05/10/2018

On se comportait comme des porcs dit un homme...

#metoo, #balancetonporc, genre

                                                                           capture d’écran Wikipedia, photo, @Edouard Hue

Il faut lire cet article publié sur le site de franceinfo pour mesurer le changement de société que visent les théoriciens du genre.

Ces témoignages d’hommes interrogés dans le cadre d’on ne sait quel sondage ou quelle enquête sont révélateurs de l’influence que l’on attribue à ce courant appelé #metoo.

Sans mettre en cause la bonne volonté de cette gente masculine si soucieuse de bien faire envers les femmes, on peut malgré tout se demander combien de temps dureront autant de belles résolutions.

Un peu comme lorsqu’on réalise que l’alcool peut nuire à la santé et qu’on arrêtera de boire demain.

Parfois, ces engagements tiennent, parfois, le temps de la seule prise de conscience. Aussi bien, sitôt que l’occasion se présentera, voilà qu’autant de manières d’être referont surface au grand dam, pourquoi pas, de qui s’en croyait débarrassé.

Mais au-delà de ces aveux touchants, lirait-on quelque part ceux de femmes qui reconnaîtraient s’être comportées en garces pour ne pas dire salopes qu’elles se revendiquent être, pour certaines?

A moins que cette façon d’être là ne soit admise, auquel cas, aux hommes de la subir... jusqu’au prochain hashtag à inventer en leur faveur?

 

Commentaires

Il en va, bien souvent, des comportements pour les femmes comme pour les hommes. Mais il faut bien reconnaître, hélas, que la femme est très souvent la cible. Inné de la nature, le désir mène les uns, comme il mène les autres, sans culpabilité souvent, avec seul l'instinct. Autant voudrait-on se prévaloir d'un esprit et d'une âme, pour se différencier des genres et se prétendre humain, que les instincts reprennent le dessus, fruits d'une carence éducative et faute d'une formation morale. Garder en soi ses désirs et ses fantasmes, certains savent le faire, à grand prix, en silence. D'autres, sans sentiments qu'ils n'ont pas su construire, se comportent comme on sait, comme on dit, comme on voit, sans remords, pour des fautes qu'ils ne connaissent pas. Il n'est que la prudence pour tenter, comme elle peut, de protéger les corps qui ne sont pas aimés. Les protéger des plaisirs qu'on leur vole et des violences orgueilleuses. L'exemple n'est pas là chez les gens que l'on montre. Les unes ne sont pas friandes de ceux dont on ne parle pas. Aussi qui peut dire qu'aucun jour il n'a … ?

Écrit par : Gérard BIENVENU | 05/10/2018

Répondre à ce commentaire

Et dans les hauts sphères des politiciens , que trouve -t-on ?

-- On fait tout ce qu'on veut", y compris attraper les femmes par "la chatte". Donald Trump et qui a été élu "haut la main" par les Américains!

-- Avec la conseillère fédérale suisse Mme Eveline Widmer Schlumpf , doctorante de l ... Mr Moscovici a déclaré: » » »Notre entretien avec Mme Schtroumpf …

-- En 1995 les «jupettes», surnom peu flatteur a été donné aux nombreuses femmes du premier gouvernement Juppé...

-- Le Terme hystérique est toujours en « vogue » (« hystérie » du grec ὐστέρα = matrice/utérus)

-- Dominique Strauss-Kahn qui renvoyait Ségolène Royal à ses fiches de cuisine.

-- Édith Cresson notamment a fait les frais. Ainsi, lors de son discours de politique générale qui ne plaisait pas à un député, ce dernier s est permis de demander à haute voix : "Elle est bien roulée, tu crois qu'elle a une culotte ?"

Et je vous épargne le reste ...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 05/10/2018

Répondre à ce commentaire

"On se comportait comme des porcs dit un homme..."
Pourquoi l'imparfait? C'est toujours le cas, seulement maintenant des femmes osent enfin prendre la parole et dénoncer des comportements qui sont des délinquances ou des crimes. Que des hommes soient victimes aussi, il faut aussi le dénoncer. Mais rappelons que le nombre de femmes tuées dans un cadre domestique en France et en Suisse est incomparablement plus grand que le nombre d'hommes tués.

