16/11/2018

Bons baisers de Russie... sans la fiction

 

Bagdad, 2003, fiction

Comme énoncé dans le précédent sujet de ce blog, je me trouve en Russie pour y présenter mon dernier livre, Sans nouvelles d’Igor, Bagdad 2003 / Багдад 2003: Истории без продолжения.

Cette histoire, je l’ai imaginée se dérouler au début de la guerre en Irak, autrement dit, il y a plus de 15 ans.

Sa publication, cette année seulement, s’explique par le fait que sa traduction en russe a constitué un très stimulant projet didactique qui a été reconduit d’année en année plus de dix ans durant avec des étudiants.

C’est alors que la version russe définitive a été confiée à la traductrice de mes deux précédents recueils de nouvelles, Nouvelles de nulle part / Истории ниоткуда  et Nouvelles sans fin / Истории без окончания.

Le regard littéraire sur la guerre qui s’est livrée en Irak en 2003, je l’ai voulu en contrepoint à ce qui s’énonçait dans nos médias.

Ce que dévoile, peu à peu, le dialogue entre les deux protagonistes de l’histoire, révèle des quêtes aux issues hasardeuses sinon fatales pour certaines.

Sur fond de guerre et le temps d’une soirée, c’est une humanité qui apparaît avec ses désirs, ses fureurs, ses failles et ses attentes. 

Commentaires

Merci de nous faire part de l'accueil qui vous est réservé à Moscou, à vous et votre livre.

Écrit par : Daniel | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Merci à vous, Daniel!

Oui, il semble qu’organiser des présentations de mes livres dans la grande librairie Biblioglobus de Moscou ou dans la splendide Bibliothèque Majakovskaja de Saint-Péteersbourg soit plus simple que chez Payot -qui a tout de même accueilli celle de mon « Eclipse d’un poète solidaire » - ou que dans nos bibliothèques...

Ainsi va la vie!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Ahah! Il se trouve que j'ai passé une paire d'heures - si ce n'est plus - dans ce Biblio Globus à deux pas de la Lubyanka!

Cela me réjouit que vous soyez si bien accueillie!

Quant à la Suisse, je préfère garder le silence...

Écrit par : Daniel | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Tous mes recueils de nouvelles ont eu les honneurs de Biblioglobus, librairie immense, comme vous avez pu le constater, Daniel.

Ici, oui, c’est autrement plus réservé, semble-t-il?

Voici, juste pour le plaisir du partage: http://www.biblio-globus.ru/search/calendar/events

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Notre amie Hélène est célébrée cet après-midi à Saint-Pétersbourg pour son nouveau livre!

Je la félicite et encourage tous ses commentateurs à en faire de même!

Bon Week End

Écrit par : Tryphon | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Tryphon,

Vos mots me touchent, tout comme ceux de Daniel et des précédents commentateurs qui ont été déposés en relation avec ces présentations de mon dernier livre.

Après deux heures d’une rencontre avec un public aussi chaleureux que curieux et pointu dans ses questions, autant vous dire que le partage a été dense et intense.

Merci à vous, merci à toutes et à tous de suivre ce parcours littéraire si atypique de votre compatriote...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Atypique peut-être, mais tellement roboratif!

Le peuple russe est une peuple merveilleux de culture et d'intelligence.

Écrit par : Daniel | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, Daniel, merci de ces mots qui sonnent si vrai!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/11/2018

Mme H.R.-F, Bon sejour bien merite(mon clavier a l etranger ne prend pas les accents!

Bien a Vous. Bravo pour votre succes.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, Charles 05!

Ce qui m’a fortement émue, était cette présence attentive du public et les questions pointues qui m’ont été posées.

Et après deux heures que durait déjà la présentation, un terme a dû y être mis car d’autres événements avaient lieu qui nous ont obligés à devoir quitter la salle où nous nous trouvions.

Sans quoi, le public restait encore... tant la chaleur et l’intérêt ont animé l’après-midi.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/11/2018

Vous a-t-on posé des questions sur la Suisse et si oui leaquelles?

Écrit par : Daniel | 18/11/2018

Répondre à ce commentaire

Daniel,

Les questions si pointues et passionnantes qui m’ont été posées étaient liées à mes activités littéraires en général, à ma manière d’écrire et, bien sûr, aux thèmes abordés dans mon livre.

Donc tout s’est déroulé dans un contexte purement culturel et littéraire, je le précise tant on me prête je ne sais trop quel activisme politique, vous le savez, je m’en suis souvent ouverte ici-même.

L’accueil qui m’a été réservé hier, de l’avis même de la traductrice de mes trois derniers recueils de nouvelles qui était à mes côtés pour en parler, a été particulièrement dense, loin de toute complaisance et empreint de grande chaleur humaine.

C’est précisément ce qui a été si bienfaisant.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 18/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.