23/02/2019

Comment la RTS informe du 5e anniversaire de la destitution du Président Viktor Ianoukovitch

Capture d’écran 2019-02-23 à 12.21.34.png

Hier 22 février, dans le cadre de son journal télévisé de 19:30, la RTS a rappelé les cinq ans, jour pour jour, du coup d’Etat qui a causé le départ du Président ukrainien Victor Ianoukovitch.

Il est certain que les termes de « coup d’Etat » n’ont pas été prononcés par les journalistes de la chaîne publique suisse. Ils n’en sont pas moins ceux de nombreuses personnalités de tous bords qui ont contesté la position imposée par l’Occident.

Car pour cette partie du monde, bien sûr, le Président déchu Victor Ianoukovitch l’a été selon les règles les plus démocratiques qui soient.

Tant est si bien que désormais, on parle du désenchantement qui habite nombre de celles et de ceux qui l’avaient conçu comme bouffée d’oxygène et d’espoir.

Dans ce même téléjournal du 19:30 de la RTS, il a aussi été fait mention de rues qui étaient rebaptisées car les Ukrainiens voulaient se démarquer du passé partagé avec leur « grand voisin », russe, faut-le préciser.

Mais de quelles rues voulait parlait le journaliste, cela, les téléspectatrices et les téléspectateurs de la RTS n’auront pas pu l'apprendre.

Je les invite, dès lors et qui le souhaite, à lire ce sujet que j’avais précisément consacré à ce changement de nom de rues avec, en référence, le regard édifiant que porte un historien polonais. 

Les signes néo-nazis, que tous les Ukrainiens ne partagent pas, je tiens à le souligner, s’affichent néanmoins sans honte, à Kiev. Preuve en a été donnée ici à de multiples reprises et tout récemment encore.  

Ne pas s’habituer à ce qu’informer, pour une chaîne publique, revienne à passer comme chat sur braises sur ce qui gênerait sa bonne parole, c’est exercer son sens critique et citoyen.

 

21/02/2019

Sémantique, instrumentalisation, déni

Capture d’écran 2019-02-21 à 21.55.03.png

Par centaines et centaines, tant sur Facebook que sur LinkedIn, vous avez cliqué sur « J’aime » en réaction au précédent sujet de ce blog.

Autant dire que la problématique qui y est soulevée vous a parlé. Parce que, lequel de nos médias a traité de ces mouvements néo-nazis qui s’affichent sans complexe en Ukraine?

Lesquels de nos députés et autres représentants politiques européens ont osé le dénoncer? Il en est, oui, qui ont su faire la part des choses. Mais pour aussitôt être catalogués « pro-Russes ».

Or pointer ceux qui, soi-disant allaient envahir l’Ukraine, les Russes donc, dominait et domine encore le champ médicatico-politique.

Et maintenant, pour qui souhaite ne pas céder à la confusion sémantique à laquelle donnent lieu certaines actualités, voici une vidéo qui devrait leur permettre de rester vigilant.

Merci à Daniel, habitué de ce blog, de nous en avoir indiqué la référence, précisément sous le précédent sujet de blog auquel je vous remercie toutes et tous d’avoir porté pareille attention.

 

19/02/2019

La France s’émeut de l’antisémitisme et soutient un pays où s’activent les néo-nazis

Capture d’écran 2019-02-19 à 23.23.17.png

Un homme, identifié comme ayant évolué dans la mouvance salafiste en 2014 et filmé à visage découvert en train de proférer des propos de haine antisémite à l’égard d’Alain Finkielkraut, émeut à juste titre la France et la mobilise.

Or pendant ce temps-là, à Kiev où se sont précipités nombre d’élu(e)s de l’Hexagone et l’incontournable BHL, à Kiev donc, une immense croix gammée est apparue sur l’escalier d'un centre commercial.

A quoi riment marches et mobilisations contre l’antisémitisme quand on soutient un pays qui n’a jamais caché ses liens au fascisme?