Écrit par : Daniel | 05/10/2018

Répondre à ce commentaire

Croire que la "beaufitude" disparaîtra, c'est croire que l'humain s'améliore, or les mêmes choses se répètent indépendamment de l'éducation reçu.
Qui peut croire que les mères ont enseigné le manque de respect ?

Quant à la prise de conscience de certains hommes, qu'ils utilisent le "je", mais pas le "on". Je suis certain que la majorité des hommes ont du respect.

Quant au sexisme, on peut voir la difficulté à le définir. Des hommes vont voir du sexisme contre les femmes, là où les femmes voient de l'humour.
Tant qu'il y aura 2 sexes, il y aura du sexisme, il ne faut pas se prendre la tête. Seul, ce qui est dégradant, discriminant doit être combattu.

En résumé, je ne crois pas à l'homme nouveau, mais je crois beaucoup plus en des hommes moins passifs lorsqu'ils sont témoins de sexisme dégradant.

Écrit par : motus | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Je ré-écris ce que j ai cité ci dessus sur cette "histoire" crasse de sexisme à l assemblée nationale française où un député s est comporté comme un porc (cependant, pardon pour le porc!).

Je le ré-écris:" Édith Cresson notamment a fait les frais. Ainsi, lors de son discours de politique générale qui ne plaisait pas à un député, ce dernier s est permis de demander à haute voix : "Elle est bien roulée, tu crois qu'elle a une culotte ?"


Et où est la solution à tous ces cas de figure?

Si l Assemblée en question avait des députés, moitié Femmes et moitié hommes, est ce que cet incident aurait eu lieu? Non, je ne le pense pas. Néanmoins, l éventuelle compétence de l un/une ou de l autre doit être aussi alignée avec le minimum d Education et du Respect, l un sans l autre n est pas imaginable.

Le député en question n-a-t il pris les femmes présentes comme une petite minorité figurative.

Françoise Giroud avait dit en 1983:"L égalité Homme/Femme n est pas encore acquise en France. La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente.”

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Faire usage de la force contre les plus faibles est un des aspects qui caractérise le machisme: cette lâcheté se retrouve presque partout dans les rapports humains.

Écrit par : Mère-Grand | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Faire usage de la force contre les plus faibles est un des aspects qui caractérise le machisme.

Bien que je suis d accord avec ce que @Mère-Grand dit mais les Femmes ne sont pas les plus faibles.

Elles sont bien plus fortes que les Mâles et puisqu on redoute leur force, on essaie par tous les moyens de les rendre faibles et leur faire croire qu elles sont les plus faibles.

De ce fait, j avais relevé dans mon texte ci dessus que si la moitié de l assemblée nationale françiase(ANF). en question était des femmes, de tel incident n aurait pas eu lieu ou qu une de ses femmes députés serait allée lui cracher à la figure (ou un bon coup de poing sur la gueule à celui qui se demandait si telle, Mme Edith Cresson le cas échéant, avait une culotte ou pas)...En tout cas, ce député voyou et crassouillard a été réprimé par l ANF, faudrait il le signaler et dont acte...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Le vrai visage du féminisme. La vérité en face, pour ceux qui doutent encore...

Aaron Russo (cinéaste), lors d’un entretient avec Nick Rockefeller, révèle la vérité sur le féminisme et comment, entre autre malfaisance, celui-ci a été créé pour déstabiliser la société.

Du cynisme à l’état pur !

https://www.youtube.com/watch?v=v0b5eHk-mfQ

Écrit par : Thierry Theller | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Merci du lien à cette video, Thierry Theller...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Ceux qui se plaignent de "la beaufitude" n'ont encore rien vu; "l'islamitude" va leur en faire voir d'autres ...

Écrit par : Maendly | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Encore un petit dernier lien pour la route (psychiatrique ?).

