Une enquête fouillée, selon cette universitaire

Imprimer Pin it!

 

Capture d’écran 2019-03-16 à 20.15.46.png

 

 

Après quelques 17 heures ou plus d’audiences au Tribunal de Grande Instance de Paris, on découvre les premiers compte-rendus.

Libération reconnaît que certains universitaires  se sont montrés réservés par rapport à une démarche qui, à maintes reprises, a été soulignée comme fouillée, voire scientifique...

Que l’université reste une référence serait tout à son honneur. En l’occurrence, avec ce qui a été énoncé à la barre ces 14 et 15 mars derniers par une Professeure reconnue, on s’interroge.

A part cela, quand un homme dit d’une femme qu’elle a obtenu son statut contre certains avantages, il y a fort à parier qu’on entendrait les féministes parler de machisme, de sexisme!

Mais quand une universitaire qui ne manque pas une occasion de rappeler qu’elle l’est, se prête à ce genre de propos? Serait-elle sexiste, non! Machiste, pas davantage! 

Alors?

Nombre de femmes se plaignent d’être dénigrées dans certains milieux qu’elles estiment patriarcaux.

Elles y évoquent l’infériorisation liée au genre.

Mais quand il s’agit d’une femme qui parle d’autres femmes, au nom d’une enquête fouillée aux nombreuses « notes de bas de page »?

 

 

Commentaires

  • Libération livre un compte-rendu totalement partial en faisant de ce procès une joute idéologique alors qu'il s'agit de mensonges et de diffamations. Et bien sûr avec un procureur aux ordres, c'est la relaxe qui est requise.

    Quand on dit qu'il y a un réseau du Kremlin et des agents du Kremlin, cela veut dire que ce réseau et ces agents sont payés par le Kremlin. L'accusatrice doit fournir les preuves. L'a-t-elle fait? Bien sûr que non.

    Vivement un livre sur le lobby des USSA et d'Israël en France et ailleurs dans le monde: young leaders, bilderberg, et "ces juifs qui dominent la France".

  • Daniel,

    Ces seules phrases sont intéressantes:

    «  En 2016, au moment de sa parution, l’ouvrage avait été accueilli avec des réserves, notamment au sein du milieu académique. Un certain nombre de chercheurs spécialisés en études slaves avaient remis en cause la méthodologie, préférant se distancier d’une enquête manquant de rigueur, bâtie sur des suppositions plutôt que des faits avérés, par une universitaire respectée pour le sérieux de son travail »

    Et:

    «  Le livre de Cécile Vaissié n’a pas été bien reçu par les pairs. »

    Sinon, l’article se calque sur le « narratif » de l’universitaire qui aime à employer ce terme au sujet de celui qui serait « lancé par des professionnels de la désinformation, comme Sputnik ou RT, »

    Pour le reste, lorsqu’il est question de Vera Nikolski, qui aurait « exposé de manière cinglante... » non, elle s’est exprimée de manière BRILLANTE.

    Nuance.

  • La Russie mobilise beaucoup d énergie pour ses relais et pour cultiver ses idiots utiles. Soit!

    Et les USA, la France, la GB, Israel, l Otan ne mobilisent rien, sans blague!

    La seule différence entre la Russie et/ou Poutine et les USA et leurs alliés serpiéres et/ou Trump est que les premiers disent ce qu ils veulent faire et ils le font.

    Tandis que les USA via Trump, ce dernier dit une fois ses déclarations ont provoqué des critiques acerbes même aux USA:"J a dit ce que je veux faire et je maintiens ma déclaration coûte que coûte mais cela ne veut pas dire que je vais le faire ou pas, nuance..."" Vous suivez?!

    Bien à vous.
    Charles 05

  • La Professeure Cécile Vaissié a publié un ouvrage,« Les réseaux du Kremlin en France » chez un petit éditeur, ce qui appelle interrogation sur le bien fondé de ses intentions. Et cela, à partir d’un travail et de recherches prétendument fouillées, telle que l’on est en droit de l’attendre d’une « universitaire ».

    Elle a comparu les 14 et 15 mars au Tribunal de Grande instance de Paris, sur demande de vous autres, six plaignants, d’origines diverses, qu’elle cite dans son œuvre.

    Il est d’usage de considérer un travail universitaire digne d’intérêt s’il est effectivement documenté honnêtement et scientifiquement.

    Or, dans ce pamphlet, il n’en n’est rien.

    La procureur a qualifié ce procès de politique. Il n’y a rien de politique dans ce procès.

    C’est un procès en diffamation!

    Les sciences académiques et les médias, déjà dans le coup vont alimenter l’issue de ce procès, quelle qu’elle soit.

    Le mal est fait pour l’auteure et les plaignants qui ont dû, pour leur honneur, déposer leurs plaintes.

