Merci de vos réponses

Imprimer Pin it!

 

Toutes et tous autant que nous sommes à nous exprimer qui, par un statut, une posture, qui par un écrit, un discours, une action ou une cause, quelles chances sont les nôtres d’influencer les pouvoirs qui nous gouvernent?

Souvent, la question, je me la pose et aujourd’hui, je vous la soumets.

Vaste, elle l’est sans l’ombre d’un doute et y répondre exigerait presque qu’on y consacre une étude. Cependant la quête solitaire a ses limites. Même ensuite soumise à des pairs, elle reste le fruit d’une réflexion menée à l’écart d’un monde qui se transforme presque sous nos yeux.

En cause, entre autre, la vitesse par laquelle nous parviennent les informations d’un bout à l’autre du globe. Même triées par des agences, elles se confrontent à celles que rien n’élabore sinon l’instant qui les capte. Et de plus en plus, celles-ci sont diffusées.

En effet, souvent au gré d’émissions de télévision, des vidéos ou des images prises par des anonymes sont partagées du seul fait qu’elle rendent compte de ce qui s’est passé sur des lieux où n’ont pu être présents des journalistes professionnels.

Tel est le contexte que nous vivons, qui fait de n’importe qui un témoin, un « acteur » comme on dit.

Sauf que... sauf que les anonymes ne se valent pas tous, tant le filtre de ce qui doit ou peut être énoncé et montré ne paraît pas près d’être oublié. Autrement dit, si n’importe quel quidam, de nos jours, s’improvise reporter, la considération qui lui est apportée diverge. 

Et cela seul indique combien, sous des apparences de liberté et d’égalité entre citoyen(ne)s demeurent des préférences.

Car au nom de l’ouverture à toutes et à tous, nos sociétés si démocratiques savent en réalité fort bien sélectionner. Tous les jours, on l’observe. Tous les jours, on s’élève contre ce fait. Pour quel résultat, telle est la question que je ne cesse de me poser et que je vous soumets.

Commentaires

  • "Car au nom de l’ouverture à toutes et à tous, nos sociétés si démocratiques savent en réalité fort bien sélectionner. Tous les jours, on l’observe. Tous les jours, on s’élève contre ce fait. Pour quel résultat, telle est la question que je ne cesse de me poser et que je vous soumets." (Hélène Richard-Favre)


    Combattre ... l'ennui ?

    Se construire ou trouver un réfuge loin des gens qui nous ... ennuient ?

    Entretenir l'illusion que nous sommes ... maître ... de notre temps, ... de notre condition, ... et de nos rêves ?

    Entretenir l'illusion d'un intérêt à dire ... "Nous" ... au lieu de ... "Je" ?

    Vous aimez la Guinness, Mme Richard-Favre ?

    Figurez vous que la Guinness est une des rares bières dans laquelle les bulles descendent au fond du verre au lieu de monter.

  • Les médias sont toujours affiliés au Pouvoir Profond. Ce sont leurs porte-parole.
    Il ne faut donc pas attendre d’eux quelque information contraire à leur politiques.
    Voyez le cas de la France où, avec l’émergence des réseaux sociaux, Macron et le Pouvoir ayant décidé d’exclure de la Toile les « fake news », soit-disant fausses nouvelles, est en réalité de la censure pure et simple.
    N’allez donc pas dire que la liberté d’expression existe dans nos pays, Suisse comprise, ce serait un mensonge. Il n’y qu’à regarder les lois extrêmement restrictives, qui sanctionnent sévèrement un certain révisionnisme historique et le racisme.
    Enfin quoi, être raciste est une réaction naturelle, existant dans chaque individu, lorsque confronté à la présence d’une entité inconnue. Notre constitution génétique est exigeante, elle ne veut pas risquer de s’accoupler avec des entités qui ne lui ressemblent pas, car pouvant engendrer une descendance qui ne sera pas en harmonie.
    On traite par ici, les populations comme un troupeau de vaches à qui l’on donne juste le droit de paître, de se faire écorner et traire par son propriétaire (l’État et ses impôts), mais interdiction de meugler trop fort !
    Je vois personnellement où nous mènent les politiques en Europe, c’est de mélanger les ethnies (Sarkozy le nabot, l’a dit textuellement) et les cultures, afin d’instituer un nouvel ordre mondial. Je vous laisse imaginer une pareille monstruosité !
    Un des seul pays à résister à la mondialisation, ce sont les USA qui, avec Donald Trump, ont stoppé le processus, un peu grâce à leur lois du premier et du deuxième amendement de leur Constitution qui donnent :
    - 1 La liberté de parole et d’expression
    - 2 La liberté du port d’une arme pour les citoyens
    Ces deux amendements sont une bonne garantie de liberté pour un peuple.