Attention ! Cette camelote visuelle, d’une durée de 2mn 57’, est peut-être contagieuse.

Ici,la folie est de sortie... Méfiance, donc !

Les ravages du féminisme : https://www.youtube.com/watch?v=Eik-b-UKPhA

Écrit par : Thierry Theller | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Thierry Theller,

Franchement, la 2 ème vidéo que vous avez mise est d une vulgarité inouie!

Je ne vois nullement qu est ce qui vient foutre le sujet du Féminisme dans cette vidéo de malades psychiatriques se prenant pour des artistes.

Ce n est pas parce qu il écrit "les ravages du féminisme" que cette vidéo a à faire avec le féminisme, c est un faux drapeau bas de gamme.

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/10/2018

"Mais au-delà de ces aveux touchants, lirait-on quelque part ceux de femmes qui reconnaîtraient s’être comportées en garces pour ne pas dire salopes qu’elles se revendiquent être, pour certaines?".

Je suis abasourdi de voir à quel point les hommes, tous les hommes, sont traumatisés par l'affaire Weinstein, pour faire court, qu'ils semblent prêts endosser à leur propre compte tout ce qui peut s'apparenter de très près ou de très loin à une agression sexuelle.

Cale me paraît tellement évident qu'ils semblent ne même pas avoir lu la phrase que vous consacrez au sexe féminin. J'avoue ne pas bien savoir comment interpréter cette attitude.

Tout comme je suis surpris - au moment où je lis - qu'aucune femme n'ait encore réagi à vos propos qui pourraient vous valoir quelques solides inimitiés, voire une accusation de traîtrise à la cause...

Écrit par : Michel Sommer | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

Michel Sommer,

Sur un ou deux réseaux sociaux où ce sujet a été partagé, des femmes ont réagi ...et souscrit au propos tenu dans ce sujet.

Mais j’ai bien compris que vous songiez à d’autres, moins enclines à soutenir le point de vue qui y set exposé ...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/10/2018

Répondre à ce commentaire

"les hommes, tous les hommes, sont traumatisés"
Non monsieur. Pas tous. Certains se réjouissent. Certains disent: enfin! Moi par exemple.

Écrit par : Daniel | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

Y en a marre !!

Voyez-vous, même vous, Mme Richard Favre vous tombez dans le panneau !!

"On se comportait comme des porcs....", titre de votre article polémique et pas constructif signifie mettre tous les hommes dans le même panier !!

Non madame je ne suis pas d'accord ! De tous temps il y a eu des dérapages, certes, mais il y a eu aussi de tous temps des hommes qui se sont parfaitement bien comportés, c'est une question d'éducation, de respect d'intelligence et de savoir-vivre.

Le Metoo est simplement une démonstration de plus de notre inféodation à la "culture" (!) US, prude et coincée (en façade) et où tout se règle hors du bon sens devant les tribunaux avec des sommes colossales en jeu. Elle est également le résultat d'une immigration massive sans volonté politique d'imposer (oui j'ose le mot) aux arrivants nos valeurs et traditions.

D'ailleurs, l'égérie fondatrice du Metoo n'est-elle pas elle-même une harceleuse (voire plus), ayant acheté le silence d'une de ses "victimes" à coup de centaines de milliers de dollars ?

Revenons sur terre, ayons un peu d'intelligence et sachons faire la part des choses !!

Écrit par : A. Piller | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

A. Piller,

Votre fougue lus honore, votre lecture un peu moins. Le titre de mon sujet de blog n’est pas celui que vous citez et tronquez selon cette humeur qui vous envahit soudain.

Relisez-le, relisez aussi le sujet lui-même, le commentaire de Michel Sommer et la réponse que je lui apporte et, si vous n’en avez pas encore eu assez, les nombreux autres précédents sujets de blog que j’ai consacrés à cette problématique.

Après cela, peut-être, vos ardeurs et votre emportement trouveront-ils à s’apaiser, je vous le souhaite de tout coeur.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/10/2018

@A. Piller,

Je n ai jamais lu sur ce blog, entre autres, quelqu un qui insinue que la moitié de la planète-terre donc environ 4 milliards d Hommes (plus exactement 3.8 milliards)sont considérés tous comme des porcs.

