11/12/2018

France, regards de la presse et autres considérations générales

Capture d’écran 2018-12-11 à 16.12.22.png

On le constate, l’intervention du Président français, hier, n’a convaincu que (très?) peu de monde. Pourtant, la tâche qu’il avait à remplir n’était pas des moindres.

Certes, il est habile, Emmanuel Macron. Mais devenu si impopulaire que ce qu’il a proposé n’est pas passé comme il l’aurait sans doute souhaité.

Plutôt que de dire, ici, ce qu’il faudrait et ne faudrait pas, grand nombre de personnes, expertes ou pas, s’y ingéniant déjà, observer cette France se démener et tenter d’y voir un peu clair serait déjà pas mal.

Cependant voilà, on en est à se demander ce qui va arriver samedi 15 décembre prochain.

Parce que les gilets jaunes et celles et ceux qui s’y greffent pour toutes sortes de raisons qui les concernent, ne sont pas près d’en rester là où ils en sont arrivés ou pas.

Ils veulent beaucoup. Et le pouvoir en place, lui, ne veut pas renoncer à s’exercer. 

Situation d’affrontement garantie, d’aucuns en sont encore à dire que la France devrait, ne devrait pas, etc.etc.

La France est aux prises avec un mouvement duquel tout laisse à penser qu’il a déjà atteint son point de quasi non retour.

 

Commentaires

Lorsqu'on relit l'histoire, on constate que le scénario est toujours le même : au fur et à mesure que les oligarques prennent davantage de pouvoir (par l'argent), ils tirent de plus en plus sur la corde et accompagnent leur pillage de mépris et de déconsidération des peuples. Tout se passe comme si ces pilleurs se disaient "on leur en a déjà tant fait sans qu'ils ne disent rien... pourquoi s'arrêter?".
Sauf qu'il y a toujours un moment où une goutte d'eau fait déborder le vase et, cette fois-ci, c'était une taxe de plus... après une multitude d'autres.
Les profiteurs doivent se faire une raison, si cette fois-ci le mouvement reste à l'état de révolte, le prochain (sans doute très rapproché) se transformera en révolution.
"A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes" JFK

Écrit par : Ariane Grazioli | 11/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je pense qu on ne peut pas dire que Macron n a pas répondu en partie au moins à la demande du Mouvement d insurrection des Gilets jaunes.

Toutefois, avant de juger la valeur des ces promesses, il faudrait les juger à la mise en place et à l oeuvre. Peut être ces promesses vont encore endetter la France encore plus mais le futur président après lui se débrouillera..

Ce qui m a intrigué dans son discours de 13 minutes sont deux choses:

1--Le nombre de fois qu il a dit JE VEUX, savez vous combien? Quelqu un les a t il comptés les je veux je veux je veux...?

2--Par contre, il n a pas prononcé pas une seule fois, savez vous quoi? LE terme Gilets Jaunes, curieux, non?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2018

Répondre à ce commentaire

Le regard de la presse internationale sur Macron n est pas très honorable à son image d un leader de l UE, de même et hélas pour Merkel.

Secundo, les propos de M. Macron de créer une armée propre à l UE au lieu du bras armé des USA en Europe, bras dit l Otan, propos qui ne seront plus valables depuis l affaiblissement de l image autant de la France que de M. Macron.

In fine et tertio, il y a la position de la France et de M. Macron de ne pas s alligner avec la position nébuleuse des USA contre l Iran ...

Les trois points sus cités vont faire que les USA et leurs 2 autres alliés cul et chemise (Saoudie et Israel) vont faire payer à la France et surtout à Macron très cher...Ils vont peut être même lui envoyer quelques terroristes djhadistes...Que Dieu protège la France. Nous connaissons la règle:Quant tu n obéis pas trop, on ne te protège pas contre le terrorisme et si tu
t entêtes trop on te les envoie nous-même (puisqu on les a fabriqués et soutenus nous-même...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 11/12/2018

Répondre à ce commentaire

Les premiers initiants des Gilets Jaunes ont permis le dévolopptement d'une mobilisation massive et diverse qui a pu dire ses autres revendications d'ordre social, politique et enfin en convergence économique. Mais avec les quelques mineures concessions temporaires annoncées par Macron, les initiants sont ils satisfaits?

