12/12/2018

Quand, soudain, Kremlin et Pussy Riot...

Capture d’écran 2018-12-12 à 14.23.24.png

A force de relayer leur amour de la Russie, les rédactions de grands médias français nous réservent quelques petites merveilles.

Rendre compte de soupçons émis à l’encontre du Kremlin quant au rôle qu’il jouerait dans le cadre du mouvement des gilets jaunes et, en même temps, informer du fait qu’une Pussy Riot était allée à leur rencontre?

Les responsables d’autant de médias réalisent-ils qu’à s’obstiner ainsi à persuader leur public de l’omniprésence de Vladimir Poutine, ils en arrivent à l’associer à celles qui n’ont de cesse de dénoncer son pouvoir?

Certes, le démenti officiel du Kremlin a, lui aussi, été publié

Mais bon, comme le danger a été déterminé russe et que la contradiction ne les avait pas même alertés, que nos chevaliers blancs poursuivent sur cette lancée!

Après tout, que risquent-ils, le ridicule n’a jamais tué personne...

Les fichés S, oui.

 

Commentaires

Nous vivons une époque passionnante... détestable sous bien des aspects, mais passionnante. Grâce à internet (notre mémoire) et aux réseaux sociaux (les informations re-visitées), nous pouvons constater tous les jours que les "zélites" ont perdu encore plus de points de QI que nous. Ils n'arrivent plus à prendre de décision cohérentes, ni à communiquer sans se marcher sur la langue. Un autre petit exemple :
Le Monde : plus de 1700 arrestations à Moscou contre le Tsar Poutine
Libé : 1723 interpellation de Gilets Jaunes
Tout de même
Russie : plus de 170 mios d'habitants
France : moins de 80 mios...
Mais bon, je dis ça, je dis rien !

Écrit par : Ariane Grazioli | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

La présentation des Gilets Jaunes par la presse anglo-yankee:
http://www.unz.com/chopkins/the-indiscreet-charm-of-the-gilets-jaunes/

Remarquable analyse. Quand l'intelligence s'exprime.

Premier commentaire au bas de l'article:
"Go France. You ushered the era of unbridled capitalism with the first French Revolution, I guess it’s your job to help us get rid of it with a second French Revolution."

Écrit par : Daniel | 12/12/2018

Répondre à ce commentaire

Pssst ...

Me croiriez-vous si je vous disais que ... Nika Nikulshina ... ben figurez vous que ... Nika ... c'est une fake pussy riot !

Si si si !!!

Une idée géniale de Vlad. La récupération du nom Pussy Riot.

Payée en secondes d'auto publicité dans les médias russes pour décrocher des contrats d'ambassadrice de charme de la contre-culture et du soutien populaire russes.

Avouez qu'elle s'en sort mieux que Brigitte Macron, hein ?

Écrit par : Chuck Jones | 13/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.