Au coeur de l’Europe, une guerre qui n’en finit plus

Imprimer Pin it!

Vous me savez avoir consacré nombre de sujets de blog à ce qui a d’abord été pudiquement appelé « crise ukrainienne » avant de se muer en guerre fratricide.

En son temps, je m’étais exprimée dans le cadre d’une interview accordée au journaliste Arkadij Beinenson sur les raisons qui motivaient mon engagement.

Ces raisons n’ont pas changé et quoi qu’en pensent et en disent certains urkainophiles ou russophobes ou juges et censeurs tout simplement.

Etre présentée comme « russophile » comme ce fut le cas, par exemple, sur la RTS alors que j’avais comme interlocutrice, entre autre, Manon Schick de laquelle rien n’a été précisé de ses relations à la Russie, avait été relevé par un commentateur de ce blog. 

En effet, il semble qu’aimer la Russie soit une tare ou une menace, allez savoir tant la critique de « la Russie de Poutine » doit être de mise. Sans quoi, vous voici de facto rangée aux côtés des suppôts du Kremlin, il en a souvent été question ici, vous le savez aussi.

Quoi qu’il en soit, il me tient à coeur de partager avec vous cette vidéo de quelque 23 minutes qui vous donnera l’occasion de réaliser ce qui se passe dans cette Europe qui n’aurait, soi-disant, plus connu de guerre depuis plus de 70 ans.

La capture d’écran qui illustre ce sujet est la conclusion d’un article écrit par Erwan Castel dont l’intégralité est à découvrir ici.

Commentaires

  • Sputnik est un média du gouvernement russe. Donc, il n'est pas du tout impartial.

  • Bonjour, et vous en connaissez beaucoup des médias impartiaux ?

    Le problème n'est pas la "partilaité" de l'information, que j'appellerai plutôt engagement éditorial, mais le fait qu'elle cherche à le cacher (ce qui n'est pas le cas de Sputnik ou RT par exemple) et faire croire à une neutralité d'opinion et de regard sur l'actualité.

    Ensuite, il me semble que la liberté de conscience des individus résident plus dans leur esprit critique entretenu que dans la digestion sans macher des informations didffusées. Or, "pour se faire son opinion" il faut justement l'aiguiser sur la meule du débat d'idées et des positions contradictoires des uns et des autres.

    Sputnik est pro russe ... et alors ? si on y lit que le soleil se lève à l'Est on ne doit pas forcément en conclure qu'il est russe !. Perso je forge plus mon opinion à l'aune des billevesées du Monde ou de Libération que de RT qui ne fait que confirmer mon analyse personnelle rodée par l'expérience personnelle du terrain, qui reste la première source d'information fiable...

    Bien à vous

    Erwan Castel

  • En 1851, le grand historien français Jules Michelet en toute impartialité académique écrivit que la Russie était « un géant froid famélique dont la gueule s'entrebâille toujours vers le riche Occident. La Russie, c'est le choléra, c'est l'empire du mensonge ».

  • « La mort d'un Français est un événement dans le monde moral ; celle d'un Cosaque n'est guère qu'un fait physiologique: une machine fonctionnait qui ne fonctionne plus », -- écrit ainsi en toute impartialité raciste un autre grand écrivain français, Ernest Renan. In : " L'Avenir de la science -- pensées de 1848 ", éd. Calmann-Levy, 1990, p. 522.


  • Merci de ces tristes rappels, Pavel Katchalov...

  • Bonjour,

    une analyse pertinente :

    http://www.donbass-insider.com/fr/2019/05/28/xavier-moreau-si-zelensky-fait-un-porochenko-2-cest-la-fin-de-lukraine/

    il écrit :

    " ...Zelensky est une marionnette américaine. Il faut voir la déclaration de Volker le jour se son élection quasiment, où il dit que si Zelensky renonce à garantir la souveraineté ukrainienne sur les territoires de la Crimée et du Donbass, ses soutiens vont le quitter. C’est une menace même pas voilée. C’est vraiment direct. Ça veut dire que les Américains ne sont pas prêts de se retirer... "

    Hélas oui, une guerre qui n'en finit plus...

Les commentaires sont fermés.