Quel média autorisé par le gouvernement a alerté sur l’activisme néo-nazi ukrainien?

Et comment le philosophe aux chemises immaculées, fervent défenseur du Maïdan, peut-il ignorer cette réalité?

Les images dont l’une illustre ce sujet, sont du journal Times of Israël.

Avant qu’il ne les publie, elles figuraient sur d’autres sites pro-russes comme on dit.

Quel crédit y aurait-il été apporté? Aurait-on parlé de complotisme? De propagande du Kremlin? 

Merci au Time of Israël d’avoir affiché cette réalité qui a, entre autre, été évoquée ici.

 

Hommage au Pasteur Henry Babel

 

Hier, l’émotion a été forte lorsque nous avons découvert comment sa fille, Florence Kraft-Babel, nous a appris le décès de son père.

Le Pasteur Henry Babel a marqué tant d’entre nous et bien au-delà, la Genève internationale comme la Genève dite calviniste.

Il a été un précurseur du rapprochement des Eglises et des confessions aussi diverses soient-elles.

Personnellement, c’est par le cours qu’il avait donné au Collège Calvin sur l’Histoire des religions que je l’avais connu.

C’était au tournant des années 1960-1970.

Pasteur Babel,vous avec lequel j’ai eu, pour ma part, la chance de m’entretenir durant de si nombreuses années, c’est ma reconnaissance que je vous exprime ici.

C’est elle aussi qui domine les réactions qui ont suivi l’annonce faite, hier, par votre fille Florence.

Vos paroles, vos écrits témoignent de la quête spirituelle qui n’a cessé de vous animer et que vous avez partagée avec nous toutes et tous.

A tous les vôtres, mes pensées et mes profondes condoléances.

 

18/02/2019

Complot, ce vilain mot...

Capture d’écran 2019-02-18 à 12.15.12.png

                                                                              capture d’écran franceinfo

Il faut de tout pour faire un monde dit l’adage. Qu’il le faille est une manière morale de voir. Que tout fasse un monde, une réalité.

Et cependant, on s’obstine, à bon ou à mauvais escient, à lutter pour que l’emporte l’égalité, tant on constate que dominent les différences entre les êtres.

Non seulement au plan ontologique mais sur autant d’autres qui mobilisent pour les effacer. Avec force arguments à l’appui qui suscitent passions et controverses.

Le propos, ici, consiste à interroger cette manière de catégoriser, en l’occurrence les complotistes tant elle paraît davantage répondre à un besoin de confort et de hâte qu’à toute réflexion un peu nuancée.

Ce sondage, en effet, nous explique chiffres à l’appui, qui répand les théories du complot et qui y adhère

Or lorsque vous entendez ce célèbre avocat parisien parler de complot ourdi contre son client, Carlos Goshn pour ne pas le nommer, vous vous dites quoi?

Que ce brillant magistrat s’égare? Que son client n’a que ce qu’il mérite?

Admettre que la traitrise et l’injustice d’un traitement vise aussi bien un très pauvre qu’un très riche serait-il donc inconcevable?

Je vous invite à écouter les déclarations de Maître Jean-Yves Le Borgne quand, à la minute 28 de l’émission C l’hebdo,  il parle de complot et de trahison.

  

16/02/2019

Les financiers et les médias, oui, le Kremlin et eux, non

Capture d’écran 2019-02-16 à 22.39.05.png

Bien, alors au cas où vous l’ignoreriez, les Républicains français en marche ne seront pas suivis pour leur campagne aux européennes, par les média de propagande que sont RT France et Sputnik.

Car il s’agit d’un fait établi de source sûr, selon la formule, ces média ne sont pas fiables. 

En d’autres termes, parce que les plus grands titres de la presse française sont, pour ce qui les concerne, aux mains de financiers, ils seraient de facto étrangers à toute désinformation quelconque. 

Autant dire qu’il n’y a rien à voir, vous l’avez compris, avec un quelconque Kremlin et tout ce qu'il implique!

Lisez cet article, paru en novembre 2016 dans La Tribune de Genève, journal qui n’a, pour l’heure, pas encore été qualifié d’organe de propagande ou de complot!

Vous y trouverez de quoi méditer sur qui exerce quelle influence et comment.

Ce petit extrait vous donnera un aperçu de l’indépendance des médias français au regard du russe exclu par LREM:

En France, des titres aussi prestigieux que Le Monde, Libération, Le Parisien ou Les Echos sont désormais contrôlés par des financiers ou des industriels. L’un après l’autre, les éditeurs ont jeté l’éponge.

 

15/02/2019

Etre critique...

parti, dérive, propagande

                                                                                            photo @H.R.-F

En son temps, j’avais estimé nécessaire, une mise au point quant à ce qui motivait les sujets publiés sur ce blog, entre autre en relation avec la Russie.

Depuis lors, d’autres rappels dans ce sens ont été partagés ici. Pourquoi y revenir? Parce qu’il est essentiel de résister aux parasites de l’information.

Pareille activité de veille ne se limite pas aux seuls médias appelés mainstream. Partout où se répandent des contenus dits d’informations, elle a de quoi s’exercer. 

Et observer les dérives susceptibles de gagner tout parti pris quel qu’il soit, c’est refuser de se laisser entraîner dans ce qui n’est plus de l'« information ».

On est là dans un champ d’action qui relève du seul esprit critique. Le disqualifier est la stratégie le plus souvent appliquée par qui se sent mis en cause.

Ce constat n’a pas attendu le XXIe siècle pour être dressé. Les exemples foisonnent, dans l’Histoire, qui mettent en évidence la mauvaise foi. 

Abdiquer face à la constance de sa récurrence, c’est lui faire la part belle. A chacun ses choix, de lutte ou de résignation.

 

14/02/2019

Makine, le génie littéraire à l'oeuvre

Capture d’écran 2019-02-14 à 20.45.28.png

Il avait déjà été question de lui dans un sujet de ce blog, je veux parler, ici, de l’écrivain et académicien français Andreï Makine.

Son tout dernier roman, Au-delà des frontières, vient de sortir, je ne saurais que vous en recommander la lecture.

Il y est question d’un jeune écrivain duquel la mère adresse le manuscrit au narrateur de l’histoire.

Ce texte apparaît impubliable, il faut, évidemment lire le roman pour savoir en quoi et pourquoi le narrateur l’estime tel.

Dans ce dernier livre, Andreï Makine réussit avec brio à nous parler du monde dans lequel nous vivons.

Les différents personnages qui évoluent au gré du récit incarnent, chacun à leur manière, des valeurs auxquelles ils croient, bien sûr.

En contrepoint, résonne la voix de l’un d’eux, d’une teneur telle qu’elle permet la mise en relief d’autant de discours véhiculés et de leur portée à court et à plus long terme.

Voici, pour vous faire une idée de ce tout dernier ouvrage d’Andreï Makine, l’interview qu’il a accordée à France Culture.

13/02/2019

L’avenir du monde, à méditer...

Capture d’écran 2019-02-13 à 12.51.58.png

                                                                            capture d’écran Facebook

J’ai reçu cette vidéo pour info, je vous la soumets.

Il s’agit de moments sélectionnés -autant dire pas neutres- d’une conférence tenue par Laurent Alexandre face à des étudiants de Polytechnique.

L’homme est le fondateur de Doctissimo et tient des chroniques dans Le Monde et L’Express. D’emblée, il se définit, « Je suis un horrible élitiste » déclare-t-il.

Cette manière de se présenter indique juste qu’il a intégré et reprends à son compte, un avis émis à son sujet. C’est là une stratégie discursive bien connue qui ne renvoie qu’à un usage rhétorique et rien de plus.

