20/01/2019

Candidature au Nobel de la Paix

Capture d’écran 2019-01-20 à 17.17.14.png

                                                                                capture d’écran @AASIB-org

En 2015, le Prix Nobel de littérature a été accordé à une femme qui a réussi à dire de la Russie qu’"à 86%, elle se réjouissait de voir les gens mourir dans le Donbass ».

Par une lettre ouverte traduite en russe par Arkadij Beinenson, je m’étais exprimée sur ce seul fait énoncé par la lauréate.

Voici qu’est proposée au Prix Nobel de la Paix, cette fois, Anna Tuv, la jeune femme du Donbass de laquelle il a été question dans le précédent sujet de ce blog

Alors que Svetlana Alexievitch a été adoubée par la communauté internationale pour les raisons qui la regardent, offrir à Anna Tuv les mêmes chances d’être honorée serait une belle façon de compenser le regard porté par la première sur le Donbass.

Une pétition en faveur de la candidature d’Anna Tuv au Prix Nobel de la Paix est en ligne.

La signer, c’est rendre hommage à la force et au courage d’une femme qui, portée par l’immense élan de solidarité qui s’est organisé autour d’elle, a su retourner le destin qui s’est abattu sur elle.

De victime majeure qu’elle a été, elle est désormais engagée au service d’autant d’invalides et autres blessés de guerres. Respect et honneur lui soient rendus, avec ou sans Nobel.

 

Commentaires

Tous ces prix, que ce soit les Nobels, Goncourt, Pulitzer, Eurovision de la Chanson, etc.. sont toujours attribués à des personnes favorisant la diffusion d’idées du « politiquement correct, égalité des sexes, LGBT, anti-racisme, mondialisme, peace and love » ... l’art décadent quoi !
On va bientôt toucher le fond .

Écrit par : Richard Kohler | 21/01/2019

Répondre à ce commentaire

слава свободний Донбасс!

Écrit par : Erwan AUTESSERRE | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

Voici le lien à l’article qui est paru dans la presse italienne en relation avec la candidature d’Anna TUV:

http://press.russianews.it/press/dal-donbass-un-germoglio-pace/

Et ci-après, la traduction française:

"DU DONBASS UN PRINTEMPS DE PAIX

Rome - L'une des candidates au prix Nobel de la paix 2019 pourrait être victime de la tragédie de la guerre "invisible" au cœur de l'Europe. Le prestigieux prix décerné par le comité norvégien examinera également la candidature d'Anna Tuv, une jeune femme de Gorlovka dans le Donbass, qui depuis 2015, année où il a été directement touché par les effets dramatiques de la guerre, se bat pour la paix. Dans le Donbass et dans le monde.

C'était le 26 mai 2015 quand une bombe a touché la maison où Anna vivait avec son mari et leurs trois enfants. Trois roquettes ont complètement détruit la maison et marqueront à jamais la vie d'Anna. Sous les bombes dirigées contre une maison de civils, son mari et leur fille de 11 ans ont été tués. Les deux autres fils du couple, respectivement de deux ans et de quinze jours le plus petit, sont restés gravement blessés, avec des conséquences encore à venir. Comme la même Anna qui a dû subir l'amputation d'un bras. La période suivante a été marquée par de fortes difficultés bureaucratiques pour Anna qui, après de nombreux efforts, a réussi à obtenir l'implantation d'une prothèse moderne qui lui permet désormais de mener une vie un peu meilleure avec ses enfants, traumatisés à jamais.

Une aide efficace, le soutien le plus important, a été fournie à Anna d'Italie. La prothèse a été implantée par Inail of Budrio grâce à la ténacité de l'association "Aidez-nous à sauver les enfants", une organisation italienne à but non lucratif qui opère depuis des années dans les pays de l'ex-CEI et qui a sauvé la vie de dizaines de victimes de guerre ou d'enfants qui sont dans des conditions économiques non durables. Donbass ces dernières années et précédemment Beslan avec les très jeunes survivants de l'attaque terroriste de l'école en 2004, les enfants qui ont vécu la guerre en Ossétie du Sud et en Abkhazie, mais aussi les enfants d'Arkhangelsk, Volgograd, Moscou.

Juste l'association AASIB, était le principal promoteur de la candidature d'Anna Tuv au prix Nobel de la paix. Anna, au cours des quatre dernières années, a beaucoup voyagé en Europe, notamment en Italie, Serbie, Danemark, Allemagne, Saint-Marin, Russie, racontant la guerre et prêchant la paix, à partir de sa tragique expérience personnelle, dans l'espoir que "les enfants ils ne doivent plus jamais connaître la guerre. "

Hier, Anna est rentrée en Italie, le "pays qui lui donnait de l'espoir" et à qui elle se sentait particulièrement proche, compte tenu de l'accueil toujours chaleureux qu'elle reçoit partout où elle se rendait dans la péninsule. Cette fois, elle est revenue pour la présentation de sa candidature au prix Nobel par le biais d'une conférence de presse tenue dans la salle de presse de la Chambre des députés à Montecitorio à Rome avec le soutien, ainsi que par l'association des promoteurs de la candidature représentée par son président, dott. Ennio Bordato, également par quelques membres de la Ligue par l'intermédiaire du secrétaire de la Commission des affaires étrangères et communautaires sur Vito Comencini, par le sociologue dr. Mauro Murgia, qui a traité avec l'ex-zone de l'URSS et de nombreuses autres personnalités dans le domaine de la solidarité, du journalisme et de la société italienne.

Avec l'espoir que, comme en Italie, même à Oslo, ne tenez pas compte de l'espoir que "l'enfer sur la terre de guerre ne sera pas vécu par les enfants du monde entier »."

Luca Pingitore

Tags: Abkhazie, Anna Tuv, Arkhangelsk, Beslan, Chambre des députés, CEI, Danemark, Donbass, Ennio Bordato, Europe, Allemagne, Gorlovka, Italie, Luca Pingitore, Mauro Murgia, Montecitorio, Moscou, Oslo, Ossétie du Sud, Prix Nobel , Rome, Russie, Saint-Marin, Serbie, Vito Comencini, Volgograd

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.