05/03/2019

Où sont les femmes dit ce tag. Là où elles s’activent?

Capture d’écran 2019-03-04 à 22.36.47.png

                                                                                capture d’écran Tribune de Genève

Si le combat féministe passe par le saccage de tel ou tel monument, de telle ou telle statue, autant dire que la cause de la femme a trouvé ses milices.

L’exécration de l’Histoire aurait-elle atteint autant de cerveaux et de bras qu’ils ne soient plus en mesure que de détruire?

A Genève, dans la nuit du 3 au 4 mars, le Mur des Réformateurs et la statue du Général Dufour ont été tagués. A l’évidence, les activistes qui se sont plu à signer ainsi leurs valeurs doivent compter un nombre significatif d'adeptes.

Si procéder ainsi pour défendre une cause trouve un écho, rien de surprenant.

A force de répéter que la femme n’est que victime, à force de rabâcher que l’homme abuse quand il ne viole pas, le résultat se connaît.

A force de faire de l’homme son agresseur, la femme y gagne quoi?

 

Commentaires

Les féministes d'aujourd'hui se trompent d'ennemi, ce n'est pas la première fois que je le constate... et le regrette.
Au lieu de s'acharner à revisiter l'histoire de façon manichéenne : l'homme oppresseur, la femme victime, elles feraient bien mieux de se battre pour que les grandes femmes soient enfin reconnues comme telles... Mais ont-elles assez de culture pour épouser ce combat-là ? Combien d'entre elles savent qui était Louise Michel, Elisa Leonida Zamfirescu, Valentina Tereshkova ou plus près de nous Fanny "Shotty" Chollet (première femme pilote de chasse en Suisse) ou alors, savent-elles que Mme de Staël était originaire de Genève, bien que née à Paris...
Ah oui, élever le débat est plus compliqué et fatigant que de jouer les pleureuses incultes.
(vous aurez compris, je ne les aime pas, d'autant que je suis la troisième génération de féministes... les vraies qui se battent contre le système et pour le bien de tous)

Écrit par : Ariane Grazioli | 05/03/2019

Répondre à ce commentaire

Merci, Ariane.

Et dans leur passion, ces militantes auraient-elles aussi omis que le nom d’une femme au moins, figurait sur le Mur des Réformateurs?

SI peu, sans doute et malgré tout, voici de quoi réparer leur lacune:

https://protestinfo.ch/200210091487/une-femme-sur-le-mur-des-reformateurs

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/03/2019

Répondre à ce commentaire

Je vous rejoins complètement dans ce que vous écrivez Ariane Grazioli, oui les féministes d'aujourd'hui se trompent d'ennemis. Merci Hélène Richard-Favre de vos articles qui sont toujours très biens !

Écrit par : noisette27 | 05/03/2019

Madame Richard-Favre,

A l'occasion du procès qui se déroulera à Paris les 14 et 15 mars prochains, je tiens à vous faire part de mon entier soutien. Que la justice triomphe face à l'injustice qui vous est faite!

Écrit par : Daniel | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

Ah, je vois que les infos circulent...

Merci, Daniel!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

Vous avez également tout mon soutien pour les 14 et 15 mars prochain et je tiens à souligner que je n'ai reçu aucun chèque du Kremlin. Même pas une boite de chocolats.

Écrit par : Idoine | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

Merci de votre humour, Idoine. Un bien précieux...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.