vous vous rendez compte que les ambassadeurs des pays du G7 ont fait savoir le 21 juin 2018 être «très préoccupés» par la situation du cinéaste et activiste ukrainien Oleg Sentsov.

Si j arrive bien à récapituler ce qui été dit sur cet excellent blog comme ailleurs, je reprendrais ce que la cour pénale de la ville de Rostov-sur-le-Don dans le Sud de la Russie avait jugé le 25 Août 2015 en le condamnant à 20 ans de prison pour:

1--Actes de Terrorisme.
2--Trafic d armes.
3--Avoir coordonné l action d un groupe d activistes Pravy Sektor, un mouvement néo-nazi ukrainien para militaire Secteur Droit et bien entendu groupuscule interdit en Russie.

Croyez vous qu on va s apitoyer sur son "sort", un pro-néo-nazi!

Et si ce gars se trouvait, par exemple, de l autre côté à Guantanamo, serait il mieux traité, certainement pas mais mille fois pire? Je me le demande!

Une gifle à un jeune soldat israelien a coûté 8 mois de prison à Ahid Tamimi et ils étaient "très gentils" avec elle, 8 mois "seulement" après que cette adolescente de 17 ans avait quand même plaidé coupable!


Charles 05.

Écrit par : Charles 05 | 03/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.