17/12/2018

Réflexions en marge

IMG_0544.JPG


Tant est dit et continue de s’énoncer sur le mouvement des gilets jaunes qu’il est inutile d’en rajouter ici.

Par contre, observer comment les positions des analystes, experts ou pas, tentent de suivre sinon de coller aux agissements des manifestants est intéressant.

A côté des grands mots s’ils en sont, parmi lesquels le poujadisme figurait en bonne place, les postures, voire les prédictions n’ont pas manqué.

On a également vu, ici, comment autant d’écrivains et d’intellectuels qui avaient exposé le malaise ont été pris en compte. C’est que tout cela, sans doute, n’a dû être considéré que comme de la littérature.

Autrement dit, circulez, il n’y a rien à voir. 

A vrai dire, tel est le sort qui attend en général celles et ceux qui tentent de faire entendre un autre son de cloche que celui qui doit carillonner tous azimuts.

Parce qu’un pouvoir en place tient à se maintenir.

Et qu’à cette fin, tous les moyens sont bons. Le mensonge, l’abus en sont. Jusqu’à ce qu’ils soient découverts. Ce qui n’aura pas empêché leur puissance d’action.

On l’a vu pour l’Irak, cet article le rappelle fort bien d’ailleurs. Pour quelle leçon à en tirer?

Aucune.

 

 

Commentaires

Aussi s'interroger sur l'âge du capitaine, celui qui mène le navire. On n'en a pas parlé. Et pourtant ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 17/12/2018

Répondre à ce commentaire

Voici qui, au-delà de l’analyse proposée, montre comment un pouvoir a toutes les envies de se maintenir...

https://www.letemps.ch/opinions/democratie-directe-version-gilets-jaunes

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/12/2018

Répondre à ce commentaire

Et cependant, à lire certains articles au sujet du RIC, certains parlent d' « enfumage » ...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/12/2018

Répondre à ce commentaire

Le sujet évoqué par Hélène Richard-Favre est important et particulièrement bien évoqué. Le traiter par une boutade, comme j'aurais voulu le faire, est une erreur et n'a entraîné aucune réaction. Pourtant il est vrai, comme mentionné dans cette analyse, que les phrases et les mots n'ont pas manqué en amont. Et ainsi peut-on s'étonner que le pouvoir en place n'ait pas « vu venir le coup ». Aussi de s'interroger sur l'âge du président de la République et sur sa maturité, d'où la boutade sur l'âge du capitaine, qu'on dirait pour sourire à la fin d'un repas et pour ne pas en pleurer. La cinquième République a connu bien des crises, comme la France sait presque seule en vivre et s'en accommoder. En politique, comme au combat, on s'identifie à son chef, s'il en est un ...

Écrit par : Gérard BIENVENU | 18/12/2018

Répondre à ce commentaire

A propos de "Réflexions en marge", lire le dernier billet de Décaillet. Personne en Suisse ne sait de qui il parle et personne en France ne s'intéresse à ce que pense Décaillet.
Mort de rire, comme disent les vieux jeunes !

Écrit par : Géo | 18/12/2018

Répondre à ce commentaire

On apprend que le principal opposant à Mac Rond, Eric Drouet, a été arrêté et mis en garde à vue. Il risque plusieurs années de prison pour participation à une manifestation interdite, détention d'arme et incitation à la violence.

Tiens, ça me rappelle quelque chose, mais je ne sais plus trop quoi...

Écrit par : Daniel | 23/12/2018

Répondre à ce commentaire

"Tiens, ça me rappelle quelque chose, mais je ne sais plus trop quoi..."
Merci à Madame Bechet-Golovko, ou quand une idée est dans l'air...
http://comite-valmy.org/spip.php?article10739

Écrit par : Daniel | 24/12/2018

Répondre à ce commentaire

J’avais lu, en effet, ce billet de Karine Bechet-Golovko, Daniel, dont le lien ci-après indique aussi les commentaires:

http://russiepolitics.blogspot.com/2018/12/vous-aviez-adore-navalny-pourquoi.html#more

La comparaison qu’elle établit entre Navalny et Drouet est, bien sûr, intéressante au plan juridique avec cet article quelle cite de la CEDH.

Pour le reste, je serais plus réservée car, ne vous y trompez pas, je l’ai écrit dans un de mes récents sujets consacrés à la Russie, la mondialisation y opère bel et bien!

La classe bobo moscovite n’a rien à envier à celle de nos bobos à nous. Certes, Moscou n’est pas la Russie mais tout comme Paris n’est pas la France. Et à côté de Moscou, en plus marqué encore, vous avez Saint-Pétersbourg.

Ces changements, dans ces deux capitales en tous les cas, je les observe chaque fois que je m’y rends et chaque fois, j’y vois la mondialisation de plus en plus agissante...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 24/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.