    D’accord ? Pas d’accord ?

    R.K.

  • Richard Kohler,

    Au moment où votre commentaire m’est parvenu, je passais devant une exposition de photos sur le Quai Wilson à Genève. Signée SOS Méditerranée, elle montre des êtres en situation de détresse et est donc sensée nous toucher, nous alerter, nous mobiliser.

    Sauf à être totalement détaché de tout, indifférent, égoïste ou cynique, difficile de rester de marbre face à la souffrance.

    Pourtant, nombre de résistances s’affichent face à ceux qu’on appelle des migrants. Et alors se construisent les discours qui opposent les « identitaires » aux « mondialistes » et alors naissent des conflits idéologiques alors que la souffrance de nombre de ces personnes qui décident de tout quitter pour se donner une chance est dans bien des cas, réelle.

    Cependant, ce qui passe mal, c’est la sélection de la souffrance. C’est la manière avec laquelle on l’impose au détriment d’autres qui restent totalement ignorées.

    C’est dans ce sens que je réitère ma question de savoir l’impact que peut avoir une mobilisation alors que des décisions politiques sont prises au mépris d’autres et se parent des atours de la morale et des bons sentiments quand, en même temps, cette même morale et ces mêmes bons sentiments sont largement oubliés dans d’autres cas et situations de détresse.

    Je ne goûte pas au racisme mais constate la géométrie très variable avec laquelle on appelle à la solidarité tandis que chez nous meurent nombre de personnes dans la misère la plus noire sans qu’autant de ces personnes qui se posent en arbitres moraux ne s’en soucient trop.

  • « je réitère ma question de savoir l’impact que peut avoir une mobilisation alors que des décisions politiques sont prises au mépris d’autres et se parent des atours de la morale et des bons sentiments quand, en même temps, cette même morale et ces mêmes bons sentiments sont largement oubliés dans d’autres cas et situations de détresse »
    Il ne peut y avoir de mobilisation de l’opinion publique, tant que les individus se sentiront en sécurité dans leur cocons, coupés des réalités de la vie.
    Sont aussi responsables nos dirigeants, qui sont des technocrates, avocats ou politiciens de carrière, ne connaissant rien de la vie, qui influencent jusque dans l’instruction et l’éducation publique, cet état d’esprit où « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil »
    Ce n’est que lorsque des bouleversements économiques ou environnementaux arriveront, provoquant par exemple une famine, que nos petites têtes commenceront à s’inquiéter..

  • "nos sociétés si démocratiques savent en réalité fort bien sélectionner."
    Je ne cesserai jamais de taper sur le clou: nos sociétés ne sont pas démocratiques ne serait-ce que parce que les instruments de manipulation des masses sont de plus en plus efficaces. Cf. la publicité comme exemple flagrant.

    Bien sûr que les informations sont triées et tout ce qui pourrait déranger l'oligarchie est promptement rejeté. Ni vu ni connu dans la plupart des cas. Avec les Gilets Jaunes la "reprise en mains" par les médias corrompu est tellement évidente...

    Et toujours à propos du tri de l'information, il y a cette vidéo de Trump sur le 911 (passée aux oubliettes bien sûr):
    https://www.youtube.com/watch?v=Rt-ldMj9y9w


    Je n'ai pas lu ce que cette presse corrompue avait écrit sur l'"élection" ukrainienne. Mais je suis pratiquement sûr qu'elle n'a fait aucune analyse, ni aucune référence à ceci:
    http://thesaker.is/the-new-master-of-ukraine/

    Démocratique l'Ukraine? Laissez-moi rire.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel