22/10/2018

En toute impunité, où sont les ####?

Capture d’écran 2018-10-22 à 16.42.44.png

Parmi les violences faites aux femmes, d’aucuns reconnaissent les contraintes imposées par telle ou telle religion. A juste titre, bien sûr et surtout lorsqu’elles vont jusqu’à entraîner la mort.

Nombre de combats sont menés contre pareilles pratiques et cependant, elles persistent.

Mais bien d’autres violences subies par les femmes les propulsent dans des univers où l’abus n’est plus sanctionné parce que tarifé.

Regardez, par exemple, celles qui se jettent dans le porno amateur. Souscrire aux #metoo et autres #balancetonporc n’est pas leur souci

Elles s’offrent pour quelques poignées d’euros et se font abuser en toute légalité cynique. Au prétexte que nombre de femmes auraient besoin de gagner leur vie, on la leur fait payer.

Quant aux mères porteuses, cet article nous apprend comment elles sont retenues en quasi captivité. Rien à dire, rappelez-vous comment la gestation pour autrui avait été défendue en France, par feu Pierre Bergé!

Et cet homme a usé de toute son influence sur la présidentielle de 2002 et sur celle de 2012.

En l’occurrence, les ### pour dénoncer la violence faite à autant de femmes auraient-ils envahi les réseaux sociaux?

Parce que le droit au plaisir et à l’enfant ne vaut pas qu’on se soucie de ces esclaves du sexe et de la stérilité des couples?

 

 

Commentaires

La GPA est un asservissement de la Femme monstrueux, terrible, qui détruit la victime de façon plus irrémédiable encore qu'un viol. Et soyons clairs, entre autres crimes contre nos sociétés, les LGBT ont mis tout leur poids pour l'obtenir. Je sais, je ne vais pas me faire d'amis et cela prouvera exactement ce que je dis : le premier crime de ces mouvements sectaires est de diviser profondément nos sociétés.

Écrit par : Ariane Grazioli | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Théorie queer et pulsion de mort (lee edelmann) pour mieux comprendre!

Écrit par : Dominique Degoumois | 24/10/2018

Ces femmes martyrs ont-elles les moyens de se faire engager pour gagner leurs vies autrement?

Si non, ne faut-il pas, en premier lieu, revoir leurs parcours scolaires?

Revoir l'école?

En notre société de marché et de techniques IA, robots, etc., qui privent et priveront de plus en plus les gens de places d'emploi... qui sort de passivité, d'indifférence ou de lâche résignation pour appeler les classes moyennes à se mobiliser?

Qui fait appel à la solidarité entre vivants?

"Qu'ils ou qu'elles créent leurs propres entreprises" est la réponse de ce temps de mensonge.

L'acquis social n'est jamais gagné une fois pour toutes.

IL faut toujours être vigilants et reprendre ou ne pas laisser tomber le combat social.

La revendication pour la fin de ces inégalités dont on dit qu'elles "ne sont pas une fatalité mais un projet": en finir avec les classes moyennes en en pratiquant l'"extinction" pure et simple.

Nous ne naissons pas égaux.

Parlons un instant fossés.

Fossés à combler impliquent que les victimes enfoncées en leurs fossés comme en des trous ne peuvent pas se sauver seules.
Qui, aujourd'hui, prend encore la peine de nous apprendre qu'il faut leur tendre la main?

Il est désormais de bon ton de démolir brutalement, sauvagement ce qui ne rend pas service à la société de marché: les églises qui, à part leurs défaillances gravissimes, ont pratiqué, pas leurs hiérarchies, il va de soi, mais les simples fidèles, et religieux et religieuses travailleurs sociaux, assistants, infirmiers, éducateurs (en aucun cas pas tous pédophiles) le service social au prochain de manière indiscutable.

Non seulement Les fondateurs d'ONG se sont inspirés de la démarche plus que modestement sus-décrite mais ils ou elles ont travaillé en rapport avec ces fidèles engagés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison Miyriam, nous ne naissons pas égaux. C'est justement la raison pour laquelle une société dite "évoluée" se devrait de prendre soin des plus fragiles, au lieu de systématiquement (excuser la tournure grivoise de mon propos) lécher le cul des puissants. Excellente soirée.

Écrit par : Ariane Grazioli | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Bien vu je ne doute pas, après avoir lu l'article de la Tribune il y a quelques jours, concernant les 6 agresseurs de ces 5 pauvres femmes, une nuit du mois d'aout dernier, au centre ville, que l'on a à faire une fois de plus à des hommes qui sont incapables de respecter des femmes qui ne sont pas voilées, et qui plus est, qui ose sortir la nuit, entre copines dans une discothèque! Et pas un seul commentaire indigné de femmes de gauche sur cette affaire!!!! Au départ la bagarre c'était 6 hommes contre 1 seule femme, on voit le genre de type à qui on a à faire!!!!! Une femme voilée n'a pas le droit de sortir le soir!

Écrit par : Dominique Degoumois | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Dominique Degoumois,

En l’occurrence, ici, il s’agit d’une part, de jeunes femmes qui tournent des films pornographiques amateurs et qui se font abuser par des attentes autres que celles qui leur ont été présentées au départ et d’autre part, de femmes qui sont condamnées par la misère, à porter les enfants de couples stériles.

S’agissant de ce qui s’est passé à Genève, rappelez-vous, une manifestation avait eu lieu sitôt après l’agression que vous mentionnez. Ensuite, il est vrai qu’on n’en a plus beaucoup entendu s’indigner mais peut-être que d’autres manifestations de leur part m’ont échappé?

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22/10/2018

A corriger, à moins que ce soit volontaire:
"dans le prono amateur."

Écrit par : Daniel | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, Daniel!

Voilà qui est rectifié, grâce à votre volonté à vous de m’avoir signalé cette coquille :-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22/10/2018

Merci pour votre sujet sur pb de 2013. Je ne suis pas surpris outre mesure. Mais je sais mieux pourquoi je détestait déjà cette "personne". Qui a aussi contribué à faire élire mac rond. Et pour cause!

Écrit par : Daniel | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Avez vous remarqué que mêmes les femmes concernées par le sexisme, le féminisme, l inégalité Homme-Femme, le #MeToo ou pas le #MeToo...etc...

On ne demande pas à ces femmes leurs avis quant à ces problèmes les concernant. Il y a toujours des mecs-experts qui savent plus que d autres, surtout plus que les femmes sur ce qu il y a dans la tête de ces femmes et ce qui est le mieux pour elles ou pas et on essaie de leur mettre à leurs places...Apprenons à leur demander ce qu elles en pensent et appliquons le..
L amour n est pas de le dire mais de comprendre l autre(de part et d autre)

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 22/10/2018

Répondre à ce commentaire

Je constate qu'aujourd'hui dans les bus et partout, les jeunes garçons/hommes mais aussi les jeunes filles/femmes s'interpellent exclusivement avec le mot "-MEC"! De voir un groupe de jeunes filles, toutes fraiches et très féminines, s'interpeller d'un -MEC!!! très sonore, me pose un gros problème de sens! C'est comme sur les pages de conjugaison de verbe du Figaro sur google, où les "il/ils" ont totalement disparu, seules persistes les elle/elles! Un genre qui n'a plus de genre! Pour ce qui est des manifestations qui ont eu lieu après l'agression de ces femmes je n'étais pas à Genève au moment de cette agression! J'ai été agressé il y a près de 10 ans par 10/12 jeunes, j'ai finis aux urgences, je sais donc ce que ces pauvres femmes ont vécu, elles resteront marquées à vie, et deux d'entre elles également physiquement! Pour ce qui est de l'avis des femmes, la pression sociale et politique empêchent beaucoup de monde de dire ce qu'ils pensent vraiment! L'insécurité et la violence que nous vivons tous partout aujourd'hui par exemple! Pour la gauche c'est raciste et réactionnaire de l'exprimer!

Écrit par : Dominique Degoumois | 23/10/2018

Une suite a notre affaire genevoise d'agression contre ces 5 femmes, en France encore plus fort, près de 10/15 hommes sont recherchés par la police après le viole collectif d'une jeune femme près de Toulouse, à proximité d'une discothèque! Les images de ce viole ont été diffusées sur Snapchat! Comme quoi les réseaux sociaux sont vraiment pour les asociaux!!!!! Mais puisqu'on vous dit qu'il n'y a pas d'insécurité!!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 24/10/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.