Rappelons nous que dans le passé on utilisait le terme "moutons noirs" qui existent effectivement, hélas, dans toute classe sociale, politique, religieuse, professionnelle etc...

Le terme soft de moutons noirs est aujourd hui remplacé par un autre plus hard dit le porc bien que des excuses sincères doivent être présentées aux porcs en les assimilant à ces salauds d hommes (et plus rarement et parfois des femmes).

Sans être hors sujet et dans cette amalgame de généraliser en mal absolu souvent sciemment et plus rarement inconsciemment, on étiquette tous les Russes d être des idiots d espions. Et de même que tous les iraniens d être des terroristes, les 1.4 milliards de musulmans d être tous à éradiquer car ils sont tous soit des terroristes Daechiens et Al Qaydistes soit des terroristes potentiels, et les 1.6 milliards de catholiques qu on nomme soit péjorativement les "Cathos" soit pire encore sur d autre blogs du TDG comme des "Chrétiens sans E", c à d des Chrétins...Et le cas de figure du combat "contre les porcs" sus cité comme si on considère chaque mâle comme un salaud de porc de harceleur-violeur ce qui est totalement faux, toxique et contre productif...

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 07/10/2018

LA GUERRE DES TOILETTES
Par Israël Adam Shamir

Lien : http://lesakerfrancophone.fr/la-guerre-des-toilettes

Tempête dans un verre d’eau et zizanie sexiste contrôlée. Nick Rockefeller aurait-il fait mouche ? https://www.youtube.com/watch?v=v0b5eHk-mfQ

En attendant, le Nouvel Ordre Mondial n’attend plus - pour achever sa besogne de destruction sociale-, que tous les nigauds soient tombés dans le panneau mondialiste. Pendant ce temps là, les « Femen », elles, applaudissent…

Écrit par : Thierry Theller | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

Le Nouveau Ordre Mondial/NOM, l Impérialisme américain, Le God Bless America et Le in God we trust est inscrit sur le billet vert, c est à mélanger si God n est-il pas ce billet vert?

Au nom de leur "God" qui est le Dollar, tout s achète et se vend même l effacement et l éradication de l Afghanistan, de l Irak, de la Libye, de la Syrie, du Yémen, des palestiniens. Ailleurs, God Dollar ne vise qu à rendre le citoyen du monde entier un con-sommateur sans foi ni principe ni morale ni de s e reconnaître dans un pays ou une nation ou avoir une patrie... Et tout le reste sont des foutaises.

Tant que l Europe de l UE ne s est pas encore détachée à 100% de Washington, le vieux continent reste dans la tourmente de sa chute indéniable.

Heureusement que la Chine, la Fédération de la Russie et l Inde, entre autres ont ouvert une ou plusieurs voies pour un futur monde multi-polaire et multi-latéral mais la la route est encore longue...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 07/10/2018

Ma réflexion sur ce déballage depuis tous ces mois me porte à croire que tout cela est instrumentalisé, manipulé.....et ça marche! Les hommes sont déboussolés et les femmes s'avancent comme des déclarantes de guerre.

Totalement absurde, plus personne ne se parle, mais on s'affronte. Alors je me dis : Est-ce la conséquence d'un féminisme outrancier? Est-ce un lâcher prise des hommes qui n'ont plus LEUR place?

Non, un système bien rôdé, bien maitrisé organise tout ça, et comme on ne peut plus déclarer une guerre dans cet occident -"si évolué"- que l'on programme la déstabilisation généralisée; les minorités sexuelles ont tout l'espace de parole, les antispecistes de même, les migrants clandestins bien que dans l'illégalité ont plus de droits que les Autochtones. On dénigre systématiquement les positions politiques (pourtant majoritaires ou gouvernantes) qui veulent -remettre de l'ordre dans ce foutoir débridé-.
Même la justice a perdu son bon sens.