Cela dit, l’homme s’exprime comme, d’autres le font aussi, rien à dire, à chacun son point de vue. Ce qui interpelle, ici, est sa vision de l’avenir.

Elle offre de quoi méditer, je vous invite à y réfléchir et à en débattre...

 

11/02/2019

10 février, Journée des diplomates en Russie

 

Capture d’écran 2019-02-10 à 23.55.17.png

Depuis 2002, chaque 10 février, la Russie honore ses diplomates. Une journée leur est, en effet dédiée, de même rend-elle hommage aux vétérans qui ont oeuvré pour le pays.

Et si cette date a été retenue, c’est que la plus ancienne mention du premier ministère des Affaires étrangères remonte au 10 février 1549.

Aussi, lors de la Journée des diplomates, honore-t-on la mémoire de ceux qui sont enterrés en Russie et à l'étranger.

Des cérémonies solennelles ont aussi lieu dans le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Moscou et dans des institutions russes à l’étranger.

Cette année, j’ai été invitée par le Consulat Général de Russie à participer aux célébrations qui se sont tenues au cimetière de Vevey où reposent V.R Bacheracht, P.K. Kotzebu et P.S. Botkin et à Lausanne, où a été érigé un monument dédié à Ioannis Kapodistrias, ministre des affaires étrangères du Tsar Alexandre Ier.

Participer à ces hommages rendus à autant de personnalités qui ont consacré leur énergie à favoriser les relations entre les pays s’inscrit dans le sens même de ce qui m’anime toutes les fois que je parle, ici, de la Russie.

 

00:18 Publié dans Europe, Histoire, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Russie, Suisse | Tags : #diplomatsday, diplomatie russe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

09/02/2019

Impact des réseaux sociaux et de la parole dite libérée en débat

Capture d’écran 2019-02-09 à 13.00.24.png

Les réseaux sociaux étaient en débat sur Infrarouge, ce mercredi 6 février tandis que l’émission de la RTS célébrait son quinzième anniversaire le même jour que Facebook. 

Coïncidence opportune pour discuter de l’impact et des changements qu’ont apportés l’apparition, non pas des seules émissions telles qu’Infrarouge -quoique- mais des réseaux sociaux sinon du plus célèbre d’entre eux.

Ce qui a été énoncé autour de la table qui a réuni journalistes, personnalités politiques, médiatiques et un universitaire a été plutôt consensuel.

Car tout le monde est tombé d’accord pour estimer que l’on trouvait autant de qualités que de défauts -ou l’inverse- à ces nouveaux modes d’échanges, CQFD.

Autrement dit, pas de dérapage et moment plutôt paisible. Ce qui n’empêche...

Car se fier aux apparences ne masque pas l'effet d’algorithmes sur les réseaux sociaux ou quelque préférence accordée à tel ou tel invité(e) d’une émission dite de débat.

  

06/02/2019

Faire passer la Russie pour notre ennemie ou comment on (dés)informe

Capture d’écran 2019-02-06 à 11.06.50.png

                                                                        capture d’écran@Le Figaro.fr

Vous l’avez sans doute lu je ne sais combien de fois, ce blog serait «pro-russe », mieux, «pro-Kremlin », voire « pro-Poutine », la Russie étant le plus souvent associée à son Président.

Parce que la première, pour quelques vaillants esprits occidentaux, se résume au second, c’est aussi simple que cela.

Une fois établies ces réductions, en user devient d’un confort indéniable lorsqu’on n’a rien d’autre à formuler que les sempiternelles rengaines destinées à faire comprendre aux citoyens de pays dits démocratiques que la Russie n’est pas loin de ressembler à une dictature.

Or voici qu’à ressasser autant de certitudes, on découvre soudain que ce peuple de près de 145 millions d’habitants, jouit d’un système éducatif considéré parmi les meilleurs au monde, que les jeunes qui en bénéficient en donnent la preuve par leurs performances.