  • Voici l’article que « Le Monde » a consacré à ce procès. Comme je n’ai ni pu le lire dans le journal ni sur le site du Monde, j’ai pu le trouver en copié-collé, car il est réservé aux abonnés

    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/14/devant-la-17e-chambre-le-proces-des-reseaux-du-kremlin_5435718_3210.html

    Devant la 17e chambre, le procès des « réseaux du Kremlin »

    A partir du jeudi 14 mars, l’universitaire Cécile Vaissié devra se défendre face à six plaintes en diffamation.
    L’affaire s’apparente, pour l’avocat Patrick Klugman, à « un tir de barrage organisé, qui plus est contre un auteur pas habitué à la joute médiatique ». Jeudi 14 et vendredi 15 mars, devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, la cliente de Me Klugman, l’universitaire Cécile Vaissié, devra se défendre face à six plaintes en diffamation.
    Toutes émanent de personnalités dont cette professeure en études russes, soviétiques et post-soviétiques à l’université Rennes-II a dressé le portrait dans l’ouvrage Les Réseaux du Kremlin en France (Les Petits Matins, 2016).
    Ce livre, très remarqué à l’époque – Le Monde avait à sa parution longuement interrogé Mme Vaissié –, décrit les différents cercles, en France, dans lesquels les positions du Kremlin en matière de politique intérieure et de politique étrangère sont accueillies favorablement, voire relayées. S’y côtoient des représentants du monde des affaires ou de la politique, en passant par les milieux académiques ou militaires.
    Parmi les personnalités présentées dans ce livre comme « pro-Kremlin », six ont porté plainte contre Cécile Vaissié et son éditeur, estimant que ces écrits portent atteinte à leur honneur. Il s’agit de l’ancienne figure de La France insoumise Djordje Kuzmanovic et de son épouse, Véra Nikolski, haut fonctionnaire, des blogueurs Olivier Berruyer, Hélène Richard-Favre et Pierre Lamblé, et de l’enseignant Gueorgui Chepelev.
    « Ces personnes ont des profils très différents, note Me Jérémie Assous, qui défend cinq des six plaignants. L’auteure ne donne aucune preuve, aucun fait qui permette de parler d’un quelconque “réseau” organisé. Ce livre est une succession de propos diffamatoires qui ne visent qu’à discréditer des personnes exprimant publiquement des choix politiques qui déplaisent », estime encore l’avocat, qui poursuit : « Olivier Berruyer, par exemple, est apolitique et dénonce la propension aux mensonges des Etats, quels qu’ils soient. » M. Berruyer, qui conteste le qualificatif de « ligne pro-Kremlin outrancière » pour parler de son site Internet, a également intenté un procès en diffamation au Monde dans une autre affaire.
    Djordje Kuzmanovic dénonce lui aussi « un contexte un peu bizarre, où les accusations en poutinolâtrie fusent un peu vite et rendent impossible tout débat ». Selon le militant politique, l’ouvrage de Cécile Vaissié « suggère » que celui-ci aurait placé sa femme au poste de secrétaire du groupe d’amitié France-Russie à l’Assemblée nationale pour « influencer les députés ». « Ce sont des accusations qui ont un effet nocif, estime-t-il, d’autant que d’autres auteurs les reprennent ensuite pour argent comptant. »
    « Un réseau ne veut pas forcément dire action coordonnée ou conspiration, se défend Mme Vaissié. Je ne dis jamais qu’ils sont payés par qui que ce soit, mais des gens qui défendent le narratif du Kremlin, qui se lisent et se citent les uns les autres, constituent bien, au sens sociologique, un réseau. »
    Surtout, estime l’universitaire, « les plaintes ne concernent pas ce qu’il y a dans le livre : ce sont des extrapolations qui permettent de suggérer que je sous-entends des choses, ce qui est faux. Ils me font dire des choses que je ne dis pas. »
    Ainsi, Gueorgui Chepelev, dont Le Monde a consulté la plainte, accuse Mme Vaissié de lui reprocher d’avoir « trahi ses idées en devenant un pro-Poutine ». « Ça n’a ni queue ni tête, répond l’auteure. Je constate simplement qu’il est passé de l’opposition à Poutine à la présidence du Conseil de coordination des compatriotes, une structure inféodée à l’ambassade russe. C’est un simple constat. » M. Chepelev poursuit également le journaliste Nicolas Hénin, auteur de La France russe. Enquête sur les réseaux Poutine (Fayard, 2016).
    « Les plaintes sont tellement tirées par les cheveux qu’on a l’impression qu’elles visent moins à obtenir une condamnation qu’à compliquer le travail des personnes qui s’intéressent à ces sujets, en leur faisant craindre des poursuites », renchérit MePatrick Klugman, qui défend Cécile Vaissié avec son confrère Ivan Terel.
    La maison d’édition, Les Petits Matins, dénonce elle aussi une « procédure bâillon », et voit dans le fait que cinq des six plaignants aient choisi le même avocat, par ailleurs conseil de la chaîne de télévision du Kremlin RT, le signe d’une « attaque coordonnée ».
    Me Assous, qui rappelle la qualité de conseiller socialiste de Paris de son contradicteur, Me Klugman, répond par l’ironie : « Si j’ai récemment entrepris et gagné au nom de la Ville de Paris une action contre la Commission européenne, c’était pour déstabiliser l’Union européenne au profit de Vladimir Poutine ! »
    L’avocat rappelle que « le procureur comme le juge d’instruction ont tout de même renvoyé l’auteure de l’ouvrage devant la 17e chambre ». M. Kuzmanovic, lui, assure que ce choix fait par les plaignants de s’adresser au même avocat est « un hasard ».

  • Ci-après, trouvé sur Twitter, des échos de la première journée d’audience du 14 mars dernier:

    https://twitter.com/antoinehasday/status/1106314170243444739

  • ...à préciser que ce lien à Twitter cité dans mon précédent commentaire a été indiqué sur ce site qui compte un nombre non négligeable d’abonnés selon ce qui s’affiche en haut à droite de la page:

    https://www.reddit.com/r/france/comments/b2fxfo/devant_la_17e_chambre_le_procès_des_réseaux_du/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel