Totalitarisme et culture

Imprimer Pin it!

Au prétexte que l’être serait condamnable au plan d’une morale qui veut s’instituer, toute autre qualité qui l’honore est de facto exécutée.

Aussi bien et quels que soient les dons avérés d'une personne, a-t-elle à subir le verdict prononcé par un aréopage de censeurs.

Pire encore et toujours au nom d’une morale qui ne concerne que certains intérêts avancés comme valeurs, on jette des oeuvres d’art en disgrâce quand on ne les retouche pas selon le consensus en vigueur. 

Exclure un talent, une oeuvre ou toute autre personnalité au nom d'une idéologie imposée, c’est se livrer à une pratique totalitaire.

C’est surtout confondre l’être et la sublimation.

Et abolir ce qui les différencie, c’est projeter le premier avec l’éthique qui le régit sur la seconde et l’esthétique qui l’organise.

Commentaires

  • Les nazi furent sui generis très moralisateurs aussi, et très soucieux du bien-être de leurs. Les nivaux de la haine de certains juges moralisants auto-proclamés me fait horreur. Il suffit de changer un peu la terminologie et nous verrons le même élan vers la pureté : sous les nazi il s'agissait de la pureté "médicale". Les porte-paroles de la "political correctness" semblent prêts à allumer les bûchers au nom de la pureté "morale". Vraiment, c'est une sorte d'une religion néo-païenne que nous observons les débuts. La chrétienté, les notions du monde déchu, du péché, de la clémence et du pardon -- tous cela semble partie dans la fumée. https://en.wikipedia.org/wiki/Aktion_T4#/media/File:EuthanasiePropaganda.jpg

  • Il ne faut pas comparer les périodes de l’histoire :
    Les alliés, après la 1ere guerre, ont tellement maltraité les allemands (1 million de morts de faim) que ceux-ci furent obligés de tailler dans leur propre chair, avec leurs mesures prises vis-à-vis des handicapés.
    La Suisse, qui pourtant n’avait pas subi la guerre, ne se comporta pas beaucoup mieux, avec ses stérilisations forcées et ses maltraitances.

    Il est trop facile de faire de la théorie philanthropique en temps de paix...

  • En fait, notre pseudo-démocratie est un un régime totalitaire. Pourquoi ?
    Parce qu’ une économie devrait être au service du peuple et non l’inverse comme c’est le cas chez nous..
    C’est un totalitarisme matérialiste, qui ne se préocupe pas des inquiétudes des individus : tout est vu en terme de rentabilité.
    Voyez le résultat dans notre pays, il n’y a pas de relations humaines. Chacun est enfermé dans son petit monde artificiel.
    Fesse-book et compagnie donnent l’impression à chacun d’avoir beaucoup d’amis, mais ce ne sont que des leurres : la vraie relation avec quelqu’un c’est la présence physique qu’on lui accorde.Les corps parlent entre eux, vous ne saviez pas ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel