07/11/2018

Surveiller les unes et les uns mais pas les autres...

Capture d’écran 2018-11-07 à 15.48.52.png

Jusqu’au 25 novembre prochain, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur différents objets de vote. L’un d’eux consiste à modifier la loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales, (LGPA) aussi connue simplement comme « base légale pour la surveillance des assurés ».

Le journal en ligne Le Matin de ce 6 novembre publiait un article intéressant sur le sujet.

Il évoque, entre autre, le rapport à géométrie très variable que certaines factions politiques entretiennent avec ce qui est considéré relever de la sphère privée.

La manière avec laquelle les unes et les autres défendent leur position sans trop se préoccuper de cohérence au regard de ce que signifie cette « sphère privée », y est soulignée à juste titre.

Il est bon de relever, en effet, la contradiction qui anime les défenseurs de cette « sphère privée ». Car celle-ci ne semble concerner, pour eux, que les avoirs bancaires mais pas le capital santé.

L’article évoque le montant des pertes enregistrées suite aux abus commis envers le fisc et envers les assurances sociales. 

Si, selon l’adage bien connu, comparaison n'est pas raison, cela n’implique pas pour autant de la cohérence d’un raisonnement, qu’elle soit défaillante.

 

Commentaires

"semble ne semble "
Petit correction à apporter.

Merci pour l'article du Matin.

Écrit par : Daniel | 07/11/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, Daniel!
Corrigé :-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/11/2018

Répondre à ce commentaire

Cela dit, oui, cet article du Matin vaut vraiment d’être lu!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/11/2018

Répondre à ce commentaire

Excellent blog et bon article du Matin.
La géométrie variable est bien d'actualité.
Je connais un accidenté qui a souffert et qui en souffre encore d'un problème important de l'épaule gauche depuis 2ans.(Epaule gelée).
Un détective a commenté ses photos et vidéos en disant: Je n'ai vu aucune réduction de mobilité du bras droit, le patient bouge bien sa nuque.
Il a fallu désavouer cette enquête, car le patient avait mal à l'épaule gauche, qui n'a jamais bougé sur ses images et vidéos!
D'abord l'assurance ne l'a pas cru, et son médecin fut désavoué, jusqu'à ce qu'il apporte la preuve de ce qu'il avançait par des documents objectifs, réalisés par un autre médecin.
Heueusement, ces examens complémentaires ont confirmé la pathologie à gauche.
L'observation par détective doit être soumise à des règles strictes et effectuée par des enquêteurs très bien formés, non nommés par l'assurance.

Écrit par : Tryphon | 08/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.