Et parmi elles, celles qui relèvent de toutes sortes de génies informatiques ou autres. 

Quoi qu’il en soit et à force de se draper de certitudes le plus souvent accompagnées de mépris et de partis pris à peine voilés, nombre d’experts qui hantent colonnes et plateaux de nos médias pour parler de la Russie en négligent bien des réalités.

Quant à prétendre de ce pays qu’il serait l’ennemi de l’Occident comme s’y emploie l’auteur des propos cités ci-dessus. Non, la Russie n’a jamais été l’ennemie de l’Occident et inverser la donne, n’est qu’une expression supplémentaire de russophobie 

Pour le reste, à de nombreuses reprises, j’ai tenu à attirer l’attention sur le fait que les Russes, il ne fallait pas trop les chercher parce qu’on les trouve. Et l’Histoire ne manque pas d’exemples qui le démontrent.

La littérature aussi et je l’ai cité à plusieurs reprises, ce poème d’Alexandre Blok. Le voici encore, sait-on jamais que ses vers trouvent un écho...

 

04/02/2019

Vieillir et ne pas mourir... de froid

Capture d’écran 2019-02-04 à 23.51.46.png

Ce soir, au téléjournal de la RTS, a été évoquée la maltraitance de personnes âgées. Cette réalité a aussi été sujette à médiatisation en France.

Certes, nombre de personnes âgées redoutent d’être placées dans des établissements dans lesquels elles seront peut-être à la merci d’un personnel en sous effectif ou malveillant.

Cependant, rester chez soi n’est pas sans risque non plus.

Cette dame de 89 ans aurait-elle oublié ou négligé de s’acquitter de sa note de chauffage et d’électricité?

Le fait est qu’elle a été retrouvée morte dans le froid glacial de son appartement qu’aucun interrupteur n’a permis d’éclairer.

Une enquête a été ouverte, selon la formule consacrée.

En attendant, une fois de plus et sans verser dans le pessimisme noir du naufrage que serait la vieillesse, on a de quoi méditer tout de même...

 

23:58 Publié dans Air du temps, Avaries, France, Humanité, Pouvoirs, Pratiques, société, Suisse | Tags : toulouse, vaud, ems, edf | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

03/02/2019

Un véritable retour en arrière, déclare cette gynécologue et elle a raison d'alerter

Slogan_IVG_Corbières.jpg

                                                                                     image @Wikipedia

La femme, ses droits à l’égalité, son droit à parler de ses règles, à se promener comme elle l’entend partout et quand elle le veut, à porter le voile ou tout autre signe qui l’identifierait si elle le souhaite, combien de fois n’a-t-on lu, vu ou entendu ces messages?

Pendant ce temps-là, en France, on apprend que le nombre de gynécologues par femmes diminue de manière drastique mais inquiétante tout autant.

Il faut lire cet article pour mesurer l’état de la situationOn y verra, entre autre, comment s’est exercée l’influence de l’Union Européenne et sa volonté d’harmoniser les diplômes et comment, par la lutte de femmes, deux ministres de la santé ont révisé leur copie.

Et puis, toujours pendant que ces femmes manifestent pour leurs droits à l’égalité salariale, pour leur droit à parler de leurs règles et à se promener comme elles l’entendent, à porter tel ou tel signe d’appartenance identitaire ou religieuse, ce site vous dira aussi ce qu’il en est en réalité:

Chaque heure en France, près de 9 personnes sont violées, soit 206 viols par jour

Alors oui, se battre pour ses droits est indispensable. Sauf que certains droits semblent mieux défendus que d’autres.

Et si celui de la femme d’être suivie par une ou un gynécologue ne retient pas plus l’attention que cela, l’égalité salariale, les livres sur les règles, les balades là où on le souhaite et comme on l’entend, le signe d’appartenance religieuse lui seront-ils d’un grand secours?