Tout cela heurte les consciences voire fait monter la colère et comme l'a dit Gérard Colomb, installe un face à face qui va dégénérer inévitablement.

Donc en alimentant cette stratégie par des commentaires en continu on génère le mouvement et on permet à la déstabilisation de s'amplifier.

Une homme reste un homme, une femme reste une femme. Nous avons su évoluer au cours des siècles et des ans, alors regardons si vraiment de nouveaux pas en avant ne nous mèneraient pas au bord du précipice. Et soyons honnêtes avec nous même.
A quel moment avons nous vraiment été -dans la juste mesure-? Une fois la réponse donnée, ayez le courage de revenir en arrière, comme pour la protection du climat, que chacun commence par faire un bout du chemin.....retour, par et pour lui même.

Beau dimanche à Tous.

Écrit par : Corélande | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

Quelle femme dit ou dira qu'elle a tiré ou va tirer son coup"!?

Il y a des pratiques que les femmes recherchent et des pratiques comme la pénétration anale que les femmes haïssent tout en la subissant soit pour "lui faire plaisir" soit parce que "si je refusais il irait ailleurs"!
Une autre pratique que je ne présente pas sur le blog mais qui fait les femmes non sans avoir parfois jusqu'à avoir "ensuite" craché, recraché voire vomi sur le lavabo en se rinçant longuement la bouche... alors que la sexualité au départ assure la procréation en ne faisant pas confondre le lieu de la défécation bien qu'excitable avec celui de la procréation avec… dans l'ensemble quelle confusion des sentiments ce d'autant plus que les énergies sexuelles et spirituelles sont jumelles!?

Autre point: le féminisme des unes n'était pas le féminisme des autres.
Celui auquel je pense n'avait absolument pas pour but de déstabiliser la société mais de la faire avancer socialement non contre ou sans les hommes mais avec eux.
Consulter si possible les archives de radio Lausanne et Genève les émissions de Marie-Claude Leburgue puis de Vera Florence consacrées à ces thèmes du combat féministe d'alors: objectifs, perspectives et "Réalités" (nom de l'émission) des lundi après-midi 14 heures aux jeudi ou vendredi même heure) des années septante.

Écrit par : Myriam | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Charles 05
"Bien que je suis d accord avec ce que @Mère-Grand dit mais les Femmes ne sont pas les plus faibles."
Disons qu'elles se trouvent très souvent plus dans une position de faiblesse que les hommes. Pensez au sort des filles et des femmes en Inde et ailleurs. Rien à voir avec la situation qui prévaut dans notre société.
Mais mon propos était en fait beaucoup plus général, visant aussi bien les petits salauds (et semble-t-il, de plus en plus souvent, salopes) qui s'en prennent aux "faibles" (y compris ceux qui sont différents) dans les cours d'école que les bandes qui tabassent une inconnu dans nos rues. On peut facilement élargir le champ des exemples.
Bien à vous aussi.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

J'ajoute à mon propos précédent, l'exemple de tous les soldats de toutes les armées du monde qui violent sans honte les femmes et les filles dans les territoires conquis. Je ne sais pas ce qu'il en est des femmes soldats, je doute qu'elles se comportent aussi comme des cochonnes à ce point.
Le phénomène n'épargne même pas les casques bleus et autres "soldats des droits de l'homme" chargés de protéger les habitants des régions touchées par la guerre et autres désastres naturels.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

« Je ne sais pas ce qu'il en est des femmes soldats, je doute qu'elles se comportent aussi comme des cochonnes à ce point. » écrivez-vous, Mère-Grand.