Il est probable qu'il soient divisés sur ce coup. Certains s'en contenteront, surtout si ceux-là n'avaient pas d'autres ambitions que celles d'un meilleur pouvoir d'achat, et l'abandon de la hausse de la taxe sur les carburants.
Je me mets à leur place et essaie d'imaginer leur état d'âme de ce soir: telles revendications, écrites en toute lettre sur le mur de Facebook, maintenues sur la durée de trois semaines, sont désormais satisfaites. Macron les a entendus et a apporté sa réponse positive en ce sens.
Doivent-ils cesser de manifester ou doivent ils continuer?
Mais alors sur quelles autres motivations?

A mon avis, ils vont cesser par honnêteté avec eux-même et vis-à-vis de ce qu'ils ont écrit et répété sur les antennes. Vis-à-vis de ceux qui se sont identifiés à eux, ils sont supposés vivre les même conditions économiques, puisqu'ils ont rejoint le mouvement.
Logiquement, le mouvement va s'affaisser si d'ici vendredi, aucune autre composante de Gilets Jaunes, dans quelque région de France, ne manifeste cette autre dimension politique comme on l'avait entendue dans les différents reportages. A aucun moment Macron n'avait abordé l'aspect politique pourtant relayé par des députés et maires, quant à plus de démocratie dans les décision importantes(référendum), à un autre système politique permettant une participation directe et populaire; à ume redistribution plus équitable (rétablissement le l'Impôt sur la fortune ISF; moins de charges pour les PME); à la remise en cause du carcan budgétaire imposé par Bruxelles etc. Sans ce cri, S'il se tait, le mouvement sera décapité et voué à mourir dans un silence général et contrit. On aura eu des blessés, des morts et de profondes meurtrissures pour rien.

En quinze minutes, le pouvoir aura triomphé.

Ce mouvement qu'on a qualifié de pré-révolutionnaire parce qu'il est l'expression de personnes non organisées, non structurées et non coordonnées qui se sont retrouvées en masse à tenir des piquets ici et là sur tout le territoire du pays. Tout le monde qualifiait ce mouvement de populaire et de révolutionnaire parce qu'il répugnait à être récupéré et encadré par les corps intermédiaire, de même il récusait la moindre tentative d'organisation et de la moindre de leur représentation par les leurs. Logiquement, il n'a plus aucune raison de continuer le combat. Ce qui voudrait dire qu'il est dans l'impasse. Ou alors ils est pleinement satisfait avec une centaine d'euros de SMIG.

Il n'y aura aucun acteur du "corps intermédiaire"(partis, syndicats, associations civiles)pour redonner du souffle et prendre la relève, ne serait-ce que pour porter ces autres attentes exprimées pendant le mouvement, les Gilets Jaunes avaient bien répétés qu'ils ne voulaient pas être récupérés d'aucune manière. Donc acte.

Il nous reste à savoir si le 15 décembre, beaucoup des Gilets Jaunes se mobiliseront
Les débats semblaient s'être amorcés de manière informelles...
Les listes de doléances restent, à cette heure, encore ouvertes dans certaines mairies.
De simples militants politiques ou syndicaux ont fait savoir qu'ils se tiennent à leur disposition en cas d'appel de leur part. Mais les appareils ont bien compris que leur intervention n'était pas désirables, ils comprennent aussi que leur relais après coup serait un non sens en plus du risque de se discréditer.

Les Gilets Jaunes restent souverains de leur décision de continuer leur mobilisation ou pas. Mais avec quelles claires revendications autres que celles des taxes alors qu'elles ont obtenu réponse?
Il faut, maintenant, être capable de rebondir sur une autre dimension. Celle politique. Du moins, la souhaitent-ils? De toute manière, il fallait, pour cela, une certaine expérience dans l'exercice de ses droits que la plupart des GJ avaient abandonnés depuis longtemps.
Pour se faire comprendre, il faut parler, mais surtout "dire". Mais sans les mots et sans ordre de priorité, comment aller plus loin? Hélas, c'est peut-être ainsi que les GJ auront perdu sur le fond faute de pouvoir se donner de vrais moyens.

C'est ce probable résultat qui m'attriste profondément.
A moins d'une regain insoupçonné impulsé par une autre catégorie de citoyens plus mal en point, plus habituée et, surtout, plus apte à se faire comprendre.

Après tout, c'est la détermination qui fait défaut aux victimes des violences d'où q'elles viennent.

Écrit par : Beatrix | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

J adhère totalement à ce que Mme H.R.-F. et Mme Beatrix ont écrit ci dessus.

Le mouvement des Gilets jaunes va s essouffler certainement à tort ou à raison.

D une part, M. Macron a donné une certaine réponse positive à leurs revendications, réponse partielle mais c est déjà bien pour un début!

D autre part, nous le savons qu un déplacement à Paris pour un seul samedi pourrait coûter à chaque gilet jaune et au bas mot de 100 à 200 euros. Un tel coût ne leur est pas possible puisqu on parle de pauvres qui n arrivent pas à boucler leurs budgets et qui ont un dilemme chaque fin de mois soit de payer leurs factures à EDF pour le gaz-électricité-eau soit d acheter à manger puisque leurs frigos sont vides , nous disent-ils.

In fine, si les Gilets Jaunes décident de vouloir continuer et/ou de pouvoir le faire via un mouvement de blocage et d insurrection, chose qui appartient à eux seuls, ils n ont qu à l appliquer chacun dans sa propre région et non plus à Paris!



Aussi, je me permets de reprendre cette citation de Mme H.R.-F. publiée sur une autre page de ce blog: "Dans un pays déjà mis à mal, la violence s’ajoute à la violence. Très en pensée avec les Alsaciens, les Strasbourgeois, les proches et les familles des victimes."

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/12/12/strasbourg-la-france-saigne.html

Écrit par : Charles 05 | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

Charles 05,

C’est à la position de Beatrix que vous adhérez « totalement » quand vous écrivez que:
« Le mouvement des Gilets jaunes va s essouffler certainement à tort ou à raison. »

Car si vous me relisez vous trouverez ceci:

"Cependant voilà, on en est à se demander ce qui va arriver samedi 15 décembre prochain.

Parce que les gilets jaunes et celles et ceux qui s’y greffent pour toutes sortes de raisons qui les concernent, ne sont pas près d’en rester là où ils en sont arrivés ou pas.

Ils veulent beaucoup. Et le pouvoir en place, lui, ne veut pas renoncer à s’exercer.

Situation d’affrontement garantie, d’aucuns en sont encore à dire que la France devrait, ne devrait pas, etc.etc.

La France est aux prises avec un mouvement duquel tout laisse à penser qu’il a déjà atteint son point de quasi non retour. »

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

Mme H.R.-F,

Merci pour votre réplique. Je prend note et nous verrons ce qui va se passer ce 15.12...Je n ai aucun pronostic à pouvoir formuler, on verra bien. Ce qui est évident est qu autant ce mouvement de Gilets Jaunes que le gouvernement se trouvent, comme on dit, sur une autoroute et c est difficile de s arrêter n importe où ni de quitter l autoroute, il faut attendre la prochaine sortie...

Bien à vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

En tout cas, la malheureuse fusillade d Alsace va être exploiter afin de freiner salir les Gilets Jaunes et les mé(r)dias sauront très bien le faire, ils ont l habitude!

C est à croire presque qu il est bien plus dangereux de porter un Gilet jaune qu un fiché S et le pire est qu un seul gugusse qui manifesterait se trouverait en étant à la fois fiché S et portant un gilet jaune...Méthodes répandues, rodées et bien connues par les hauts lieux de la piscine et par les mé(r)dias...On verra bien...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

"Je me mets à leur place et essaie d'imaginer leur état d'âme de ce soir: "
Non, vous n'êtes pas à leur place et vous ne serez jamais. Tout votre discours est vain. Vous n'êtes pas eux, vous n'êtes pas allé discuter avec eux. C'est zéro comme attitude. Vous ne savez rien. Pures divagations.

Écrit par : Daniel | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.