19/01/2019

Quelle histoire!

Capture d’écran 2019-01-19 à 22.54.48.png

                                                                                                 photo@AASIB.org

Lorsque l’on découvre une histoire telle que celle-ci, l'envie de la partager et de la faire connaître du plus grand nombre s'impose.

Car sauf à avoir manqué un épisode, un buzz internet aussi vite remplacé par un autre, il ne me semble pas avoir trouvé relayé dans aucun de nos médias francophones du moins, le sort tragique qui a été réservé à Anna Tuv.

Le 26 mai 2015, à Donetsk dans le Donbass, suite à un bombardement des forces ukrainiennes, la jeune femme a perdu sa maison, son mari, un de leurs trois enfants, sa main et son avant-bras gauche.

Une paille, en somme, en tous les cas, pas de quoi émouvoir nos journalistes si prompts, pourtant, à nous sensibiliser au sort de tant de victimes de tel ou tel « régime » ou autre « dictateur ».

Pour bénéficier de l’aide qui lui a été apportée par une association italienne, Anna Tuv a été obligée de trouver refuge en Russie car il lui a été impossible de se procurer de visa pour sortir du Donbass.

Je vous invite à découvrir ici ce qu’est devenue cette jeune femme. On trouve aussi quelques moments forts de son histoire sur le site de l’association qui lui est venue en aide. 

 

Commentaires

Voici sa maison... le jour du bombardement.... https://www.youtube.com/watch?v=U34-_DKb2H0

Écrit par : Thalie Thalie | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Merci Thalie Thalie de ce rappel d’une scène cauchemardesque et pourtant bien réelle.

Et pour les amateurs de droits humains, rappelons que ce bombardement assassin a eu lieu après les accords de Minsk I et II...

Rien à dire, la violence subie par les uns ne doit sans doute pas ressembler à celle d’autres qui leur vaut fidèles relais médiatiques...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Mme H.R.-F.,

Comme vous le dites à juste titre et afin que cette "Histoire" datant quand même de mai 2015(!!) soit répandue 24/24 et 7/7 et qu elle puisse "émouvoir nos journalistes si prompts, pourtant, à nous sensibiliser au sort de tant de victimes de tel ou tel « régime » ou autre « dictateur »" il aurait fallu un autre scénario mais dans le sens inverse.

Je m explique. On aurait entendu cette "version" jour et nuit depuis 4 ans si c était la Grande Russie et/ou Poutine et non pas les forces ukrainiennes qui avaient bombardé la maison de cette Donbassienne et qui avaient tué son mari, un de leurs trois enfants et qu il lui a fait perdre sa main et son avant-bras gauche, cette affaire aurait fait le tour du monde pire que l affaire Skripal pour ne citer que celle-là!.

Comme quoi la fabrique de l intox (terme à à un autre blog.tdg.ch , confrère, de M. Bruno Hubacher) qui ne fonctionne à plein régime que dans une seule direction c à d contre l Est dont la Russie et le Sud...

Bien à Vous.
Charles 05

NB:Au cas où...

http://bhubacher.blog.tdg.ch/archive/2019/01/13/la-fabrique-de-l-intox-296690.html

Écrit par : Charles 05 | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Et oui, Charles 05, et pour rappel, avec les commentaires très intéressants qui ont suivi...

https://www.youtube.com/watch?v=ASG8kuSdAXU

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Que dire...
Face à la folie des hommes, de la guerre (auquelle j'ai contribué) et de la géopolitique, des innocents, comme Anna et sa famille, ont payé un lourd tribut.
Le principal problème, c'est comment relayer ce type d'information auprès des néophytes ?
Car une personne comme moi ou Yelena somme automatiquement qualifié de Russe ou pro-russe.
Ce n'est pas faux et je ne m'en cache pas. Mais, malgré tout, pourquoi ces personnes qui nous jugent comme tel, ne vont pas au fond des choses et qu'elles n'essaiyent pas de regarder le fond plutôt que la forme ?
Pourquoi n'essaiyes-t'elles pas de se faire leur propre opinion avec toutes les cartes en main ?
Je crains d'avoir certaines réponses.
D'une, les médias occidentaux sont toujours aussi puissants, quoique certains pensent qu'ils sont en perte de visibilité et d'influence. Je n'en crois rien, la preuve avec l'élection de Macron en France en 2017.
De deux, une certaine paresse intellectuelle, qui veut que si la télé, la presse écrite ou la radio proclament que les Russes sont les méchants, c'est que cela doit-être vrai.
Voilà pourquoi, des victimes comme Anna Tuv, sa famille mais aussi des milliers d'autres personnes des deux côtés de la ligne de front passe sous les écrans radars des médias mainstreams !
Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant (mais pas neutre) à Donetsk (DNR).

Écrit par : Sébastien | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

www.aasib.org/AnnaTuv

Actuellement en italien, espagnol et russe. Bientôt ecn anglais et en français

Écrit par : ennio bordato | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup, Ennio Bordato!

Et quel résultat, grâce à cet immense élan de solidarité que vous avez réussi à soulever!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Plus nous en parlerons mieux ce sera:
https://fr.sputniknews.com/international/201901201039708757-habitante-donbass-proposee-prix-nobel-paix/

https://sputniknews.com/europe/201702121050598463-ukrainian-woman-italy-prosthesis/

https://fr.sputniknews.com/international/201711221033993450-anna-tuv-donbass/

Pour information: les lecteurs de l'immonde, de "libération" et du figaro n'ont JAMAIS entendu parler d'Anna Tuv.

Une presse mensongère, possédée par des millionaires ou milliardaires, des "journalistes" payés pour n'avoir aucune conscience, et le contribuable français qui subventionne ces crottes. On comprend l'attitude des Gilets Jaunes envers la "presse" aux ordres.

Écrit par : Daniel | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Merci de ces deux articles, Daniel.

Et la suite du sujet...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2019/01/20/candidature-au-nobel-de-la-paix.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.