Peut-être que ce triste cas vous reviendra en mémoire. L’article est à lire dans sa totalité car il indique pourquoi sinon comment cette femme soldat en est arrivée à se comporter mais aussi ce qu’elle exprime comme regret ou éventuelle compassion envers les victimes:

« L'ex-militaire dit n'éprouver aucune compassion pour ses victimes. "Leur vie est meilleure, ils s'en sortent mieux. Ils n'étaient pas innocents. Ils essaient de nous tuer et on voudrait que je leur présente des excuses ? C'est comme si l'on demandait pardon à l'ennemi", assure-t-elle. »

https://www.nouvelobs.com/photo/20160825.OBS6879/torture-humiliations-les-photos-qui-ont-revele-l-horreur-d-abou-ghraib.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

Cela dit et, si jamais, à l’attention de Monsieur A.Piller, l’un des très nombreux sujets que j’ai consacrés à ce qui me préoccupe tout autant que vous toutes et tous, les relations entre hommes et femmes:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/01/21/j-ai-vu-des-hommes-et-j-ai-vu-autant-de-femmes-sans-hashtag.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Hélène Richard-Favre
Il est possible que l'exemple que vous donnez reflète une attitude générale. J'espère que non, mais nous savons tous que les circonstances de la guerre peuvent révéler ce qu'il y a de pire en nous.
Elle semblent notamment donner aux jeunes soldats mâles la possibilité de s'affranchir des codes sociaux et des inhibitions qui les empêche dans la vie civile de manifester un instinct issu de notre animalité, un véritable rêve, celui de d'accoupler avec autant de femmes (ou femelles puisque j'évoque l'animalité) que possible.
Je ne sais pas dans quelle mesure l'instinct de se faire ensemencer par autant de mâles que possible, que l'on trouve chez certaines espèces animales non humaines, existe de manière significative dans la nôtre, et pourrait donc se manifester dans une armée composée exclusivement ou en majorité de femmes combattantes.
Si c'était le cas, elle pourrait être tempérée par diverses caractéristiques, dont la conformation physique, une inhibition sociale plus forte en fonction des codes sociaux, une empathie supérieure liée notamment au rôle joué dans la maternité et sa fonction protectrice.
Quoiqu'il en soit, et je suis très conscient de la difficulté qu'il y a d'affirmer quelque généralité dans ce genre de sujets, je ne crois pas qu'en dehors des quelques différence que j'ai affirmées plus haut, les hommes soient fondamentalement pires que les femmes ... ou vice-versa.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

" je ne crois pas qu'en dehors des quelques différence que j'ai affirmées plus haut, les hommes soient fondamentalement pires que les femmes"
Je pense que statistiquement ils sont pires, car ils ont plus de pouvoir ou d'argent ou des deux.
Dans le cadre du domicile, beaucoup plus de femmes sont tuées que d'hommes.
Je pense que cette donnée est très significative.

Écrit par : Daniel | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Daniel
A la relecture je me rends compte que nous sommes malheureusement d'accord, car il n'y pas vraiment de hors des "quelques différences que j'ai affirmées plus haut".

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Mère-Grand,
Pourquoi malheureusement? Ne sommes-nous pas souvent d'accord? Trop souvent?

Ces questions ne sont pas rhétoriques.

Je précise toutefois et je corrige: "ils sont pires" à remplacer par "certains sont pires", car je pense que beaucoup plus d'hommes se comportent correctement et respectueusement que ceux qui sont visés ici.

Autre précision: je pense réellement que le problème est le pouvoir et son abus. Tous les cas ne peuvent-ils pas se résumer à celà?

Mère-Grand: avez-vous vu le film "Week-end à Zuydcoote"?

Écrit par : Daniel | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@Daniel
J'ai écrit "malheureusement" à cause de la conclusion, contraire à mon idée d'égalité morale entre les sexes, et non à cause de la concordance de nos opinions.
"Certains sont pires" est inclus dans votre "statistiquement".
"le problème est le pouvoir et son abus. Tous les cas ne peuvent-ils pas se résumer à cela?"
Il faut bien évidemment du pouvoir pour qu'on puisse en abuser, mais je cherchais plutôt les raisons de cet abus.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

@ Mme Richard-Favre et Charles 05

Merci pour vos lignes et réponses même s'il me semble avoir été mal compris.

Ce que je veux dire, c'est que le sujet de ce blog et son titre "tronqué" ou pas, crée un amalgame dangereux.

