04/11/2018

Ombres sur la ville ...

IMG_0186.JPG

Chaque premier dimanche de novembre, à Genève, se tient une cérémonie face au Mur des Réformateurs. On y célèbre la mémoire de la Réforme dont on a fêté le 500e anniversaire l’an dernier.

Quelle que soit la relation qu’on entretienne à l’Eglise, quelque soit la confession des un(e)s et des autres, nier l’Histoire ou tenter de la reformuler reste, on le sait, une pratique à laquelle d’aucuns s’adonnent sans scrupules.

De fait, chacune et chacun y va de son regard sur celle que l’on appelle aussi la Cité de Calvin.

Au moment où les agissements de ses autorités municipales révèlent toute leur dimension, comment dire, humaine? Trop humaine? Très humaine, toutes sortes de réactions se font entendre, ce qui, en soi, n’a rien de très surprenant.

C’est pour l’estime que leur portent encore les citoyen(ne)s lambda que nombre d’entre elles et eux expriment leur amertume. C’est pour ne pas s’être encore totalement détourné(e)s de la chose politique que certain(e)s citoyen(ne)s réagissent.

Certes, nos élu(e)s ne sont pas des dieux ni même des demi-dieux et on n’attend pas qu’elles ou ils le soient!

Autant de projections sur la personne humaine s’observe pourtant encore et toujours. Or, on le sait bien, un(e) élu(e) agit en fonction de contraintes mais aussi, s’il ou elle en est doué(e), avec talent et charisme.

Mais à se livrer à pareilles pratiques telles que celles qui ont été visées par le rapport de la Cour des Comptes de Genève, l’Exécutif de sa Ville a montré qu’il en était loin.

Et surtout, qu’il avait bien peu d’estime pour tant de celles et de ceux qui contribuent à s’acquitter de l’impôt alors que leurs fins de mois sont difficiles.

Pareil mépris affiché blesse celle et celui qui a encore quelque respect pour la fonction exercée par les autorités auxquelles il a accordé sa confiance.

Quant à celui qui présidait jusqu’il y a peu le Conseil d’Etat de Genève, autant éviter d’en parler à lire comment  cette journaliste a été traitée par quelques fanatiques, bien sûr...

 

Commentaires

"l’Exécutif de sa Ville a montré qu’il en était loin."
Encore une fois: qu'en est-il de la responsabilité du conseil municipal qui a voté les lignes de crédit?
Depuis combien d'années?

Écrit par : Daniel | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

Toute la question posée aux autorités genevoises quant aux affaires Maudet et Barazonne est:

1- S il s agisse d erreurs (involontaires selon le dernier, M. Barazzone) ou d abus car ce dernier est bien plus dangereux.

2- De surcroît, nous commençons à nous demander si les résultats de leurs mandats et leurs promesses à ce jour ont été à la hauteur de ce qu on entendait d eux avec, entre autres, 260 000 FS.- par année..

3- Si les deux grosses ou moyennes affaires citées ci dessus avaient été commises non pas par la droite, aurait on dit moins ou bien pires qu aujourd hui sur des éventuelles futures affaires des socialo-gaucho-communisto-verto...etc?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

Charles 05,

C’est l’ensemble de l’Exécutif genevois qui est visé, toutes couleurs politiques confondues. Aussi bien, même si l’élu de droite Guillaume Barazzone apparaît avoir été le plus dépensier, ses collègues socialistes Sansrine Salerno et Sami Kanaan, sa collègue Verte Esther Alder et son collègue d’Ensemble à gauche Rémy Pagani ne sont pas non plus épargnés par le rapport de la Cour des Comptes.

Pour le reste et la manière avec laquelle cet Exécutif s’est comporté envers la Cour des Comptes, je vous renvoie une fois encore à cet interview de l’auteure dudit rapport. Elle en dit long sur les méthodes de ce panel, toutes couleurs politiques confondues, pour contrôler la Cour:

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/isabelle-terrier-concernant-lutilisation-de-largent-public-nous-avons-constate-une-grave-defaillance-?id=9966170

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

Le Conseil municipal a voté les crédits, pas les dépassements, qu'il ne peutcontrôler, rôle dévolu à la seule Cour des comptes.
En plus, M Barazzone a inventé les frais de gosier, en sus des frais de bouche.

Écrit par : Tryphon | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

En suède une politicienne a dû démissionner pour avoir acheté une barre chocolatée avec l'argent du contribuable, à Genève nos politiciens peuvent s'acheter la fabrique de chocolat, avec l'argent du contribuable, sans problème et sans devoir démissionner! J'exagère à peine!!!! Quand est il des compétences de ces petits roitelets? Pour ce qui est des problèmes d'encombrants, qui squattent nos trottoirs 365 jours pas an sans que cela gène barazzone! Vous croyez qu'il aurait changé de système? Eh bien non! 2 jours pas mois est le meilleur système, en plus tout ce qui pourrait être recyclé le serait! Là on voit des petits meubles vandalisés, alors qu'ils étaient en bon état quelques jours plus tôt! Idem pour des monceaux de fringues qui jonchent nos rues! Alors qu'ils devraient être donnés à des oeuvres caritatives! En tout cas nos édiles verts ne sont pas très réactifs!!!! Ils mangent trop!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

"Le Conseil municipal a voté les crédits, pas les dépassements"
Oui, vous avez raison. Le montant forfaitaire se monte à 13.200 Fr. (1200 téléphonie, 5000 voiture[?], 7000 représentation) + 6.500/an pour le maire. Mais cela ne comprend pas les "invitations": 10.000 Fr en plus à disposition par année. Et donc nous avons au total 23.200 Fr. de dépenses autorisées (+ 6.500 pour le maire au prorata du nombre de mois). Alors qui a dépasssé les forfaits alloués et votés par le CM?

Détail des dépassements:
GB: 15.232
SK: 3.715
RP: -3.283
EA: -5.298
SS: -12.103

Et encore je n'ai pas tenu compte du forfait autorisé per diem (qui devrait faire baisser quelque peu les dépassements).

"C’est l’ensemble de l’Exécutif genevois qui est visé, toutes couleurs politiques confondues."
Non. Seulement GB et SK.
Comme quoi l'emballement sur ce sujet est lui-aussi malsain. La montagne accouche d'une souris.

Moralité: voter pour une femme, elles sont moins dépensières.
Ce qui est inadmissible, ce sont les dépenses privées passées sur frais professionnels.

Écrit par : Daniel | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

Dès le début de cette affaire, votre position a été claire. Vous le confirmez une fois de plus bien vous en prenne!

Pour les autres, voici, parmi la multitude d’articles sur le sujet. Souris ou montagne, au choix:

https://www.letemps.ch/opinions/notes-frais-balade-mediatique-geneve-ors-republique

https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/gtg-27099115

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 04/11/2018

Répondre à ce commentaire

Mme Richard-Favre,

"Dès le début de cette affaire, votre position a été claire."
Je vous admire de savoir ainsi que j'ai une "position claire". Moi qui croyais que je cherchais à comprendre et à ne pas fourrer tout le monde dans le même sac. Ce n'est pas vous qui avez clamé votre indignation face à la "curée" qui selon certains soutiens du voyageur d'Abou Dhabi se manifestait contre leur politicien chéri?

Et là, il s'agit de quoi? Le CA est traité comme un seul homme (façon de parler bien sûr), faute collective? Non, les chiffres le démontrent. Mais en tous les cas, punition collective, on fourre tout le monde dans le même sac. J'y vois une revanche des plr vu qu'il n'y a pas de plr au CA. Et pourquoi ne parle-t-on pas des Directeurs? Certains aussi ont "dépassé". Mais chut la cible, c'est le CA. Les chiens sont lâchés. Pour des broutilles. Tant qu'une corruption n'est pas démontrée. Tant qu'une instruction judiciaire n'est pas déclenchée. Et contre telle ou telles personnes, car il n'y a pas de responsabilité collective comme veulent nous le faire croire les lyncheurs.

PS: votre position est "claire", surtout en ce qui concerne le voyageur d'Abou Dhabi. Dont on attend toujours la démission. Comme l'écrit PH, il a la surveillance des Communes, mais - j'ajoute - il n'a plus aucune crédibilité pour le faire.

Écrit par : Daniel | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

Moi c'est la suite qui m'intéresse, à quoi va ressembler le parachute doré ou le placard doré sur tranche qu'on lui réserve, une fois que cette affaire sera oubliée!!! Soyons claire c'est tout le système qui est pourri, les centaines de dealers que l'on voit tous les jours dans nos rues le prouve bien! Etat/Mafia complices!

Écrit par : Dominique Degoumois | 05/11/2018

Pour conclure les quelques propos que je tenais ici encore hier, je voulais préciser ce qui suit, sur la justice genevoise! Elle ose mettre à Champ-Dollon pour 12 jours et plus des genevois de plus de 70 ans, qui ont toujours payés leurs impôts et leurs loyer! Qui sont des hommes respectables, mais qui contestent à raison des contraventions! 12 jours avec des délits de droit commun et des criminels! Mais là pas de manifs de la gauche devant les canons, ce ne sont que de vieux suisses! Les dealers de drogue ont tous d'office 2 avocats pour les défendre, quand ils sont arrêtés par la police, ils déposent immédiatement plainte contre les policiers, pour "propos racistes" et "violence physique" (même s'il n'y a eu ni l'un ni l'autre!!) et ils sont immédiatement relâchés, voilà la justice genevoise c'est ça!

Écrit par : Dominique Degoumois | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

« Pour des broutilles », écrivez-vous.

Et le comportement? Vous le négligez?

Tout comme le CA, « comme un seul homme » -pour reprendre votre expression parfaitement adaptée- a négligé le contribuable?

Mieux, tout comme ce CA, « comme un seul homme » a agi d’une manière jamais vue encore, selon l’auteure du rapport de la Cour des Comptes?

