01/10/2018

Ecoutons-le encore...

Capture d’écran 2018-10-01 à 21.25.03.png

Il y aurait tant à dire sur cet homme!

Et les hommages qui lui sont rendus se rejoignent pour évoquer sa carrière, sa personnalité, ses engagements.

En pensée avec les siens, en pensée avec l’Arménie, la terre de ses parents, la terre de sa « famille génocidée », comme il l’a dit lors d’une interview.

Jamais, tu nous quitteras, chantait-il dans La Mamma...

 

21:35 Publié dans Culture, Destins, Etre, France, Poésie | Tags : aznavour | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Merci Mme H.R.-F. pour ce beau moment dédié à Charles Aznavour et surtout à La Mamma...

Sa vie en France était exemplaire. C est lui qui a dit :"Je suis devenu Français d'abord, dans ma tête, dans mon cœur, dans ma manière d'être, dans ma langue… J'ai abandonné une grande partie de mon arménité pour être Français… Il faut le faire. Ou alors il faut partir" RTL/28 Février 2013

RIP Charles Aznavour et on attend toujours la reconnaissance de la Turquie d ajourd hui du génocide de 1.5 millions d arméniens ( comme 3ème génocide d ampleur après les 10 millions de Congolais puis de 6 millions de la Shoah).

Il faut signaler que Kamal Ataturk avait reconnu le génocide des arméniens en 1924 mais ce n est pas le "Sultan" Erdogan au nom de l Etat turc qui le fera demain à l aube, hélas! C est le rôle de l Etat turc de le faire et non pas le PEUPLE déjà opprimé et piétiné par la tribu Erdogan.

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 01/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Hélène Richard-Favre : « Il y aurait tant à dire sur cet homme ! »

À ce sujet, une anecdote : Hier matin, lundi, m’est venue l’idée de parodier le texte d’une chanson de Charles Aznavour – « LES COMÉDIENS », et de le transformer en pamphlet politique, avec des paroles du style - «Viens voir les cabotins, voir les malandrins, voir les bons à rien », etc.

Étrangement, quelques minutes plus tard, j’apprenais la triste nouvelle du décès de cet désormais inoubliable chanteur. Un chanteur au talent incontestable, mais aussi un homme de foi et de droiture morale irréprochable, jamais prise en défaut.

Et cet homme, d’origine Arménienne, comme chacun sait, était, comme le souligne si justement Mme Hélène Richard-Favre : en pensée avec les siens, en pensée avec l’Arménie, la terre de ses parents, la terre de sa «famille génocidée » Cette expression « famille génocidée » est bien sûr celle qui s’applique ici au peuple arménien.

Las, cette horreur n’est pas un cas unique. Sur les cimaises de la folie meurtrière des hommes, on pourrait également y faire figurer sans difficulté un chiffre hallucinant des trop nombreuses victimes de ce type de tuerie. Et ce massacre programmé, n’en déplaise à certains, cela s’appelle un génocide.

Sauf que ce terme cauchemardesque reste incompréhensiblement tabou et, jusqu’à ce jour, âprement contesté. Pour quelles mauvaises et inavouables raisons ?

Or, quelques soient les prétextes, un génocide reste un génocide. Et cela, quelque soit la nationalité originelle des dizaines et des dizaines de millions de personnes que l’on a outrageusement fait passer de vie à trépas.

En effet, outre l’Arménie déjà citée, comment appeler autrement le meurtre collectif de près de cent millions de citoyens russes, trucidés par des cohortes de bolcheviks : politiquement tombés dans la démence homicide ? Ou celui de six millions de citoyens polonais disparus sans autre forme de procès ? Sans compter les entreprises de destruction humaine - méthodiquement pratiquées depuis des lustres - dans les pays du Moyen-Orient et d’ailleurs.

Le drame mortel, vécu par les Irakiens, les Libyens, etc., est encore dans toutes les mémoires. Aujourd’hui, c’est le tour des Syriens et des Gazaouis de se retrouver sur la sellette génocidaire...

Montherlant disait : c'est quand la chose manque, qu'il faut en mettre le mot. Voilà ! C’est fait !

Ce n’est pas M. Aznavour qui me le reprochera.

Écrit par : Thierry Theller | 02/10/2018

Répondre à ce commentaire

Un bel Homme nous a quitté. Pour lui rendre hommage en ces temps difficiles que nous vivons, voici un clip puissant inspiré du film "Téhéran 43": https://www.youtube.com/watch?v=uzIGyitixuE&app=desktop

Écrit par : Françoise | 02/10/2018

Répondre à ce commentaire

A voir absolument, mille mercis, Françoise!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 02/10/2018

@Françoise : "Un bel Homme nous a quitté".

C'est pour moi une réelle découverte, je ne connaissait pas ce clip ; réaliste et très émouvant.

Il résume parfaitement les germes de haine et de violence guerrière qui, à l'image des semis de l'amour, ne cessent de surfer - de génération en génération - sur la vie des humains que nous sommes.

C'est pourquoi, je me joins à Hélène Richard-Favre, pour vous dire ici, simplement merci.

Écrit par : Thierry Theller | 02/10/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.