Il y a 2 choses : le "on" donc généralisation globale sur le genre et le "dit un homme" donc caution supplémentaire puisqu'il s'agit d'une critique/confession faite par un homme...

Il aurait dû écire ; "je me suis comporté comme un porc"

Une chose est sûre cependant : le Metoo engendre des réactions débiles et disproportionnées de part et d'autres.

Les dénonciations, très tardieves (10-20-30 ans après les faits) sont presque toujours motivées par l'appât du gain ou une volonté de nuire, politiquement ou professionnelllement à une personne. Comment voulez-vous, après si longtemps, pouvoir enquêter sur ce qui s'est passé (ou pas) ?

Il en va de même pour les allusions de Mmes Mazzone ou Amaudruz qui, face caméra, disent avoir été victimes d'harcèlement mais refusent de porter plainte en mettant un nom, un lieu, une date sur des agissements clairement explicités à qui de droit.

Et pendant ce temps, combien sont-elles, les femmes en situation précaire, dans les hôtels, les sociétés de nettoyage, les usines, les grandes surfaces qui elles, subissent un vrai harcèlement de la part de leur chef d'équipe, leur contremaître ou chef de rayon ? Celles-là ne parleront jamais, elles ont trop peur de perdre leur place et personne n'en parle...

Trouvez-vous cela normal ?

Écrit par : A. Piller | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

A. Piler,

Vous insistez et créez vous-même l’embrouille.

L’intitulé de ce sujet est clair. Vous vous égarez lorsque vous nous expliquez que «  Ce que je veux dire, c'est que le sujet de ce blog et son titre "tronqué" ou pas, crée un amalgame dangereux. »

L’amalgame n’est ni dans l’intitulé du sujet de ce blog, ni dans le sujet lui-même.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/10/2018

@Mère-Grand
"J'ai écrit "malheureusement" à cause de la conclusion, contraire à mon idée d'égalité morale entre les sexes, et non à cause de la concordance de nos opinions."
Ah! Mauvaise interprétation de ma part. Autant pour moi. (Tout ramener à soi, faudrait que je travaille sur ça!)
"Certains sont pires" est inclus dans votre "statistiquement".
Hummm, pas exactement puisque la statistique portait sur une différence hommes-femmes. Il est vrai que statistiquement seule une (infime?!) minorité passe à l'acte.
"Il faut bien évidemment du pouvoir pour qu'on puisse en abuser, mais je cherchais plutôt les raisons de cet abus."
La sagesse? La morale? Un principe qui a de la peine à devenir universel: ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'autrui te fit?
(A méditer en ce qui concerne les islamistes qui sont prêts au "martyr", mais là nous sommes dans le lavage de cervelle et la perversion.)

Écrit par : Daniel | 07/10/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

Petit clin d’oeil en relation avec votre emploi de « autant pour moi » ...

Lapsus alors que vous nous expliquiez, sous un précédent sujet de ce blog, la différence entre « autant pour » et « au temps pour » et l’erreur d’usage de plus en plus fréquente entre les deux?

http://bescherelletamere.fr/autant-pour-moi-ou-au-temps-pour-moi/

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/10/2018

Mme Richard-Favre,

Je vous remercie pour votre clin d'oeil.
Clin d'oeil pour clin d'oeil:
https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe/autant-au-temps-pour-moi/

Et étant un anti-militariste dans l'âme, vous comprendrez ma préférence.
De plus mon père ne jure que par le Grevisse et le Littré...
Et enfin j'ai l'argument ad populum...
"l’usage de « autant pour moi » semble prédominer ces dernières années."
En fait pratiquement tout au long des 19e et 20e siècles.

Écrit par : Daniel | 08/10/2018

Répondre à ce commentaire

Merci du retour de clin d’oeil qui indique, soit une habile pirouette, soit un net assouplissement envers l’usage de la langue, Daniel.

Je retiens, quoi qu’il en soit, tout comme j’avais retenu, vous le constatez, votre remarque d’autrefois...ou d’un autre temps déjà, semble-t-il.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/10/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.