Alors?

« Comme un seul homme » on se défend de tout regard qui viendrait révéler des pratiques communes?

« Comme un seul homme » on veut contrôler l’autorité de contrôle?

Si ces agissements du CA « comme un seul homme » vous semblent être des « broutilles », c’est votre bon droit de le considérer ainsi.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

Quant à ce que vous voyez, Daniel, à savoir « une revanche des plr vu qu'il n'y a pas de plr au CA », vous faites peu cas de l’indépendance de la Cour des Comptes!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/11/2018

Répondre à ce commentaire

"Quant à ce que vous voyez, Daniel, à savoir « une revanche des plr vu qu'il n'y a pas de plr au CA », vous faites peu cas de l’indépendance de la Cour des Comptes!"
Je vois que le sujet est très sensible et que j'ai visé juste. L'indépendance de la CC est primordiale et je la félicite chaleureusement pour son travail. Ce que je vois c'est une exploitation politicienne de ce rapport de la CC. Je me demande si vous avez lu ce rapport...

Ce que je regrette, c'est que ce rapport n'identifie pas pour plusieurs dépenses fautives ou frauduleuses le ou les conseillers qui y ont eu recours. Sauf dans deux cas, quand il est question des dépenses de taxis (supérieures à 3000 Fr.) où il est possible d'identifier les Conseillers mis en cause sur la base des montants rapportés.

Il y a eu des comportements incorrects, abusifs, frauduleux, mais je veux savoir qui. Et qui n'a pas eu ces comportements. Or vous condamnez en bloc, vous mettez tout le CA dans le même sac. Si vous n'avez pas compris ça...

Et bien sûr vous n'évoquez pas les réglements, voire les lois, inadaptés. Ce qui est le travail du CM.

Et je maintiens que cette curée MEDIATIQUE contre le CA est du pain béni pour le plr.

Et j'attends le même travail d'analyse de la CC pour les autres Communes et pour le CE. Merci.

J'attends la démonstration, par exemple, que Salerno a commis une dépense fautive ou frauduleuse.

Écrit par : Daniel | 06/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

Votre élan, que dis-je, votre passion vous emporte.

Que vous vous attribuiez d’avoir « visé juste » vous regarde.

Mais un peu de retenue n’est pas interdite, ce blog n’a jamais eu vocation à se substituer à aucun tribunal.

Donc non, ici, il n’est pas question de « condamner ».

Mais de relever que le sujet soit « sensible », oui, il l’est et les multiples réactions qui l’entourent le démontrent.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/11/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Richard-Favre,

"Votre élan, que dis-je, votre passion vous emporte."
Ce point de vue personnel vous appartient, je ne le partage pas.
Je cherche simplement à faire la part de choses et à attribuer à chacun ce qui lui revient ou non.
Enfin je note que la phrase citée ci-dessus est un sophisme ad hominem qui résonne comme une insulte et que vous ne répondez pas à ma question sur Salerno.
Monsieur Décaillet l'a fait à votre place:
http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2018/11/06/il-n-y-a-pas-d-affaire-salerno-295361.html

Maintenant allez-vous dire à Monsieur Décaillet que sa passion l'emporte aussi?

Merci de m'avoir lu.

Écrit par : Daniel | 06/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

J’observe que ce n’est pas la première fois que vous sectionnez un de mes propos pour n’en rendre qu’un reflet partiel.

Donc je le restitue ici dans son ensemble et non tel qu’il vous arrange:

«  Daniel,

Votre élan, que dis-je, votre passion vous emporte.

Que vous vous attribuiez d’avoir « visé juste » vous regarde.

Mais un peu de retenue n’est pas interdite, ce blog n’a jamais eu vocation à se substituer à aucun tribunal.

Donc non, ici,
il n’est pas question de « condamner ».

Mais de relever que le sujet soit « sensible », oui, il l’est et les multiples réactions qui l’entourent le démontrent. »

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/11/2018

@Daniel,

Personne ne pourrait contester que le plus dépensier est M. Barazzone au moins selon la Cour des Comptes. Attaquer Mme Salerno, par exemple et entre autres en tête de liste bien plus que M. Barazzone est une hérésie, non ? Je suis certain que cela n est pas votre but, non ?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/11/2018

Addendum,

Il n y a pas d affaire Salerno.

Mme Salerno a montré à ce jour une très bonne gestion des Finances municipales. Tous les audits externes l'ont montrée. Je répète que sur la liste des cinq concernés de dépassement de notes de frais, elle est à la cinquième et dernière position. Je répète, bis, que le premier est
M. Barazzone qui a été le plus dépensier (erreur involontaire ou abus...à voir...).

C est assez malhonnête de s attaquer à elle. Quand on aurait réglé les fautes /erreurs/abus des 4 premiers, il serait légitime d ouvrir son "dossier" et tirer toutes conséquences ...mais pas aujourd hui ça ne déplaise à qui que ce soit...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 07/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.